Logo Yourte                              

Yasaq et Administration mongole


Des articles sur la vie quotidienne des "Peuples Cavaliers" en générale et des Mongols en particulier.

Modérateurs: Alokhan, Che Khan, Dame Annick

Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 22 Juin 2007, 11:56

Yasaq et Administration mongole

Le Yasaq

Temudjin a 50 ans lorsqu’il a enfin réussi à réunir autour de lui toutes les tribus mongoles.

Mais pour que Temudjin devienne Gengis Khan, il doit maintenant asseoir son pouvoir sur quelque chose de plus grand que simplement être le khan des Mongols. Il doit organiser et administrer son khanat. Et qui dit ‘administrer’ dit ‘administration’. Or, à ce niveau, il lui reste encore beaucoup de chose à faire et surtout, à apprendre.

Or, au contact des Naïman et surtout des Ouïghour, Gengis Khan fait la connaissance d’un haut fonctionnaire ouïghour du nom de T’a-ta T’ong-a. Ce fonctionnaire avait la charge du ‘sceau royal ‘ qui marquait et garantissait les édits du monarque.

Gengis Khan comprend l’importance de cette objet, il engage le fonctionnaire à son service. De plus les Ouïghour ont une écriture. Gengis Khan voit toute l’utilité de savoir écrire et de savoir lire.
Il charge le fonctionnaire d’enseigner cette science à ses fils et de recruter d’autres fonctionnaires parmi ses compatriotes. Ceux-ci constitueront l’embryon de son administration.

Maintenant qu’il a ce nouveau service à sa disposition, Gengis Khan passe à une étape suivante. Il décide de créer un code de lois connu et reconnu par tous, le Yasaq (ensemble de décrets impériaux).

Il ne part pas de rien et s’inspire largement de ce qui existe déjà : un droit coutumier transmit par tradition orale et qui existe depuis des millénaires chez les Peuples Cavaliers’, le Yosun.
Ce droit coutumier était fortement influencé par des règles à la fois d’ordre pratique et d’ordre magico-religieux.

Gengis Khan va mettre par écrit et étendre ce droit pour en faire un code régissant l’ensemble de la vie des Mongols.
Il va y introduire une grande innovation, celle de la suppression du système clanique et de l’indépendance de ceux-ci. Cette innovation capital sous entend déjà qu’il ne peut y avoir qu’un seul chef, qu’un seul roi.

Le Yasaq va s'intéresser aux règles de la vie privée, familiale et sociale, en temps de paix comme en tant de guerre. Il concerne le sacré et le profane, la justice et la morale. Ce sont des
règles qui concernent l’État : la chasse comme entraînement à la guerre, l’organisation de l’armée, le réseau postal pour les communications officielles (yam), la levée des impôts dans
les territoires conquis.

Touchant à tout et réglementant tout, il devient la référence officielle. Mais il ne remplace pas le "Yosun", il le complète.
De plus, si les "Droits Coutumiers" pouvaient être différents selon les Tribus et les Peuples, le "Yasaq" sera d'application dans tout l'empire et pour tout le monde.

Gengis-khan établi une loi pour chaque occasion, une règle pour chaque circonstance, une peine légale pour chaque crime. ces décret étaient enregistrés sur des rouleaux qu’on appelait "yasa-nama-yi buzurg" (Grand Livre du yasaq). »

Nous trouvons aussi des règlements militaires (organisationnel et hiérarchique) ou encore un ensemble de règles et de sanctions vis à vis des soldats (la peine de mort pour une sentinelle qui s’endort à son poste, par exemple).
Une notion importante également contenue dans le Yasaq est le respect totale de l’obéissance aux chefs militaires et à leurs ordres, une notion indispensable pour avoir une armée efficace et ordonnée.

Mais aussi, des règles concernant les échanges diplomatiques ou les règles de justice et les rapports entre les différentes tribus.

Lorsqu'il en parle, le franciscain Jean de Plan Carpin sépare bien les deux éléments. Il parle des lois et des ordonnances promulguées par Gengis-khan (Yasaq), qu’il distingue des coutumes et des pratiques ancestrales et traditionnelles des Mongols (Yosun).

Si c'est Gengis khan qui est le premier instigateur du "Yasaq", les Khans successifs vont également l'alimenter par de nouveaux décrets.

