Message 03 Oct 2005, 13:23

La Bataille d’Aïn Djalout, 03 septembre 1260

La Bataille d’Aïn Djalout, 03 septembre 1260

Contexte général :

Profitant d'un moment de répis, Qoutouz, le sultan mamelouk d'Egypte, décide d'attaquer les Mongols alors qu'ils sont ébranlés par la mort de leur Khan, Möngke.
En effet, Hülegü qui avait envahi le Moyen-Orient et avait ouvert la route vers l’Égypte rentre avec la majeure partie de son armée, ne laissant derrière lui qu’un faible contingent de 20 000 hommes commandé par le général mongol Kitbouka.

Ce petit contingent campe dans les steppes pour éviter les chaleurs estivales et faire reposer les chevaux.

Le 26 juillet 1260 l'avant-garde égyptienne quitte Le Caire. Mais la route de Damas est tenue par les croisés. Le chef musulman demande le droit de passage au baron des croisés qui, contre toute attente, accepte de le laisser passer sur ses terres (les chevaliers chrétien ne réalisent pas l'opportunité qu’ils ont de s’allier aux Mongols pour lutter contre les Musulmans).

Les Mamelouks peuvent maintenant avancer en Syrie en toute tranquillité.
Surpris, les Mongols vont à leur rencontre avec quelques auxiliaires Arméniens et Géorgiens.
En oute, ils perdent encore un peu de temps car ils sont obligés de réprimer une insurrection populaire à Damas .

La Bataille :

La rencontre a lieu à Aïn Djalout, le 3 septembre 1260, près de Nazareth
Qoutouz a eu le temps de cacher la plupart de ses troupes, ne laissant sur le champ de bataille qu’une avant-garde commandée par le plus brillant de ses officiers, Baibars.
Kitbouka arrive précipitamment et, mal renseigné, tombe dans le piège. Avec toutes ses troupes, il se lance à l’attaque sans garder de réserve. Baibars recule, et bientôt les Mongols se voient entourés de toute part.
Et là, pour la première fois, les Mongols sont battus. Ils combattirent avec leur vaillance et leur force habituelle, mais ils étaient surpassés en nombre.
Kitbouka est capturé et aussitôt décapité. On rapporte ces paroles au chef mongol :

« Que le khan ne soit pas affligé par la perte de son armée. Qu'il s'imagine que pendant une année les femmes de ses soldats n'ont pas été enceintes et que les juments n'ont pas pouliné. Longue vie au Khan ! »

Le 8 septembre au soir, les cavaliers mamelouks entrent en libérateurs dans Damas en liesse.

Remarquons que les troupes qui battent les Mongols ne sont ni des troupes égyptienne, ni même des troupes arabes. En effet, lesMamelouck sont des ‘soldats esclaves’ au service du sultan. Sorte d’armée permanente et professionnelle, les hommes qui la compose sont essentiellement issu de peuples cavaliers turk. Ainsi les cavaliers mongols sont battu par d’autres cavaliers (un post spécifique sur les Mamelouks est disponible -> ici).


Articles annexes :

Autres Batailles de la "Campagne de Syrie" :

- Le sac de Bagdad, 10 février 1258 ( Campagne de Syrie).
- Première Bataille de Homs, 10 décembre 1260 (Campagne de Syrie).
Che Khan, votre humble serviteur
Image