Page 1 sur 1

La Bataille du Mont Gindarus, 9 juin 38 av J-C

MessagePublié: 11 Sep 2015, 13:52
par Che Khan
La Bataille du Mont Gindarus, 9 juin 38 av J-C

Avant-propos :

La bataille du mont Gindarus ou bataille de Cyrrhestica est une bataille qui voit s'affronter les troupes romaines du Général Publius Ventidius Bassus et l'armée romano-parthe de Pacorus, fils du roi des Parthes, Orodes II.
Cette bataille se déroule le 9 juin 38 (av J-C) et se situe dans la région de la Cyrrhestica au nord-est d'Antioche.
Elle est liée à la période pendant laquelle Rome est secouée par la guerre civile, après l'assassinat de Jules César.

Contexte Général :

Après la défaite de l'armée romaine à la bataille de carrhes , les Parthes font un certain nombre de raids en territoire romain.
Gaius Cassius Longinus , un survivant de la bataille de Carrhes devenu proquaestor, défend les frontière contre ces incursions.

Cependant, vers 40 av J-C, les Parthes reviennent avec une force encore plus grande et sont aidés par un rebelle romain, Quintus Labienus, qui s'est mis à leur service.
Quintus Labienus est le fils du général romain Titus Labienus. Quintus est, comme son père, fidèle à la cause de la République romaine.

Après l’assassinat de Jules César en 44 av. J.-C., Quintus Labienus, qui a rejoint le camp des meurtriers (Caius Cassius Longinus et Marcus Junius Brutus) part demander des secours militaires auprès de l’empire parthe.

Caius Cassius Longinus et Marcus Junius Brutus sont vaincus par les troupes de Marc Antoine lors de la double bataille de Philippes.

Labienus reste réfugié dans le camp des Parthes, se met au service de l'Empire Parthe et adopte le titre de "parthicus imperator".

En 40 av. J.-C., Labienus et Pacorus, le fils du roi parthe, profitent de l’inaction de Marc Antoine en Égypte et attaquent les possessions de Rome au Moyen-Orient.
L’armée parthe traverse l’Euphrate et attaque Apamée, dans la province romaine de Syrie. L’opération se solde par un échec mais Labienus peut joindre à sa cause la garnison romaine cantonnée en Syrie. En effet, beaucoup de troupes romaines stationnées en Syrie à l'époque étaient d'anciens républicains.

L’armée parthe ainsi renforcée s’enfonce en territoire romain, défait le gouverneur Lucius Decidius Saxa, partisan de Marc Antoine et peut s’emparer d’Apamée.

A partir de ce moment, les forces romano-parthes se séparent pour mener leur offensive dans deux directions.
A la tête d’une partie de l’armée, Quintus Labienus marche vers le nord à la poursuite de Saxa, qu’il élimine en Cilicie.

De son côté, Pacorus longe le littoral jusqu’en Palestine où il remplace Hyrcan par son frère Antigone II Mattathiah.
Après la mort de Saxa, Labienus conquiert sans rencontrer de résistance toute l’Asie mineure exception faite de quelques cités.
Mais le succès initial rencontré par les Parthes sera sans lendemain.

En 39 av. J.-C., Marc-Antoine donne à Publius Ventidius Bassus le commandement de plusieurs légions.


Ventidius qui a appris les erreurs que Crassus à commises pendant la bataille de Carrhes fait en sorte que ses forces aient une puissance de feu suffisante sous la forme d'archers et de frondeurs pour rivaliser avec les archers parthes.
Il a également compris qu'un terrain plat favorise la cavalerie parthe, tandis qu'un terrain vallonné annulerait cet avantage.

Publius Ventidius Bassus contre-attaque et vainc Labienus, qui est tué dans la bataille.
Les Parthes sont contraints de se retirer dans le col de l'Amanus où ils sont poursuivi par les forces de Ventidius.
Les Romains sont à nouveau victorieux et les Parthes se retirent en Syrie.

Après ce revers, Pacorus prépare une nouvelle invasion en Syrie en 38 avant JC.
Grâce à des informateurs fidèles aux Romains, ventidius est mis au courant de cette nouvelle menace.

Ventidius, qui, maintenant, connaît bien la stratégie parthe, devine sans difficulté, la route que Pacorus va emprunter et cette route ne lui convient pas.
Les espions de Ventidius lui apprenne également qu' un noble syrien du nom de Channaeus et qui prétend être un allié romain, est, en fait, un espion au service des Parthes.
Ventidius invite Channaeus à dîner et au cours de leur réunion, Ventidius fait passer l'information comme quoi il espère bien que les Parthes traversent l'Euphrate à l'endroit habituel, près de la ville de Zeugma.
Channaeus fait rapidement passer l'information à Pacorus qui décident de changer son itinéraire et choisi une route plus en aval pour traverser l'Euphrate.

Mais à cet endroit, l'Euphrate est plus large et Pacorus doit faire construire un pont., ce qui lui fait perdre 40 jours.
Les 40 jours dont Vendidius avait besoin pour organiser ses forces.

De plus, les Parthes, qui ne rencontrent aucune opposition pendant la construction du pont et la traversée de la rivière sont mis en confiance. Ils pensent que les Romains sont en situation de faiblesse.


La bataille :

Lorsque les Parthes arrive à proximité de la ville, ils se rend compte que les troupes romaines occupent une petite colline (le mont Gindarus). Les légions romaines sont disposées en ordre de bataille à mi pentes.
Presque instantanément, les Parthes se précipitent à l'attaque. On ne sais pas si l’ordre est venu de Pacorus ou si la charge est une réaction spontanée.

Ventidius qui veut bénéficier de l'avantage de hauteur, fait engager les frondeurs et les archers pour contrer les archers à cheval parthes ( cavalerie légère) qui gravissent la pente.
Ces frondeurs, disposés sur le côté gauche et droite de l'infanterie romaine, effectuent un 'feu croisé' qui stoppe la charge des archers à cheval.
Certains refluent, créant le désordre dans les troupes parthes situées à l'arrière.

Chargé par l'infanterie romaine, les archers à cheval sont entraînés dans la pente où ils s'écrasent contre leurs semblables.
Les cataphractaires parthes (cavalerie lourde) qui sont disposés au pied de la colline, ne peuvent intervenir et sont également chargés par l'infanterie romaine qui continue son effort.
Contraints à un combat au corps à corps contre les légionnaires, ils sont rapidement débordés.

La cavalerie parthe fini par éclater et la panique se propage à toute l'armée
La cavalerie lourde parthe (ou ce qu'il en reste) est maintenant complètement encerclée par les légionnaires romains.
Pacorus, qui se trouve au milieu de sa cavalerie lourde, tente de rallier ses troupes.
Identifié facilement pare son armure, Pacorus est finalement tué avec ses gardes du corps.

Alors que la nouvelle se répand que le prince Pacorus a été tué et que son corps gît sur la plaine, une tentative pour récupérer sa dépouille échoue.
La grande majorité de l'armée parthe se retire. Certains tentent de repasser par le pont construit sur l'Euphrate. Ils sont capturés par la cavalerie romaine, laissée en réserve pendant la bataille et sont mis à mort.



Après la Bataille :

Globalement, l'armée romaine remporte une victoire complète
Le général Publius Ventidius Bassus, en infligeant une défaite écrasante aux Parthes, réussi à garder les provinces de l'Est sous l'autorité de Rome.
Il auraient pu poursuivre les Parthes plus loin, mais semble avoir 'retenu son bras' afin de ne pas encourir la jalousie d'Antoine.