Message 28 Déc 2005, 14:14

La Bataille de l’Indus, 24 novembre 1221

La Bataille de l’Indus, 24 novembre 1221

Contexte général :

La bataille de l’indus se situe à la fin de la conquête du Kharezm. Le fils du Shah Mohammed, Djalal al-Din,, alors que son père est déjà mort, continue la lutte contre l’envahisseur mongol.

En été 1221, il se trouve à Ghazni ( Afghanistan) et entreprends de réunir des troupes fraîches afin de mener une contre offensive. A la bataille de Parwan, il bat une petite armée mongole de reconnaissance imprudemment avancée en terrain accidenté et deux fois inférieur en nombre à l’armée du Kharezm.

Mais maintenant son armée est repérée et Gengis Khan rejoint Ghazni à marche forcée avec le gros de ses troupes. Face à ce mouvement, Djalal al-Din se retire alors dans la vallée de l’Indus.

Toujours à marche forcée, Gengis Khan poursuit son ennemi et entre au contact de nuit alors que l’armée kharzmienne s'apprête à traverser l’Indus.

Djalal al-Din est contraint au combat. Les forces en présence sont de 50.000 hommes environ de chaque côté.

La Bataille :

La position de Gengis Khan ne lui est pas favorable. L’aile droite de Djalal al-Din est flanquée par le fleuve et son aile gauche est appuyée au contreforts montagneux.

De ce fait, Gengis Khan ne peut pas, facilement, envelopper l’armée adverse et déborder par les flans. Il est obligé de concentrer toute sa force sur le centre.

Donnant de sa personne, il se place lui-même au centre de son armée avec sa garde et déclenche l’attaque au petit matin.

Djalal al-Din ne l’a pas attendu et c’est lui qui charge le premier. Bien vite, son aile droite commandée par l’émir Malik, fait reculer l’aile gauche mongole. L’aile droite de l’armée mongole ne semblant pas être une menace directe, le Shah prends une partie des hommes de son flan gauche pour exploiter le sucés de Malik. En même temps, il renforce son centre afin d’obtenir une victoire rapide sur le centre mongol et peut être réussir à tuer Gengis Khan.

Malheureusement pour lui, le tacticien mongol a préparé son piège. Gengis Khan a envoyé un Tumen (10.000 hommes) à travers les montagnes avec l’ordre de tomber sur les arrières de l’aile gauche du chah.

Cette manœuvre est un risque car ce tumen doit réussir avant que l’armée mongole soit encerclée, le temps peut jouer en défaveur du mongol.

Gengis Khan décide alors de laisser son centre résister seul et avec une partie de sa garde il se porte sur les forces de Malik afin d'empêcher celui-ci de le tourner.
Cette charge de la Garde mongole met Malik en difficulté et l’oblige à amorcer une retraite qui se transforme en fuite.

Débarrassé de la menace contre son flan gauche, Gengis Khan reporte son effort sur le centre de l’armée du Shah.

A ce moment, le tumen envoyé par la montagne entre sur le champ de bataille et attaque les arrières du flan gauche de l’armée du Shah. (son campement est pris et sa retraite vers le sud est coupée).

La bataille s'achève en débâcle complète pour l’armée kharzmienne. Djalal al-Din réussi malgré tout à s’enfuir avec les 700 hommes qui lui reste.

Image
carte realisée avec l'aide des graphistes d' aidoforum

Cette bataille est peut être l’un des plus grand triomphe stratégique et tactique de Gengis Khan. En effet il va réussir à retourner à son avantage, dans un espace ou les manœuvres sont impossible, une charge ennemie frontale ordinairement mortelle.


Merci à 'Daniel du Charnoy' pour toutes les informations concernant cette bataille. ---> son site


Articles annexes :

Autres Batailles de la "Campagne du Kharesm" :

- Siège et Prise de Samarkande, mars 1220 (Campagne du Kharesm).
- Siège et Prise de Gurgendj, 1221(Campagne du Kharezm).
- Siège et Prise de Bamiyan, 1221 (Campagne du Kharezm).
- La Bataille de Perwan, 1221 (Campagne du Kharezm).
Che Khan, votre humble serviteur
Image