Considéré à l’égal d’un livre sacré, le Yasaq restera en vigueur bien longtemps après son créateur. Ainsi, même lorsque la Charria des Musulmans viendra lui faire concurrence, il sera encore l’ultime référence. Nous retrouverons encore l’influence de ses règles en vigueur dans l’organisation de la ‘Horde d’Or’.

Le Yasaq n’a pas été conservé et ses lois ne sont pas parvenue jusqu'à nous. Mais une partie d'entre elles nous sont connue par les écrits de chroniqueurs arabes et persans.

Par contre, une grande partie des ‘interdits’ et des ‘tabous’ qui régissaient la vie quotidienne des Mongols (le Yosun) est encore connue de nos jours. Un article est consacré à ceux-ci dans ce post .
Che Khan, votre humble serviteur
Image
Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 19 Juin 2011, 12:30

Administration mongole

Le Yargu


Ainsi, Gengis-khan, peu après le quriltai de 1206, a ajouté au “Yusun” (droit coutumier traditionnel mongol), son “Yasaq” (ensemble de décrets impériaux).

Maintenant, pour faire face à l’ancien pouvoir clanique, il doit mettre en place une structure pour faire appliquer ce “Yasaq” à l’ensemble des populations faisant partie de son empire.

Il se dote d’une instance judiciaire supérieure, le “Yargu” et nomme , à sa tête, un juge suprême, Chiqi Qutuqu, dont la charge est d’exercer un contrôle sur l’ensemble des populations de l’empire.

« Sois pour moi des yeux qui voient, des oreilles qui écoutent [...]. Que nul n’aille à l’encontre de tes décisions ! Dans toute la nation punis le vol, fais taire le mensonge, mets à mort ceux qui doivent être mis à mort, châtie ceux qui doivent être châtiés. »

La fonction de Chiqi Qutuqu, le “Yarguci” (le juge), chargé d’instruire les crimes commis dans l’empire représente le prototype embryonnaire de la machine judiciaire de l’Empire mongol.


Chiqi Qutuqu fut également chargé de tout noter dans un livre.

Dans les sources persanes, le terme “Yargu” est utilisé pour désigner la cour d’investigation chargée d’enquêter sur le cas des ministres déchus, des fonctionnaires corrompus, des militaires incompétents et autres « ennemis » de l’État.

Le terme est dérivé du mongol “jargu” qui signifie : affaire, plainte, justice.


Remarque : Chiqi Qutuqu est l’un des 4 enfants adoptés par la mère de Gengis Khan. Chiqi Qutuqu étant l’enfant rescapé d’une des tribus tatars.
Che Khan, votre humble serviteur
Image
Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 08 Déc 2011, 12:26

Administration mongole

Les "Gouverneurs"


Afin d'administrer les régions incorporées dans l'Empire, les Khans mongols nomment des "Gouverneurs" chargés de faire respecter leur autorité.

Les Mongols mettent en place un système dual civil/militaire. Le nom de ces "Gouverneurs" varie selon les époques et les régions. En voici quelques-uns :


Chez les Tüks Seldjoukides : "Sihna" (Gouverneur Civil) et "Basqaq" (Gouverneur Militaire)
Chez les Mongols : "Daruyaci" (Gouverneur Civil) et "Tammaci" (Gouverneur Militaire)
Chez les Tüks : "Darugha" (Gouverneur Civil) et "Basqaq" (Gouverneur Militaire)

Chez les Mongols Yuan : "Daluhuachi" (Gouverneur Civil) et "Tammachi" (Gouverneur Militaire)

Chez les Mongols de la "Horde d'Or": "Daruga" (Gouverneur Civil) et "Basqaq" (Gouverneur Militaire)
Che Khan, votre humble serviteur
Image
Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 17 Déc 2011, 14:47

Administration mongole

Les "Bitikci"


Le terme "Bitikci" est emprunté à la langue ouïghoure, et son sens originel est “secrétaire”.

En effet, au contact des Naïman et surtout des Ouïghour, Gengis Khan fait la connaissance d’un haut fonctionnaire ouïghour du nom de T’a-ta T’ong-a. Ce fonctionnaire avait la charge du ‘sceau royal ‘ qui marquait et garantissait les édits du monarque.

