Message 05 Déc 2015, 19:43

La Bataille de Wlndr, Avril 934

La Bataille de Wlndr, Avril 934

Avant-propos :

La bataille de Wlndr est une bataille qui voit s'affronter les troupes magyares alliées aux Pétchenègues aux troupes bulgares alliées aux Byzantins.


Avertissement :

La date exacte de la bataille :

Al-Masudi écrit que la bataille a lieu vers l'an 320 après l'Hégire ou un peu après.

(320 après l'Hégire, c'est 932 de notre ère)

La chronique byzantine de Syméon Métaphraste écrit que la campagne des Magyars a eu lieu dans le "septième année de la indiction au mois d'Avril ".
Les historiens conviennent que le septième indiction signifie l'année 934.

Le lieu de la bataille :

Parce al-Masudi utilise l'alphabet arabe, qui n' utilise pas des lettres pour les voyelles brèves, lorsqu'il écrit les noms des tribus étrangères, des villes et des pays, en raison de l'aide des consonnes, il est difficile de savoir comment ces noms se prononcent.

Ceci est le cas avec Wlndr dont nous ne connaissons que les consonnes de son nom.

Dans les éditions de textes traduits de ce travail, la transcription latine de Wlndr apparaît avec des voyelles choisis par les éditeurs (Walendar dans la traduction française du Barbier de Meynard et Pavet de Courteille de 1838 et Valandar ou Vanandar dans l'édition turque de 2004 ) mais cette 'traduction' induit le lecteur en erreur.
Al-Masudi a écrit sur les pays du Nord en utilisant l'information verbale des personnes qui ont visité ces régions, c'est pourquoi certaines de ses informations doivent être manipulées avec soin.

Par exemple, quand il écrit que Wlndr était une ville grecque entre les montagnes et la mer, les historiens pensent qu'il ne parle pas d'une ville, mais plutôt de l'ancien nom des Bulgares : Onogur / Onogundur/

Donc, dans le texte d' al-Masudi , Wlndr pourrait désigner soit les Bulgares, soit la ville de Belgrade.

Dès lors, la Bataille de Wlndr pourrait être la Bataille de Belgrade.


Contexte générale :

A partir de 927, la mort de Siméon Ier, le premier Empire bulgare commence sa lente période de déclin.

Après des années de conflit entre les deux empire, Pierre Ier de Bulgarie et l'empereur byzantin Romain Ier Lécapène signe un traité de paix et le souverain bulgare se marie avec Maria, petite-fille de l'empereur byzantin.

En 933, après des années de victoires, une armée magyare est battue à la Bataille de Riade par le Royaume de 'Francie orientale' (Germanie).

Celui-ci refuse désormais de payer un tribut aux Magyars.

Les difficultés militaires et la perte de ce revenus poussent les Magyars à regarder vers d'autres directions et se tournent vers l'Empire bulgare.

Mais avant d'attaquer les Bulgares, les Magyars prennent langue avec les Petchenègues afin de s'allier avec eux.

Très certainement pour deux raisons, grossir leur armée et s'assurer que les Petchenègues ne seront pas engagés comme mercenaire par les Bulgares


Prélude :

Au début du printemps 934, les Magyars et leurs alliés petchenègues entrent en Bulgarie avec 60 000 guerriers et attaquent la ville de Wlndr.

Lorsque l'empereur byzantin Romain Ier Lécapène est prévenu de cette attaque, il envoie, pour soutenir son allié, une armée d'environ 60.000 hommes.

Mais, parmi cette armée, il y a 12.000 soldats musulmans convertis au christianisme.

A cette armée byzantine se joint plusieurs milliers de soldats bulgares.

Les troupes byzantines arrivent à Wlndr.

Al-Masudi mentionne que jusqu'au moment ou ils arrivent, les Magyars ont massacré beaucoup de gens en Bulgarie et dans les environs de la ville.
Une partie de la population s'est réfugiée derrière les murs de la ville.

Les deux armées campent face à face pendant plusieurs jours .

Quand les Magyars et surtout leur allié Petchenègues apprennent que dans les rangs de l'armée byzantine il y a d'anciens musulmans convertis au christianisme, ils envoient des espions afin de les convaincre de les aider contre les chrétiens.

Il semble que les dirigeants magyars et pechenegues savaient très bien que l'apostasie était l'un des pires crimes pour l'Islam, considéré comme un crime contre Dieu et punis par la mort.

