Logo Yourte                              

Le Barde


Le mondes des Arts chez les 'Peuples Cavaliers'.

Modérateurs: Alokhan, Che Khan, Dame Annick, Tsagan Qütu

Avatar de l’utilisateur

Barde

Messages: 43

Inscrit le: 09 Mars 2006, 20:54

Localisation: Près du feu

Message 19 Mars 2006, 21:00

Le Barde

Le Barde


La tradition musicale des "Peuples Cavaliers" est une tradition de "bardes" épiques et lyriques. , Comme le nomade qui emporte tout sur lui et se suffit à lui-même, il est "tout à la fois”.

Ainsi, il sera, instrumentiste, chanteur, conteur, poète, improvisateur, luthier, historien, religieux, conseiller, chaman, barbier ou guérisseur.

Dans les traditions turques d’Asie centrale, le barde et le chaman sont deux personnes bien distinctes, même s’ils peuvent être désignés par un même terme. En revanche, l’union du chaman et du barde en une même personne n’est pas inconnue du monde sibérien.

La légende rapporte qu'un berger, alors qu'une épidémie décimait plusieurs troupeaux, éviscéra une de ces bêtes et accrocha les boyaux aux branches de deux arbres éloignés l'un de l'autre. Le vent se mit à souffler et une belle mélodie se dégagea de ces boyaux tendus. Alors le berger les reprit pour en faire les cordes d'un instrument, qui devaient être au nombre de deux. Pour le corps de l'instrument, il prit du bois aux alentours. Depuis, la tradition veut que les bardes fabriquent leur propre instrument".

Les "Traditions Épiques" sont présentes chez presque tous les "Peuples Cavaliers".

On les trouvent chez les Kirghizes, les Kazakhs, les Karakalpaks et les Ouzbeks. L’âge héroïque de l’épopée kazakhe et karakalpake, par exemple, se situe au temps de la "Horde Nogaïs".

Les "Poèmes épiques"' ne sont pas les seuls types de poèmes déclamés par le Barde. En effet, d'autres types de poèmes font partie de son répertoire :

- Des "Poèmes-louanges" (à une ville, à un personnage)
- Des "Poèmes-conseils"
- Des Poèmes historiques
- Des poèmes généalogiques (longue récitation des ancêtres d'un personnage)

Ces différents types de poèmes ont des rôles bien précis et leur interprétation est extrêmement codifiée.

Par exemple, chez les Mongols Bouriates, les "poèmes épiques", quand les Pléiades sont visibles dans le ciel et que c'est la saison lde chasse, sont obligatoirement chanter la nuit et jusqu’au bout (parfois neuf nuits de suite)
Le faire de jour entraînerait tempêtes ou maladies.
Les auditeurs doivent également participer intensément à la performance du Barde. Il doivent l'encourager et le relancer sans cesse pour l’empêcher de dormir.
L’interprétation est censé "réjouir les esprits". C’est donc une pratique très réglementée.
Il est à noter que seuls les groupes devenus majoritairement éleveurs l’observent et dans l’objectif de préparer une "grande chasse" rendue possible par leurs "culture cavalière".


Le barde se produit généralement seul, accompagné de son luth à deux ou trois cordes. Il se nomme dombra chez les Kazakhs, komuz chez les Kirghiz, Morin Khuur chez les Mongols. Aucune percussion ne rythme cette musique.

Comme expliqué plus haut, le Barde nous parle de la steppe ou de la montagne, de la guerre ou de la vie qui s'écoule, il raconte aussi les grandes épopées des héros et des guerriers fantastiques (Manas pour les Kirghiz, Dede Korkut pour les Kazakhs…).

Sa musique s'inspire de la nature, tant dans le rythme que dans le geste. Le rythme de la musique se calque sur les allures du cheval (le pas, le trot ou le galop).

