Message 13 Fév 2011, 16:38

Peuples Forestiers de Sibérie méridionale

Peuples Forestiers de Sibérie méridionale

En Sibérie méridionale, au nord, à l’est et à l’ouest du lac Baïkal vivaient des peuples que je désignerai par le terme de “Peuples Forestiers”.

Dans “l’Histoire secrète des Mongols”, ces “Peuples Forestiers” sont nommé par le terme Uriyankhai.
Au début du 17ème siècle, le terme Uriyankhai est un terme mongol général désignant toutes les bandes dispersées au nord-ouest, turques ou mongoles à l'origine.

Actuellement, terme d' Uriyankhai (Ouriankhaï) désigne des populations d'origine turque qui ont abandonné leur langue turque originelle et adopté le mongol.

Mais revenons aux “Peuples Forestiers” médiévaux.

Si linguistiquement, ils sont également mongolophone ou turcophone, ils possédent une culture différentes des “Peuples Cavaliers” .

Leur environnement est un univers de forêts de mélèze relativement dense ou de toundra et non de steppes ou plaines herbeuses.

Semi-nomades ou déjà sédentaires, leur économie est basée principalement sur la chasse, la cueillette, la pêche et sur l’élevage, pour ceux faisant partie de la ”Culture du Renne”.

Leurs conditions de vie sont plus rudimentaires que celles des “Peuples Cavaliers” et leur niveau de vie est plus pauvre.

Parmi ces peuples, nous trouvons les Mongols Oïrat, les Mongols Buriyat, les Mongols Tümed, les Mongols Tayidji'ut.

Nous trouvons également les Kirghiz et les Touvas qui sont des peuples turcophones.

Vers le XIème siècle, certaines tribus sont attirés par la vie nomade des steppes, prometteuse de plus grandes richesses. Ils migrent spontanément vers le sud et transforment, assez rapidement, leur “culture forestière” par une “culture cavalière”.

Il semblerai que la tribu des Tayidji'ut, qui du temps de Yesugeï, était vassal des Mongols Bordjigin fassent partie des “Peuples Forestiers” ayant migré volontairement vers les steppes.

D’autres, se ceindent en deux groupes, comme les Touva qui donneront les “Touva des Forêts” et les “Touva des Plaines”

Quoiqu’il en soit, vers 1207, au début de son règne, Gengis Khan, confie, à son fils Djötchi, sa première mission difficile : la Campagne de Sibérie Méridionale . Il doit soumettre ces “Peuples Forestiers”.

Les raisons sont certainement de plusieurs ordres :

Des raisons stratégiques : En effet, Gengis Khan ne peut laisser dans son dos, des tributs importantes, qui pourrait présenter une menace et attaquer son Ulus pendant qu’il est en campagne dans le sud ou contre les Chinois.

Des raisons militaires : Les peuples ralliés viennent grossir les rangs des guerriers mongols. Les “Peuples Cavaliers” ont cette habitude, depuis fort longtemps, à former des “confédérations” de peuples afin d’organiser de vaste expéditions guerrières et il sera bien nécessaire d’être nombreux si l’on veut s’attaquer à la Chine.

Mais, il est également une raison qui échappe à notre compréhension rationnelle, une raison magico-religieuse.

A cette époque, les “Peuples Forestiers” avaient la réputation d’avoir en leur sein des chamans très puissants, qui parfois même en sont les dirigeants.
Ainsi, chez les Oïrats, le khan est un chaman de bonne réputation.
S’adjoindre le ralliement de ses hommes était une chose de première importance.

La plupart de ces peuples, de gré ou de force, rejoindrons l’empire gengiskhanide et serviront celui-ci jusqu'à la fin.

Certains, restés puissants, feront encore parler d’eux par après.

Vous trouverez l’historique des peuples Oïrats, Buriyat et Tümed dans la rubrique “Autres Peuples Mongolophones”.

Les Kirghiz se trouvent dans la rubrique "Peuples Türks”.


Remarque : voir aussi Les Yakoutes
Che Khan, votre humble serviteur
Image