Message 17 Oct 2009, 14:39

Les Kereyit

Les Kereyit

Les Kereyit (ou Keraït) sont considérés par la plupart des spécialistes comme turcophone (c’est la raison qui me pousse à les ranger avec eux).

Ce peuple n’est sans doute pas l’une des plus important dans l’histoire globale des “Peuples Cavaliers” d’Asie centrale.

Néanmoins, l’histoire son dernier khan, Toghril, joue un si grand rôle dans le destin du futur Gengis Khan que j’ai eu envie d’en parler.

Dans la seconde moitié du XIème siècle, les Kereyit, sont un peuple important, quasi maître de la Mongolie.
Ils occupent les régions de Tola et de l’Orkhon.
Ils sont en partie chrétien et nous avons une source écrite par le chroniqueur syriaque Bar Hebraeus (nommé aussi Abu'l-Faradj) qui a conservé une lettre rédigée par l'évêque de Merv, Abdisho, en 1009, par
laquelle il annonce au catholicos Jean VI la conversion du grand peuple türk des Kereyit.

Mais il est nécessaire d’ajouter que le chamanisme est encore pratiqué par une partie de la population.
Pour preuve, le nom même du Khan, Toghril voulant dire “faucon” est bien une référence totémique.

Yesugei ( père de Gengis Khan) était déjà l’allié de Toghril (son Anda, mi-vassal, mi-allié). Lorsque Toghril a des soucis avec ses frères qui lui dispute sa place de Khan., Yesügeï le soutient et l’aide à reprendre le trône des Kereyit.


Vers 1184, Borte ( l’épouse de Gengis khan) est enlevée par les Merkit. C’est avec l’aide des guerriers de Toghil que Gengis Khan récupère son épouse et se venge des Merkit.
Gengis Khan peut être satisfait, mais l’aide du khan des Kereyit le met en position de ‘vassal’.

Vers 1194, Erke-Qara (un des frères de Toghril) qui s’était réfugier auprès d’Inantch Bilge Khan, le khan des Naïmans revient au pays Kereyit. Grâce à l’appui des Naïmans, il chasse Toghril et se réinstalle à sa place sur le trône des Kereyit.

Après plusieurs mois d'exil et d'errance, Toghril s’adresse à Gengis khan et lui demande son aide. Gengis Khan l’accueil avec courtoisie et l’aide à reprendre sa place de khan auprès des Kereyit.

Vers 1198, encouragé par les Kin (Chine du Nord), Les Kereyit et les Mongols s'associent et partent en campagne contre les Tatars. Les Mongols vont enfin pouvoir se venger du peuple qui a fait tellement souffrir.

Toghril y gagne le titre d'Ong-Khan (le roi wang, en chinois).

En 1202, Alors que Gengis Khan entame sa deuxième campagne contre les Tatars, Toghril attaque les Merkit. La campagne est une réussite, le butin est énorme et les Merkit deviennent les vassaux des Kereyit.


Mais la bonne entente entre les Kereyit et les Mongols ne devait pas durer. Comme il n’y avait qu’un seul ciel bleu au dessus des hommes, il ne devait y avoir qu’un seul khan pour les commander.

Vers 1203, Les Kereyit et les Mongols sont en guerre l’un contre l’autre. A la suite d’une bataille qui dure 3 jours, Gengis khan prend l’avantage. Alors que Toghril s’en va, trouver refuge chez les Naïman, il est rattrapé et tué.

Les clans kereyit, même si il ne sont pas maltraités, sont dispersés et répartis dans diverses unités commandées par des Mongols.

Les Kereyit feront, dès lors, partie du grand ensemble des tributs qui formeront le futur empire gengiskhanide.

Image
Che Khan, votre humble serviteur
Image