Logo Yourte                              

Contes et Légendes Ouïghours


Venez écouter Tsagan Qütu, notre barde, raconter ses histoires, le soir, sous la yourte.

Modérateurs: Che Khan, Alokhan, Tsagan Qütu

Avatar de l’utilisateur

Barde

Messages: 43

Inscrit le: 09 Mars 2006, 20:54

Localisation: Près du feu

Message 17 Mars 2006, 12:08

Contes et Légendes Ouïghours

Le Pauvre et le Khan


Il était une fois un homme très pauvre. Il avait beau travailler et travailler, il n’avait jamais un sou en poche. Alors que l’hiver était cette année là très vigoureux et que le vent glacé soufflait sur la steppe, notre pauvre fit un bon feu dans sa chaumière, il y apporta un peu de terre et y planta un pépin de melon.

Peu de temps après, il récolte un gros melon.

“Je vais le porter au khan”, se dit-il; “Il me le paiera sûment un bon prix”

Arrivé chez le khan, celui-ci lui pose quelques questions.

- L’as tu cultivé seul ?
- Oui, votre Majesté, murmure le pauvre
- Parfait
- Et par un tel hiver ?
- Oui, votre Majesté, répond poliment le pauvre
- Parfait
- Et celà uniquement pour me l’offrir ?
- Oui, votre Majesté, acquièce à voix basse le pauvre
- Parfait

Alors, le khan prends le melon du pauvre de ses propres mains et lui fait un signe qu’il peut se retirer.

Le pauvre sort du palais. Il a un telle faim au ventre qu’il pense en pleurer. En passant près d’une auberge, il se fait héler par le propriétaire.

- Hé toi, ne veux-tu pas gouter à mes petits pâtés farcis de viande? Je viens de les préparer.

Le pauvre n’hésite pas beaucoup, entre dans l’auberge et se met à table.
L’aubergiste lui sert un grand plat de petits pâtés farcis et le pauvre a tôt fait de tout avalé.

Alors il se tourne vers l’aubergiste et lui demande :

- Tu les as préparé tout seul ?
- Oui, lui répond l’aubergiste.
- Parfait
- Et la viande aussi?
- Oui, répond l’aubergiste
- Parfait
- Et la sauce également ?
- Oui, répond l’aubergiste
- Parfait, apptouve une dernière fois le pauvre en se levant et en se dirigeant vers la sortie.

- Holà, lui crie l’aubergiste en le ratrappant par la manche, “ tu comptais partir sans payer ?”

- Bien sur, lui répond le pauvre.

Et comme l’aubergiste se rend compte que le pauvre n’a pas d’argent sur lui, il se fache et le conduit devant le khan pour se plaindre du vol.

Arrivé devan le khan l’aubergiste raconte son histoire. Alors, le khan se met en colère et s’adresse au pauvre :

- En voilà des manières de commander un plat et de partir sans payer. Crois-tu que de dire ‘parfait’ suffit ?, avec un ‘parfait’ on ne peut rien acheter.

- Votre majesté, dit humblement le pauvre, “j’ai dû confondre, je vous ai apporté un melon cultivé en pein hiver, et vous l’avez accepté et me renvoyant chez moi après m’avoir dit : Parfait, parfait. J’ai cru maintenant chez nius le mot ‘parfait’ suffisait pour payer.

Le khan, tout honteux, paya l’aubergiste pour les petits pâtées farcis et récompensa richement le pauvre pour son melon d’hiver.
Dernière édition par Tsagan Qütu le 27 Oct 2009, 20:50, édité 2 fois au total.
Tsagan Qütu, Barde de l'Ordoo du 'Corbeau Rouge'
Image
Avatar de l’utilisateur

Barde

Messages: 43

Inscrit le: 09 Mars 2006, 20:54

Localisation: Près du feu

Message 07 Mai 2006, 10:55

L’Histoire de la laide femme

L’Histoire de la laide femme


Il était une fois une femme si laide que même le plus pauvre ou le plus vilain des diables n’en n’aurait pas voulu comme épouse.

Et plus elle vieillisait et plus elle devenait laide. Comme elle ne voulait pas rester ‘vieille fille’ et finir sa triste vie toute seule, elle décida d’épouser un aveugle.

Le mariage fut célébré et le couple alla vivre dans son foyer.

La femme pris lors l’habitude de se vanter de sa beauté devant lui.

“Tu ne te rends pas compte de la chance que tu as d’avoir une épouse aussi jolie” disait-elle.

“Tu ne te doute même pas de la beauté de ta femme” ajoutait-elle.

“Tout le monde dit que j’ai le visage aussi beau qu’une pleine lune et aussi doux que le lait d’une jument blanche”.

Au début, le mari l’écouta avec patience. Mais au fur et à mesure des jours et des semaines qui passaient il en eu assez de son autosatisfaction.

“Tu me fatigue avec ta beauté” lui dit il.

“il est certain que tu cherches à me tromper. Tu ne peux être aussi belle que tu le prétends.
Quelle serait la femme, sur cette terre, qui, si elle était si jolie, prendrait un mari aveugle?”

A partir de ce jour, la femme se tut et ne parla plus jamais de sa beauté devant son mari.
Tsagan Qütu, Barde de l'Ordoo du 'Corbeau Rouge'
Image

Retour vers Contes et Légendes des 'Peuples Cavaliers'

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 visiteur de passage

cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by ST Software for PTF.
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
- Les Modifications du Style ont été réalisées par Alokhan, Commandant du Petit Iour Tchi.
- Le fond musical du site a été réalisé par Franck Mouzon sous licences Creative Commons.



Le site d'une artiste peintre : Anik



                              Retour � l'accueil