Message 15 Mars 2008, 21:45

Le Loup

Le Loup

Le loup, animal emblématique par excellence, est toujours présent en Mongolie.

- Description du loup :

Poids : de 12 à 80 kg à l'état sauvage, en fonction de la sous-espèce, de l'individu et du sexe. En effet, la femelle est plus légère que le mâle.

Taille : de 100 à 150 cm, queue : de 31 à 51 cm, hauteur au garrot : de 60 à 95 cm.

Couleur : Le plus souvent un mélange de beige et d'anthracite, mais aussi noir, blanc ou fauve. Poils du dos beiges avec la pointe noire, formant une sorte de légère crinière. On ne trouve pas de poils complètement noirs. En revanche, on observe souvent sur les pattes avant une ligne nettement plus sombre.

Dentition : 42 dents (32 chez le louveteau, denture définitive à 7 mois). Les canines ou crocs mesurent de 6 à 7 cm dont 2 cm enchâssées dans la gencive. Les crocs servent à mettre à mort la proie. Pour la dépecer, le loup utilise ses incisives tranchantes. Les muscles de la mâchoire très puissants lui permettent de broyer des crânes ou de déplacer une proie trois fois plus lourde que lui .

Le Canis lupus chanco. C’est un loup de taille moyenne avec de longs poils clairs. Il habite la Chine continentale, la Mandchourie, la Mongolie, le Tibet et le sud-ouest de la Russie. Il a un pelage fauve et mesure environ 70 cm au garrot.

Le loup atteint sa maturité sexuelle à 3 ans pour le mâle et 2 ans pour la femelle. La saison des amours a lieu, selon les régions, de janvier à mars. Au terme d'une gestation de 61 à 63 jours, la femelle met donc bas entre mars et juin.
Les portées comptent trois à huit louveteaux de 300 à 500 grammes, que leur mère allaite à l'aide de ses 5 paires de mamelles.

Le loup est un animal social qui vit en meutes organisées selon une hiérarchie stricte dirigée par un couple de loups.

Cette vie en meute présente plusieurs avantages :

La possibilité d'attaquer des animaux plus grands qu'eux, ainsi la chasse est plus efficace pour moins d'efforts
Les réserves de nourritures sont mieux gérées (moins de surplus abandonné aux concurrents lorsque plus de bouches sont à nourrir).
La protection des louveteaux est assurée par le clan. Leur éducation et l'initiation aux rudiments de la chasse est pris en charge par la meute qui joue le rôle d’une véritable nurserie où chaque membre prend soin des enfants.

- Le loup et les éleveurs mongols

Il y a encore beaucoup de loups en Mongolie (environ 70000...) et ceux-ci continuent à prélever du bétail chaque semaine. Les attaques se produisent surtout en hiver. Agneaux, poulains, chèvres, malades, blessés
ou peu vigoureux sont leurs proies favorites.

A court terme on peut penser que c’est un inconvénient pour les éleveurs mongols. Pourtant, à long terme, et depuis des siècles, les loups contribuent à la santé "génétique " du cheptel et de la steppe.
En effet, sa présence dans la steppe, doit être envisagée globalement , chaque espèce animale ayant sa place dans un environnement donné.

Si le loup prélève chaque année son tribut au cheptel (moutons, chèvres et chevaux), il régule aussi les populations de rats et de marmottes. Car contrairement aux idées reçue, sa principale nourriture n’est pas
le gros gibier mais divers petits rongeurs (écureuils, rats , marmottes, lièvres). Or, une population de ces rongeurs trop importante mettrait en péril l’équilibre délicat et fragile de la steppe. Le loup joue un rôle important de régulateur naturel.

Ainsi, pour protéger le troupeau, l’extermination du loup n’est certainement pas la meilleur des solutions.
Des mesures de protection doivent être renforcée (patous, gardiennage renforcé) et une chasse sélective doit être mise en place pour gérer les populations de loups.

Dans ce cas, se mettre autour d’une table et dire que la présence du loup peut aussi être une opportunité pour la santé des cheptels, et pour les économies écotouristiques serait une décision intelligente et pacifique.

- La chasse au loup :

Le meilleur moyen de réguler la population des loups est de le chasser.
C’est une chasse qui demande une habileté particulière. En Mongolie, le bon chasseur de loup jouit d’une haute considération.
On peut chasser le loup toute l’année mais la saison la plus favorable est l’hiver, période des grands rassemblement des meutes. Les Mongols chassent le loup collectivement ou individuellement.
Traditionnellement, on le traque à cheval à l’aide d’une lourde masse. Mais d’autres chasseurs préfèrent actuellement le chasser au fusil.

- Le loup, ancêtre du chien ? :

La théorie du chaînon manquant qui veut qu’un chien primitif soit le géniteur de toutes les races n'est pas fondée. Pas plus que l'hypothèse d'une double origine (les chiens des régions froides descendraient du loup
et ceux des régions chaudes du chacal doré).
D'après des tests génétiques, le loup est donc, en toute probabilité, l'ancêtre de notre chien domestique.


PS : d’autres articles sur ce site traitent du loup. Voir : la symbolique du loup.
Khurec Temur, Guerrier Keshig de l'Ordoo du Corbeau Rouge.
Image