Message 12 Avr 2013, 15:15

Siège et Prise de Gurgendj, 1221.

Siège et Prise de Gurgendj, 1221.

Le siège et la prise de la ville de Gurgendj s’inscrivent dans les événements liés à la “Campagne du Kharezm” que démarre Gengis Khan en 1219.

Contexte Général :


Après Sighnaq, Bénaket, Khodjend, Boukhara, Samarkande, en 1221, vient le tour de Gurgendj, la capital du Kkarezm.

Gengis Khan envoi une puissante armée d’environ cent mille hommes, commandée par ses trois fils, (Djotchi, Djaghataï et Ogodaï).


Djotchi essaye d’obtenir une reddition de la ville sans combat mais celle-ci refuse. les Mongols entament directement le siège.

Siège et Bataille :

Ils obligent leurs prisonniers à combler le fossé, puis commencent les travaux de sape.
La ville est coupée en deux par l’Amour-Darya, les Mongols attaquent par le pont situé à cet endroit mais l’assaut est repoussé avec beaucoup de pertes du côté mongol.

Djotchi et Djaghataï s’opposent quant à la stratégie à utiliser. Djotchi désire préserver la ville car elle va tomber dans son apanage. Djaghataï désire la prendre au plus vite, quitte à
tout détruire. Leur querelle se ressent dans les troupes et la discipline se relâche.
Gengis Khan intervient en désignant Ogodaï comme général en chef.

le siège reprend de plus belle. Les Mongols utilisent des pots contenant du pétrole enflammé (naphta) comme “bombe” incendiaire qu’ils lancent avec de petit trébuchets.

Les Mongols pénètrent dans la ville mais très lentement car les défenseurs qui savent qu’ils n’ont pas de pitié à attendre se défendent avec l’énergie du désespoir. Les quartiers, les
maisons doivent être prise un par un. le siège c’est transformé en véritable combat urbain.
Les quartiers, un jour aux mains des Mongols, sont repris le lendemain.

Au bout de cinq mois de combat, les défenseurs sont acculés dans les trois derniers quartiers encore intacts.

Un personnage important tente de demander aux Mongols une reddition honorable mais ceux-ci refusent.

Les trois derniers quartier sont enfin investis. Les Mongols font sortir sur la plaine toute la population encore en vie.

Les femmes et les enfants sont réduits en esclavage.
Certains artisans sont déportés en Mongolie.
Le reste de la population est impitoyablement massacrée.

Tout ce qui avait de la valeur est retiré de la ville, puis les Mongols détournent le cours de la rivière et submergent la ville afin que tout être vivant se cachant dans les caves ou tunnels soit noyé.

Après la Bataille :

Le siège terminé, les trois fils de Gengis Khan se partagent le butin, mais sans réserver la part prépondérante de celui-ci à leur père.

Ensuite ils désirent se rendre chez lui pour lui faire rapport.

Gengis Khan, très mécontent de leur comportement, refuse de leur accorder audience pendant 3 jours et ce malgré les interventions de plusieurs généraux.

Il décide finalement de les recevoir mais seuls, Djagataï et Ogodaï se rendent auprès de lui. Djotchi, rancunier, décide de ne plus participer à la suite de la guerre.

Les relations entre Djochi et Gengis Khan vont se dégrader de plus en plus. Il n’est pas étonnant que Gengis Khan choisira Ogodaï comme héritier.

Gurgendj qui avait une trop grosse importance commerciale fut reconstruite vers 1231 sur un site proche et pris le nom d’Urgendj siècle).

Ibn Battûta qui la visite au XIVème siècle dira d’elle :

“C’est la plus belle et la plus grande ville des Türks”

(Attention : l’actuelle Kunya-Urgendj ne date que du 19ème ).


Articles annexes :

Autres Batailles de la "Campagne du Kharesm" :

- Siège et Prise de Samarkande, mars 1220 (Campagne du Kharesm).
- Siège et Prise de Bamiyan, 1221 (Campagne du Kharezm).
- Bataille de Perwan(Campagne du Kharezm).
- La Bataille de l’Indus, 24 novembre 1221(Campagne du Kharesm).
Che Khan, votre humble serviteur
Image