Message 19 Août 2012, 19:07

Nouer la Queue de son Cheval

Nouer la Queue de son Cheval.


Cet article va tenter d’analyser une pratique que l’on peut observer sur de nombreuses enluminures représentant des guerriers issus des “Peuples Cavaliers” d’Asie centrale.

Je veux vous parler de l’usage de “nouer la queue de son cheval”.
Et lorsque je parle de ‘nouer’, je ne décris pas la technique de tresser la queue du cheval en se servant
d’une partie des ses crins. Je décris la technique de plier la queue et de la nouer avec un lien (cuir ou
tissu).


Tout d’abord, il est bien difficile de dire si c’est une “pratique”, un “usage” ou une “tradition”.

De plus et malgré mes recherches, je n’ai pas trouvé d’explication précise sur la raison de cet usage.

Une raison utilitaire, esthétique, symbolique ou les trois à la fois ?

Néanmoins, trop de sources montrent cet usage pour croire que c’est un fait isolé. Il semblerait également que cette pratique soit utilisée uniquement sur les chevaux de guerre et que l’on noue la queue de ceux-ci quelques temps avant la bataille.


Mongol tressant la queue de son cheval :
Image
Source : Mohamed Siyah Qalem, enlumineur türk qui a vécu au XIVème siècle sous la dynastie des Timourides. La majeure partie de son œuvre est conservée au musée de Topkapi à Istanbul.

- Cavalier mongol :
Image

- Cavalier mongol d'Iran (Il-Khan) :
Image


- Cavalier mongol d'Iran (Il-Khan) :
Image


- Cavalier türk :
Image


- Cavaliers Mamelouck à l'exercice :
Image


Noeud de queue sur le cheval d'un cavalier mongol (Détail) :
Image



Concernant les raisons utilitaires, il faut simplement penser que la queue ainsi nouée empêcherai que celle-ci ne présente une prise trop aisée pour l’ennemi.

Le côté esthétique ne demande pas d’explication, on le fait par 'mode'.

Ce qui donne une 2ème piste utilitaire. En effet, par 'esthétisme' la queue est laissée fort longue et demande d'être nouée dans certaines occasions afin d'éviter que d'autres chevaux ne marchent dessus. Cette piste n'est pas ma préférée.


Sur côté symbolique de cette pratique, nous restons dans le mystère.

Par curiosité, j'ai été visionner des images actuelles de Bouzkachi et de Polo.

Dans le cadre du Bouzkachi, les chevaux ne semblent pas avoir la queue nouée.

Par contre, pour le Polo, certains chevaux ont la queue fortement nouée mais d'autres pas.
Il semblerai, néanmoins que cela soit obligatoire sur tout terrain de polo, prévenant tout accrochage du maillet dans la queue par le joueur ou par un autre cavalier (c’est la raison aussi de la tonte de la crinière).

Exemple de nouage de queue sur un cheval de Polo :
Image

Cette raison me renvoi à une 3ème piste utilitaire pour les chevaux de combat : éviter tout accrochage avec ses armes (sabre, lance ou même arc) ou avec les armes de l'adversaire.


PS :

- Dans la culture 'arabe' les chevaux ont également la queue nouée. Mahomet, lui-même, préconise de ne pas couper la queue des chevaux afin de respecter cet animal, don d'Allah.
La queue est alors nouée afin qu'elle ne gène pas.

- Les “Amérindiens” faisant partie de la culture dite “Des Plaines” (Sioux, Cheyenne, Arapahoe, Comanche) nouent également la queue de leur poney avant de participer à une bataille.

Guerrier sioux à la bataille de la "Greasy Grass" (Little Big Horn, le 25 juin 1873) :
Image
Source : Dessin réalisé par le chef sioux Red Horse peu après la bataille


- Sous le “Premier Empire”, certains hussards nouent la queue de leur monture sans que cela ne soient généralisé , ni repris dans le manuel d’équitation. On peut seulement attirer l'attention sur ce type de cavalier léger provenant d'une tradition hongroise (les ancêtres des Hongrois étant les Magyars).
Che Khan, votre humble serviteur
Image