Logo Yourte                              

Contes et Légendes Türk


Venez écouter Tsagan Qütu, notre barde, raconter ses histoires, le soir, sous la yourte.

Modérateurs: Che Khan, Alokhan, Tsagan Qütu

Avatar de l’utilisateur

Barde

Messages: 43

Inscrit le: 09 Mars 2006, 20:54

Localisation: Près du feu

Message 30 Juin 2006, 21:35

Contes et Légendes Türk

Mythe fondateur des Türks Tujue


L'Empire des Türks Tujue a été fondé vers 552 ap J-C par Bumin Khan.

Le clan dont fait partie Bumin Khan fonde ses origines dans une ascendance chez les Huns, une naissance merveilleuse et une origine céleste.

Il existe de nombreux récits chinois qui retracent le mythe fondateur des Türks.

Après la fin de l’empire des Huns, plusieurs clans se séparent de ceux-ci et décident de former une ‘horde’ à part.

Après quelques temps, cette nouvelle ‘horde’ entrent en conflit avec un Etat voisin. La guerre prend mal tournure, ils sont battu et leur population est exterminée. Seul, un jeune garçon âgé de dix ans estlaissé vivant. Les soldats, voyant sa jeunesse, n'ont pas1e courage de le tuer mais, lui coupent les pieds et le jetent dans un marais couvert d'herbes.

C’est alors qu’il est sauvé par une louve. Elle le soigne et le nourrit de viande.
Elevé par l’animal, le jeune garçon grandit et s'unit avec la louve qui devint bientôt pleine.

Le roi, ayant appris que l'enfant vivait encore, envoit de nouveau ses hommes pour l’éliminer. Ceux-ci, voyant une louve à ses côtés décident de l'abattre également.

Mais le fauve s'enfuit sur une montagne située au nord du royaume de Tourfan. Dans la montagne, la louve se réfugie dans une caverne. A l’intérieur même de la caverne, la louve découvre une large plaine couverte d'herbes touffues et s'y installe

Quelques temps après, elle met au monde dix garçons, beaux et forts.
Devenus grands, les dix enfants osent sortir de la caverne et prennent des femmes qui deviennent mères.

Leur descendance choisi un nom de famille et l'un d'eux se nomma A-se-na (Ashina), l’ancêtre des Türks Tujue.
Dernière édition par Tsagan Qütu le 14 Fév 2008, 15:04, édité 1 fois au total.
Tsagan Qütu, Barde de l'Ordoo du 'Corbeau Rouge'
Image
Avatar de l’utilisateur

Barde

Messages: 43

Inscrit le: 09 Mars 2006, 20:54

Localisation: Près du feu

Message 14 Fév 2008, 15:01

Contes et Légendes Türk

La légende des “40 sources”.


Cette légende est liée (et même un peu dédiée) à la lutte turque.

Pendant l'expédition préparée par Orhan Gazi en vue du passage en Roumélie en 1346, son frère Süleyman Pacha attaque en compagnie de 40 soldats, la citadelle byzantine de Domuzhisar.

Et Domuzhisar est conquise! Après cette victoire, la petite troupe continue ses exploits et réduit d’autres citadelles.

Cherchant à reprendre des forces, le bataillon d'avant-garde des 40 soldats fait une pose à Samona. Mais pour ‘tuer’ le temps et garder la forme, les 40 guerriers en profitent pour engager une compétition de lutte.

La lutte dure pendant des heures et à la fin de la joute, deux frères, Ali et Selim, restent à égalité.

Plus tard, lors de la fête de Hidirelez (Fête de Printemps), les deux frères reprennent la lutte à Ahiköy près d'Edirne.

Ces deux frères lutteurs qui ne réussissent pas à se départager pendant toute la journée, poursuivent la compétition pendant la nuit à la lumière des bougies et des lampions. Au petit matin, épuisés, ils meurent sur place !

Leurs amis décident alors pour les honorer de les enterrer sur les lieux même de leur exploit, à l'ombre d’un figuier.

Ils s'y rendent quelques années plus tard et remarquent avec stupéfaction que près des tombes des deux lutteurs, une fontaine est apparue! C'est ainsi que le nom de "KIRKPINAR" ( 40 sources) fut donné à cet endroit.

Un autre article sur ce site vous présente la lutte turque.
Tsagan Qütu, Barde de l'Ordoo du 'Corbeau Rouge'
Image
Avatar de l’utilisateur

Barde

Messages: 43

Inscrit le: 09 Mars 2006, 20:54

Localisation: Près du feu

Message 07 Juin 2009, 16:48

Contes et Légendes Türk

La légende de Köroglu

La légende de Köroglu est en fait l’un des “Récits Epiques” le plus important dans les traditions orales des peuples türks.