Gengis Khan comprend l’importance de cette objet, il engage le fonctionnaire à son service. De plus les Ouïghour ont une écriture. Gengis Khan voit toute l’utilité de savoir
écrire et de savoir lire.
Il charge le fonctionnaire d’enseigner cette science à ses fils et de recruter d’autres fonctionnaires parmi ses compatriotes. Ceux-ci constitueront l’embryon de son administration.


Tout au long de leurs conquêtes, les Mongols n’hésiterons pas de prendre à leur service des gens instruits provenant de différents peuples (Persans, Khitan, Chinois, Tangut, etc ) .

Ces fonctionnaires étaient appelés "Bitikci".

Il convient de rappeler que ces fonctionnaires étaient généralement subordonnés au Gouverneur ( civil ou militaire) qui représentait le “grand Khan” dans les Etats subordonnés tels que la Chine, le Turkestan, l'Iran.

Les fonctions d'un "Bitikci" pouvaient être multiples et se trouver à plusieurs niveaux différents de pouvoir (allant de simple secrétaire à haut responsable).

En voici quelques unes :

- Responsable de l'Administration générale (rédaction des Yarlik ou un décret).
- Responsable des remises des nominations (militaires ou civiles).
- Fonctionnaire responsable du ‘Tamga’ ( sceau du Khan) qui atteste de l'authenticité des Yarlik.
- Fonctionnaire des finances afin remplir le rôle de Trésorier ou de Percepteur des impôts.
- Fonctionnaire chargé de réguler les affaires des marchands et des commerçants.
- Fonctionnaire chargé des services diplomatiques.
- Fonctionnaire chargé des enquêtes de ‘police’.
Che Khan, votre humble serviteur
Image
Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 18 Déc 2011, 11:53

Administration mongole.

D'autres Fonctionnaires :

Le Yamci : le responsable d'un "Relais" de Poste.
L'Ulaci : le postier à cheval
Che Khan, votre humble serviteur
Image
Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 25 Nov 2012, 20:00

Administration mongole

Le gerege :

Le Gerege ( persan : Paiza / chinois : páizi) est un objet (parfois sous la forme d'un médaillon) qui représente un niveau d'autorité ( ou de droit) pour la personne qui le détient.

Cela permet, par exemple, aux personnes qui le possède (souvent des fonctionnaires ou des responsables militaires) de recevoir des biens et des services des populations civiles.
Au niveau militaire, le "gerege" pouvait être donné à un messager en mission et utilisé comme une sorte de "laisser-passer".

Au départ, l'attribution du “gerege” est du ressort du Khan mais bien vite, certains fonctionnaires ou personnages importants (Nobles) émettent officieusement des “gereges”. Ces “gereges” plus ou moins illicites perturbent le système et Ögedei Khan est obligé d’intervenir en interdisant la noblesse d'en émettre pour leur usage privé.

Pour attirer les marchands étrangers les Grands Khans leur distribuent des “gereges” qui leurs permettent des exemptions d’impôts ou de taxes et le droit d'utiliser des “Stations Relais” (Poste).

Cependant, Möngke Khan doit limiter les abus et envoi des enquêteurs impériaux pour superviser les activités des marchands parrainés par les Mongols.

Marco Polo , sous le règne de Khubilaï Khan, a laissé une bonne description de ces “gereges”.

Pour plus d’efficacité, Ghazan Khan réforme la délivrance de ces “gereges”.

Il ordonne que tous les avantages liés au “gerege” doivent être consignés dans un dossier à la cour.
Il ordonne l'annulation des “gereges” de plus de 30 ans.
Il décide de lier les “gereges” à leur porteur en y indiquant leur nom afin d’empêcher que le “gerege” soit transféré à une autre personne et pour que celui-ci soit remis à la fin du mandat du fonctionnaire.

ImageImage
Gereges mongols (datation et origine inconnues).

Image
Gerege mongol (XIIIème siècle / origine inconnue).

Image
Gerege mongol (Dynastie Yuan).
Che Khan, votre humble serviteur
Image

Retour vers La Vie au quotidien.

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 visiteur de passage

Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by ST Software for PTF.
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
- Les Modifications du Style ont été réalisées par Alokhan, Commandant du Petit Iour Tchi.
- Le fond musical du site a été réalisé par Franck Mouzon sous licences Creative Commons.


Ravélo : Un site de balades à vélo
Anik : Le site d'une artiste peintre



                              Retour � l'accueil