Message 05 Mai 2006, 14:14

La Bataille de Kose Dagh, 26 juin 1243

La Bataille de Kose Dagh, 26 juin 1243


Pendant l'hiver 1242-1243, très loin de leurs bases, à bout de course, les Mongols pénètrent en Mésopotamie et leur général Baidju prend Erzurum, ce qui lui permet, au printemps, de s'avancer en Asie Mineure.

Les Türks Seldjoukides savent à quoi s'en tenir. En effet, celà fait des décennies qu’ils accueillent des réfugiés fuyant la terrible invasion.
Ils appellent au secours tous les Anatoliens, les Francs et les Grecs des royaumes de Nicée et de Trébizonde (ce qu'il reste de l'Empire byzantin depuis la prise de Constantinople par les Croisés).

Mais le sultan seldjoukide , Kay Khusraw II (1237-1246) est impatient. Il déploie ses forces, sans attendre leur arrivée, vers Kose Dagh, un défilé de la province d'Erzindjan.

La position des Türks est inattaquable, alors, Baidju, usant toujours de la vieille ruse des nomades qui consiste à simuler la fuite, surprend ceux-là qui auraient dû encore s'en souvenir et, le 26 juin 1243, l'armée seldjoukide n'existe plus.

De la bataille, propement dite, on ne connait pas grand chose. Mais si elle est peu connue, elle est pourtant très importante sur le plan des relations géo-politique de la région.

Dans leur élan, les Mongols assujetissent Sivas, Kayseri. Le sultan seldjoukide s'enfuit vers Ankara.

C’est à ce moment qu’un homme providentiel va sauver le pays de la dévastation. Le grand vizir ( le premier ministre) décide d’une politique rapide, souple et pragmatique.

Il va voir le commandant mongol, Baidju au sud de la Caspienne, traite avec lui : il sera son serviteur et paiera un tribut annuel en or et en argent. L'Empire seldjoukide de Rum subsistera plus d'un demi-siècle encore, certe humilié, impuissant et vassal des Mongols mais vivant.

Dès l’annonce de la victoire des Mongols, Manuel I, roi de Trébizonde, s’empresse à son tour de se déclarer vassal. L’Atabeg de Mossoul fait de même.

Quant à l’Arménie de Cilicie, elle voit là une autre raison de resserrer les liens qui les unissent aux Mongols (apparaissant de plus en plus comme les boureaux des musulmans et les sauveurs des chrétien).

Les Mongols devenaient voisins des Etats francs de Terre Sainte et l’étau de refermait sur le monde musulman.
Che Khan, votre humble serviteur
Image