Son origine est incertaine mais l’Epopée commence à se former aux environs du XIème siècle.

De tradition orale, chantée par les bardes, la légende, commune à plusieurs cultures différentes, existe dans de nombreuses variantes.

Néanmoins, le thème commun à toutes les versions est celui du héros, Köroglu défendant son clan ou sa tribu contre ses ennemis.

Köroglu est, à la fois, artiste, brigand, combattant valeureux, pillard et redresseur de torts. Il incarne le type du bandit social, du hors-la-loi que le seigneur ou l’État poursuivent comme un criminel, mais en qui les opprimés voient un vengeur, un justicier (une sorte de Robin des Bois d’Asie centrale).

C’est aussi un homme simple, issu du peuple et dont les péripéties ridiculisent les personnes qu’ils floue à travers d’énormes fourberies dignes de nos farces médiévales ( ce qui me fait penser à Tijl Uilenspiegel).

Les maintes et maintes aventures de Köroglu sont bien trop longues à raconter sur ce site.

Voici juste un cours extrait de la rencontre du héros avec son cheval :

Un jour que des juments paissaient dans les prairies qui s’étendaient le long d’une rivière, un étalon sortit de la surface des eaux, gagna la rive, courut vers la horde, et après s’être accouplé à deux d’entre elles, replongea dans la rivière, où il disparut à jamais.

Cette étrange chose fut immédiatement rapportée à Mirza-Serraf. celui-ci se rendit à la prairie, et ayant fait des marques distinctes aux deux juments désignées, recommanda aux gardiens d’en avoir un soin particulier.
De retour chez lui, il consigna sur ses livres les détails de l’apparition de l’étalon, et enregistra la date précise de cet événement.

Quelque temps après, deux poulains naissent de l’accouplement merveilleux.
Mirza-Serraf avait la charge de visiter, à tour de rôle, tous les haras du “prince’ confiés à ses soins et de mettre à part les meilleurs poulains pour ses écuries .
Les deux poulains merveilleux furent donc au nombre de ceux qu’il choisit. Mais quand le prince vint en personne visiter ses écuries, il examina attentivement les chevaux amenés par Mirza-Serraf.
Il approuva tous les choix mais entra dans une vive colère en voyant deux poulains en question qu’il trouva parfaitement hideux.

Il convoqua, en sa présence, Mirza-Serraf et s’adressant à lui d’une voix courroucée, il lui dit :

“Vassal, qu’est-ce que cela signifie ? me crois-tu donc dépourvu d’instruction ou d’intelligence, ou bien es-tu devenu si vieux que tu ne puisses plus distinguer un bon cheval d’un mauvais ? Que prétends-tu en m’amenant ces deux misérables poneys”.

Comme Mirza-Serraf ne put lui donner l’explication de son choix, de peur de ne pas être cru, le prince ordonna qu’on lui crève les yeux.

Cette sentence fut exécutée immédiatement, un fer rouge fut appliqué sur le globe des yeux de l’infortuné Mirza, qui fut ainsi privé pour jamais de la lumière.

Roushan, le fils de Mirza-Serraf fut autorisé à prendre celui des deux poulains qui lui plairait le plus.

Alors, Mirza-Serraf appris à son fils comment le dresser, l’initia à l’équitation et au métier des armes, avant de lui indiquer ses dernières volontés :

“Mes jours sont comptés, dit-il, désormais tu prendras le nom de Köroglu (le fils de l’aveugle). Tes vers et tes actions seront attachés pour toujours à ce surnom. Quant à ton cheval, tu devras le nommer Kyrat”.



Malheureusement, à la fin du conte, une trahison déshonore sa vie et marque le début de sa chute. Köroglu finira esclave et aveugle, après avoir vu tuer son cher Kyrat, son cheval merveilleux.
Tsagan Qütu, Barde de l'Ordoo du 'Corbeau Rouge'
Image

Retour vers Contes et Légendes des 'Peuples Cavaliers'

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 visiteur de passage

Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by ST Software for PTF.
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
- Les Modifications du Style ont été réalisées par Alokhan, Commandant du Petit Iour Tchi.
- Le fond musical du site a été réalisé par Franck Mouzon sous licences Creative Commons.



Le site d'une artiste peintre : Anik



                              Retour � l'accueil