Cette musique des steppes a de particulier sa puissance à nous évoquer mentalement ce que l'on entend. C’est une musique visuelle, en quelque sorte, qui, si l'on ferme les yeux pour l'écouter, évoque le cavalier qui galope dans cette steppe à perte de vue, celui qui dévale la montagne, l'oiseau qui prend son envol ou le vent qui fait onduler les hautes herbes.

Chez les Karakalpaks, le barde porte le nom de žïraw, terme dérivé de žïr (ancien turc yïr, ïr), « chant ». Il signifie littéralement « chanteur ». Ce terme (ou un dérivé analogue) se trouve aussi chez les Kazakhs et les Kirghizes.
En Asie centrale; le terme le plus courant est baxši (Bakshi). On le trouve chez les Ouzbek, chez les Ouïghour, chez les Turkmènes.


J'ai beaucoup d'histoires à vous raconter, venez les lire ici

Et si vous désirez écouter un peu de musique mongole, je vous en propose ici
Tsagan Qütu, Barde de l'Ordoo du 'Corbeau Rouge'
Image
Avatar de l’utilisateur

Barde

Messages: 43

Inscrit le: 09 Mars 2006, 20:54

Localisation: Près du feu

Message 03 Déc 2008, 22:06

Le Barde

Les Bardes de Gengis Khan


"Les Bardes de Gengis Khan" est un film de Nadine Assoune.

Il raconte l'histoire de Ghan, jeune garçon mongol qui vit avec sa famille dans les steppes proches d'Oulan Bator. Ghan va bientôt avoir treize ans. Descendant d'une lignée de bardes, son père entreprend alors de lui enseigner l'histoire de son peuple dont il sera un jour le dépositaire, et de l'initier aux techniques de chant épique et diphonique nécessaires à l'expression de son savoir. Pour compléter son enseignement, Ghan devra enfin apprendre à monter à cheval pour participer au Nadaam, la fête nationale mongole.

Sur cette vidéo, vous pourez écouter le fameux chant du barde mongol.

Image
Les Bardes de Gengis Khan - Un documentaire sur les traditions mongoles - Ma-Tvideo France2

Très bonne écoute.
Tsagan Qütu, Barde de l'Ordoo du 'Corbeau Rouge'
Image
Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1021

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 16 Déc 2014, 14:54

Le Barde

Le "Zyrau" des Kazakhs :

Même si les Kazakhs dépassent un peu le cadre de ce site (ils sont plus tardifs), cet article reste intéressant à plusieurs titres.

Les "Zyrau" étaient des poètes et des bardes (zyrau, qui signifie "créateur", vient du mot žyr, la poésie, le chant.

Ils jouaient un rôle important dans la société kasake et remplissaient plusieurs fonctions sociales.

Plusieurs d’entre eux étaient non seulement poètes mais également voyants. leur fonction était d' interpréter les rêves, les signes et les phénomènes naturels.

Les "zyrau" prenaient la parole aux réunions à l’occasion des grandes fêtes et s’adressaient au peuple lors des troubles et des guerres.

Le khan était toujours entouré de "zyrau" qui jouaient le rôle de conseillers et d’intermédiaires entre le peuple et son souverain.

Ils transmettaient les décrets et les ordres du Khan, le conseillaient et lui faisaient part des aspirations de ses sujets.

Les žyrau jouaient un rôle stabilisateur dans la société kasake.
Le peuple considérait qu’ils étaient dotés de qualités surnaturelles et ils accomplissaient également les fonctions de chaman.

On peut comprendre qu'un homme, réunissant en une seule personne, ces différentes fonctions, avait un pouvoir important.
Che Khan, votre humble serviteur
Image

Retour vers Le Monde des Arts

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 visiteur de passage

Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by ST Software for PTF.
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
- Les Modifications du Style ont été réalisées par Alokhan, Commandant du Petit Iour Tchi.
- Le fond musical du site a été réalisé par Franck Mouzon sous licences Creative Commons.



Le site d'une artiste peintre : Anik



                              Retour à l'accueil