Message 21 Mars 2010, 13:31

La Tchétchénie

La Tchétchénie

La Tchétchénie actuelle est une république de la Fédération de Russie.
Sa capital est Grozny.

Dans l'Antiquité, le territoire de la Tchétchénie est peuplé par les Scythes puis par les Sarmates ayant envahi le Caucase vers le IIIème siècle av. J.-C. sans pour autant exterminer ou assimiler les populations locales sédentaires.

Les ancêtres des Tchétchènes et des Ingouches actuels, liés aux Géorgiens, combattent les Sarmates mais finissent par céder. Ils sont ensuite partiellement assimilés par les Géorgiens. Le peuple des Gargares, sur lesquels Pompée ne parvint pas à imposer sa domination en 66 av. J.-C.., pourraient être les autres ancêtres des Tchétchènes actuels.

L'histoire ancienne du peuple tchétchène continue en étant étroitement liée à celle des Ingouches avec lesquels ils forment à partir du VIIème siècle une peuplade unique de « Vaïnakh » (ce qui veut dire « notre peuple »). (le mot « nakh » (« peuple ») est probablement à l'origine du nom Nokhtchiin (Noxçiin) ou Nokhtcho, qui veut dire « Tchétchène » en tchétchène).

Aux Vème siècle et VIème siècles, les montagnards du Caucase du Nord prennent part aux guerres que mène la Perse contre l'Empire romain oriental. À cette époque, l'empereur Justinien tente de les christianiser, mais sans succès.

Les Arabes introduisent à leur tour l'islam dès le VIIème siècle, mais l'islamisation de la région ne sera réellement achevée qu'au XIIIème siècle. c’est un islam sunnite influencé par le soufisme.

Au début du Moyen Âge, sur le territoire de la Tchétchénie actuelle, se forme une union multilingue des peuples nomades et sédentaires (dont les Alains).

La peuplade des Nakhs prend rapidement de l'ascendance au sein de 'confédération alaine'. Cette influence restera présente jusqu’à l’invasion des Mongols au XIIIème siècle (dont le premier contact se fait en 1238 avec les troupes des commandants Djebé et Subötai de Gengis Khan qui ravagent la région).

Quelques décennies plus tard, les troupes de Batu Khan achevent la destruction des restes des entités territoriales de cette partie du Caucase. Le développement économique, politique et social de la région en sera sensiblement ralenti durant plusieurs siècles.

A partir du XIIIème siècle, le passage des Mongols aurait pu entraîner la disparition du peuple tchétchène et des autres peuple Nord-Caucasiens.

En effet, les Mongols tuent, pillent et prennent de nombreux esclaves. Mais comme ce fut sans doute le cas avant cette invasion, les Tchétchènes se mettre à l’abri, en haut de leurs montagnes. De là, ils dirigent des opérations de résistance (on dirait aujourd’hui des coups ou des actions de commandos) contre les envahisseurs.

C’est ce qui va leur permettre de survivre...

Il y a ensuite la fameuse période de la ‘Horde d’Or’, une conséquence de l’invasion mongole, dont le centre administratif est situé en Crimée.

Des khans turco-mongol placés sous la tutelle des empereurs mongols avant de devenir eux-mêmes des monarques, régnent sur les pays qui les entourent, y compris la Russie.

Toutefois, si les khans exercent leur autorité, s’ils lèvent des impôts, souvent en nature, femmes, esclaves, chevaux, ils laissent les Caucasiens mener leur propre destin. Le règne de la Horde d’Or n’a rien à voir avec une occupation, ni même avec une réelle administration.

Cela permet aux Tchétchènes et aux Ingouches parviennent de préserver leur mode de vie et de demeurer ce qu’ils avaient toujours été : des peuples libres.

Sur les décombres de l’Alanie s’érige progressivement l'État musulman de Simsim; celui-ci est à son tour anéanti en 1395 par le grand conquérant venu d’Asie centrale, Tamerlan.

C'est au tour des Cosaques (colons libres russes) de s'installer sur la plaine tchétchène au bord des rivières Terek et Sounja (au nord du pays) à partir du XVIème siècle.

Etablis militairement en 1577 dans le Caucase, les Cosaques du Terek, originellement des migrants de la Russie centrale, se mélangent petit à petit avec les groupes caucasiens (mais ça c’est une autre histoire).
Georgy Koudiyar, Commandant des 'Cavaliers Flèches' de l'Ordoo du 'Corbeau Rouge'.
Image