Ils utilisent cet argument les convaincre de changer de camp.
Un certain nombre de musulmans désertent les Byzantins et viennent renforcer les troupes magyares.

La Bataille :

La bataille va durer deux jours.

Le premier jour, l'armée byzantine-bulgare a pris l'avantage, terminant cette journée par une victoire mais partielle.

Pendant la nuit, les deux armées restent en ordre de bataille, tandis que les chefs de l'armée magyares tiennent un conseil de guerre.

Comme le rapporte al-Masudi, le 'khan' des Petchenègues demande la permission de commander l'armée, parce qu'il connaît la façon de battre l'armée byzantine-bulgare. Sa demande est accordée.

À l'aube de la deuxième journée, le 'khan' des Petchenègues forme de nombreux détachements à cheval de 1000 hommes et les positionné à l'aile droite et à l'aile gauche de l'armée nomade.

Il donne l'ordre aux détachements d'attaquer l'armée bysantine-bulgare par une manœuvre spécifique.

L'aile gauche doit foncer sur l'aile droite de l'armée chrétienne, puis dans un mouvement rapide tourner à droite vers le centre, tirer une pluie de flèches sans s'arrêter et venir se repositionner avec sa propre aile droite.

l''aile droite doit faire le même mouvement dans l'autre sens.

Ils répètent ces mêmes attaques sans arrêt, harcelant les troupes byzantine et bulgares et ceci sans essuyer de pertes importantes.

Par contre, ces attaques incessantes causent de lourdes pertes à l'armée byzantine-bulgare et leurs lignes commencent à se désintégrer.

L'armée chrétienne se trouve dans l'obligation de tenter quelque chose et débute une attaque générale contre le centre de l'armée nomade, qui, n'ayant pas encore 'donné' , est totalement reposée.

Lorsque les Byzantins et les Bulgares arrivent au contact, l'armée nomade s'ouvre en deux, laissant les chrétiens entrer dans l'espace puis tire tire plusieurs volées de flèches qui causent des pertes énormes.

L'armée bysantine-bulgare est complètement désorganisée alors que l'armée magyare lance une attaque générale.

L'armée chrétienne perd pieds et leur soldats commencent à fuir. Mais ceux-ci sont encerclés et il y a peu d'endroit ou se mettre à couvert.

Les cavaliers magyars et petchenègues rangent leur arc, dégainent leur sabre et massacrent les soldats byzantins et bulgares.


Après la Bataille :

La bataille est gagnée, il reste à prendre la ville (comme indiqué plus haut, nous présumons que la ville est Belgrade)

Les cadavres chrétiens sont si nombreux que les Magyars et les Petchenègues les utilisent en les entassant contre la muraille afin de l'escalader.

La ville est prise et les nomades la pillent pendant trois jours, tuant de nombreuses personnes, prenant les survivants comme captifs.


Après avoir pris Wlndr , l'armée nomade se dirigea vers Constantinople.

Al-Masudi mentionne qu'ils continent leur chemin en pillant les fermes, tuant de nombreuses, prenant les autres en captivité.

Syméon Métaphraste écrit qu'ils galopaient jusqu'à ce qu'ils atteignent Constantinople et ont pris en captivité "tous les thrace ".

Al-Masudi écrit qu'arrivés en face à la 'grande ville', ils y restent pendant 40 jours et pillent la région.

Syméon Métaphraste indique que l'empereur de Byzance envoie, pour négocier , le patricien et protovestiaire, Théophane.

Théophane conclu la paix avec les Magyars (la chronique byzantine dit rien à propos des Petchenègues)

Les Byzanins promettent de racheter tous les prisonniers et de rendre hommage (payer un tribut chaque année) aux Magyars (le paiement de ce tribut a duré jusqu'en 957).


Remarque :

- Al-Masudi est un encyclopédiste et polygraphe arabe, à l'apogée de l'islam classique. Il est né à Bagdad à la fin du Ixème siècle et est mort à Fostat en septembre 956, Ses Murūj adh-dhahab wa-ma'ādin al-jawhar ou Prairies d'Or et Mines de Pierres Précieuses resteront jusqu'au milieu du Xvème siècle le manuel de référence des géographes et des historiens de langue arabe ou persane.


- Syméon Métaphraste, dit aussi Syméon Magistros est un homme d'État et historien qui fut l'auteur de la plus importante compilation hagiographique du Moyen Âge byzantin. Il est né à Constantinople sous le règne de Léon VI (886-912).
Che Khan, votre humble serviteur
Image