Page 1 sur 1

L' Armure de type "Brigandine"

MessagePublié: 21 Fév 2015, 19:26
par Che Khan
L' Armure de type "Brigandine" :

Introduction :

Il existait, depuis l'antiquité, un type d'armure spécifique qui était réalisée avec des plaques de métal rivetées (ou cousues) sur un vêtement de cuir ou de grosse toile.

Principe de construction relativement simple et différent de l'armure lamellaire, ces armures avaient les plaques métalliques visibles et parfois en forme d’écailles.

A l'époque carolingienne, on trouve ce type d'armure sous le nom de 'broigne'

Image
broigne (reconstituée par les "Virges Arme")

Par après, nous trouvons une variante à ce type d'armure.

Les plaques métalliques se rapetissent et deviennent invisibles. Prise entre deux couches de tissus épais, elles ne laissent apparaître que les têtes de rivets.


la 'brigandine' fait son apparition.

Elle fournissait une excellente protection pour une armure simple à fabriquer,plus rapide à produire que la maille et plus tard, moins chère que l'armure de plates demandant du 'sur mesures'.

En Occident, elle fut adoptée par les nombreux mercenaires du XIVème siècle qui portaient alors les noms de "routiers" ou "brigands" d'où le nom de l'armure (remarque : à l'époque, le terme 'brigand' désignait un fantassin)


En Chine :

Un type d'armure très similaire, connu sous le nom "Dingjia" était déjà utilisé dans la Chine médiévale.

Elle était composée de plaques rectangulaires métalliques rivetées et de plusieurs couches de tissu. Seuls, les têtes de rivets de fixation étaient visibles de l'extérieur.

Mikhail Gorelik, un orientaliste russe et expert en arme stipule que ce type d'armure a été inventé au VIIIème siècle comme armure de parade pour les gardes de l'Empereur en renforçant une robe en tissu épais avec des plaques de fer.

Chez les Mongols Yuan :

Elle n'aurait été utilisée réellement pour les combats vers le XIIIème siècle, quand elle s'est répandue dans l'Empire mongol de Chine (Dynastie Yuan) qui la nommait "hatangu Deguel" (robe qui est aussi forte que le fer).


Qu'ils aient amélioré et développé ce type d'armure à partir de traditions militaire chinoise ou qu'ils aient inventé ce type d'armure, de nombreuses sources témoignent de leur utilisation pendant la période yuan.

Ce sources concernent déjà les troupes de Khubilaï Khan à l'assaut du Japon.

Image
Brigandine coréenne de type "Mongol de Chine" (Dynastie Yuan).

On peut observer que ce type d'armure sera également utilisé en Chine bien après l'occupation mongole, par la Dynasties Ming et ensuite par la Dynastie Qing (Dynastie mandchou) et ce jusqu'au début du 20ème siècle.
Mais également en Corée (qui, on se le rappelle, fut occupée par les Mongols de Chine).

Image
Archer Mandchou avec brigandine (18ème siècle).

Chez les "Ruthènes" :

Chez les "Ruthènes" on trouve un type d'armure très semblable qui porte le nom de « kuyak ».

Il est probable que cette « kuyak » soit d'origine mongole.

Le mot «kuyak" est lui-même un dérivé de mongole "huyag", qui signifie "armure"(en général).

Aucun exemple intacts de ce type d'armure n'existe à ce jour, mais nous trouvons des représentations historiques et des descriptions.

Les descriptions, tout en ne offrant aucun détail en profondeur suggèrent une armure textile renforcé de plaques de fer.

On trouve des textiles coûteux comme le satin , le velours ou damas parfois décorées avec de la fourrure.

Certaines descriptions mentionnent également la laine de coton comme rembourrage.