Message 03 Oct 2005, 09:41

La Bataille de Mohi, 11 avril 1241

La Bataille de Mohi, 11 avril 1241

Avant Propos :

En 1236, Ogödai Khan lance la première "Campagne de Russie" (ou "Campagne de Russie du Nord)

En 1240, les Mongols se lance dans la seconde "campagne de Russie" (ou "Campagne de Russie du Sud").

En 1241, les Mongols continuent leur avancée en débutant la "Campagne d'Europe".

La Bataille de Mohi est une bataile qui voit s'affronter les troupes de Bela IV, Roi de Hongrie aux troupes mongoles Ogödai Khan, le 11 avril 1241
Cette Bataille fait partie des opérations militaires de la "Campagne d'Europe".

Contexte Général :

Nous sommes au début de 1241, en plein hiver, Les forces mongoles envoyées par Ogödai Khan attaque l'Europe centrale

Elles sont divisées de façon typique, en trois corps, deux ailes et un centre.

Le commandement est assuré par Batu, mais le vrai général en chef est, en fait, Subotaï.

Une pléiades de princes du sang sont également présent : Orda, Berké et Chaïban (les 3 frères de Batu) mais aussi, Güyük, Qada'an, Qaïdu, Baïdar et Büri.

Image

- EN BLEU : Le Centre, avec Batu , Chaïban et Subotaï , dirigent chacun une armée contre la Hongrie, qui est l'objectif principal
- EN VERT : L'Aile Droite, commandée par Orda, Baïdar et Büri attaque la Pologne, combat à Chmielnik, à Legnica pour ensuite rejoindre le Centre.
- EN JAUNE : L'Aile Gauche, Commandée par Qada'an a été concentrée en Bessarabie et débouche de la Moldavie.

Prologue :

Dans l'après-midi du 10 avril , Sübotaï, commandant en chef de l'armée mongole, arrive en vue du pont de pierre enjambant la rivière Sajo près de Mohi. Il a fait stopper le gros de son armée à environ 10 Km. Espérant tenter le roi de Hongrie Bela IV dans un mouvement impétueux et espérant que celui-ci traverse la rivière, il a laissé seulement un détachement très faible pour surveiller le pont.

Bela IV atteint le fleuve un peu plus tard, le même jour. Il établi une tête de pont sur son flan droit, fait protéger le pont par son flan gauche puis établi son camp en occupant une forte position à une certaine distance à l'ouest du fleuve mais ne le traverse pas. De cette position, il préfère attendre l’attaque des Mongols.. Le plan de Sübotaï n’a donc pas fonctionné.

Pourtant il doit battre Bela IV le plus vite possible. Il doit le battre avant que celui-ci n’ait appris son isolement total ( voir : la bataille de Legnica ) et qu’il se retire derrière le Danube et dans les garnisons et les forteresses de la Hongrie occidentale. Car alors, Sübotaï devraient les réduire une à une.

Bela IV, à l'heure actuelle, occupe une position bien-protégée et ne semble pas incliné à se précipiter la tête la première dans un piège. Il a le fleuve entre lui et les Mongols, il tient le pont et à placé des troupes de part et d’autre de celui-ci. Sübotaï n'a aucun autre choix que d’attaquer mais dans des conditions très risquées.

La Bataille :

À l'aube du 11 avril, les Hongrois repoussent les premiers efforts des Mongols qui essayent de passer le pont. Les mongols emploient des balistes et bombardent les soldats qui défendent le pont avec des ‘bombes incendiaires’.
Les commandants hongrois sont surpris par l'attaque. Ils sont peu habitués par les méthodes des mongols et deux contingents seulement (le premier mené par un certain Koloman, roi des Ruthéniens,et l'autre par un des évêques du pays) étaient prêts à recevoir les Mongols.

Ils parviennent, malgré tout, à tenir jusqu'à l’arrivée de renforts et bientôt les mongols perdent pieds et refluent à l’arrière (en fait, cette attaque menée par un milliers de cavaliers mongols est une diversion cherchant à distraire les Hongrois sur la défense du pont).

Les Hongrois, secoués par l'attaque rapide, reprennent juste leur esprit quand une autre force de Mongol se matérialise derrière eux. En fait, Sübotaï a traversé le fleuve avec trois tumen pendant la nuit pour prendre les Hongrois par l'arrière de leur flan droit.

Les Hongrois n’ont jamais imaginés que les troupes mongoles puissent passer par le fleuve. Au printemps, les fleuves de la Hongrie sont en crue. Ils forment des obstacles formidables .
De plus, à travers les marais, la bande de terre peu large laissait très peu de place pour une attaque de cavalerie, les commandants hongrois ne se préoccupaient donc que du passage sur le pont.

Mais Sübotaï, astucieux, a réussi à déplacer une grande force à travers le Sajo pendant la nuit.
Il a envoyé un détachement mélangé de 5,000 archers à cheval et de troupes lourdes.

Les Hongrois ne paniquent pas, mais ils ont perdu l'initiative. Pendant ce temps, les Mongols continuent à bombarder le camp (aile gauche / côté pont). Les premiers désaccords apparaissent chez les Hongrois. Quelques troupes hongroises se sauvent vers la gauche. En remontant le long du campement, elles créent un grand désordre dans l’armée.

Image
carte realisée avec l'aide des graphistes d' aidoforum


Pressés de toutes part, les abandons se multiplient et bien vite se transforme en déroute. Seuls, une poignée de chevaliers Templiers tiennent tête. Accablé par les Mongols, ils sont tuées un à un.

Le Roi Bela IV parvient à s'échapper mais beaucoup d’autres ne sont pas aussi chanceux. Pendant deux jours, les Hongrois démoralisés et épuisés font retraite vers le Danube, cherchant sa protection, avec les mongols sur leurs talons.

70 000 Hongrois seront tués dans la débâcle. La route vers Buda Pest est ouverte.

Ces événements sont décrits dans le “Carmen miserabile superbe Destructione Regni Hungariae per Tartaros" écrit par Roger de Varadin.


Articles annexes :

Autres Batailles de la "Campagne d'Europe" :

- La Bataille de Tursko, 13 février 1241 (Campagne d'Europe).
- La bataille de Chmielnik, 18 Mars 1241 (Campagne d'Europe).
- La Bataille de Legnica, 9 avril 1241 (Campagne d'Europe).
Che Khan, votre humble serviteur
Image