Message 28 Sep 2005, 09:33

Les Hephtalites

Les Hephtalites

Le terme hephthalite apparaît à la fin du Ve siècle, comme une déformation du nom de leur dynastie Hephthal ou Hathaileh. Peuple nomade, aux Ve et VIe siècle, ils envahissent régulièrement l'Inde et l'Iran.

Certaines sources chinoises les mentionnent sous le nom de Hua à l'époque où les Wei étaient encore installés à Dai (à la fin du IVe siècle). Le nom du clan régnant était Yeta qui fut alors donné à leur royaume.
les Byzantins les appelèrent Huns blancs et les Indiens Houna.

Le peuple des Hephtalites est, à ce jour, encore un peu mystérieux.

En effet, leur civilisation est peu connue.

L'appartenance de leur langue au groupe mongol ou türk est incertaine.
On ignore, également, quand et comment cette tribu commença à se répandre depuis sa région d'origine. Une région qui comprenait l'Ili, le sud du lac Balkach, les rives de l'Issiq Kôl, les bassins du Tchou et du Talas, et peut être la rive droite du Syr-Darya jusqu'à la mer d'Aral.

Avant 440 Ap J-C , les Hephtalites occupent la Sogdiane et la Bactriane.

Le roi sassanide Peroz (459-484) emploie des mercenaires hephtalites pour renverser Hormazd III. En 470, Peroz se tourne contre ses anciens alliés, mais il est vaincu et doit payer une énorme rançon. En 484, il reprend la guerre mais il est vaincu et tué.

Les Sassanides sont alors contraints de leur payer un humiliant tribut et leur victoire permet aux Hephtalires d'occuper les régions de Kabul, Ghazni, Kandahar, Merv et Hérat. Ils profitent également de leurs positions pour jouer un rôle dans la vie politique des Sassanides.

En effet, les Hephtalites n'hésitent pas à intervenir dans les querelles de sucession. Ils accueillent Kavadh, quand celui-ci est évincé du pouvoir et lui donnent une épouse et une armée pour reconquérir son trône.

De même, ils fournissent à Chosroès un conseiller du nom d'Anouchirvan.

Malgrè cela, les Hephtalites passaient pour de grands barbares aux yeux de leurs voisins.

Ils ont deux capitales fixes - l'une près de Hérat, l'autre à Bactres mais, comme tout peuple nomade qui se respecte , ils préfèrent leur campement de 'yourte' :

Le pèlerin chinois Song Yun, qui passa chez eux en 520 Ap J-C, des décennies après la constitution de leur empire, souligne leur richesse et leur faste)

" qu'ils ne demeurent pas dans des villes, qu'ils ont le siège de leur gouvernement dans des camps mobiles, que leurs habitations sont en feutre, qu'ils se déplacent à la recherche des eaux et des pâturages, se rendant en été dans des endroits frais, en hiver dans des régions tempérées ".

Le renouveau de l'empire sassanide va arreter leur expantion vers l'ouest. Les Hephtalites vont alors se tourner vers l'Orient. Dans les premières années du VIe siècle, ils dominent plusieurs royaumes du bassin du Tarim (Karachahr, Kutcha, Khotan, Kachgar).

Ils lancent des campagnes militaires en Inde où ils s'illustrent par leur férocité.

L'Inde, à cette époque, est dominée par la dynastie des Gupta (390-635 Ap J-C), alors à son apogée. Les opérations commencent aux alentours de 455. Après la mort de Skanda Gupta (470 Ap J-C) et les troubles qui la suivent, tout le bassin de l'Indus est annexé à l'Empire hephthalite, et sans doute, provisoirement, une partie du Maiwa.

Selon le pèlerin chinois Hiuan Tsang, le tiers de la population du Gandhara, alors très peuplé, sera égorgé, les deux autres tiers seront réduits en esclavage, les bouddhistes traqués, et leurs sanctuaires systématiquement détruits.

Mais l'alliance des Türks et des Sassanides amènera, quelques décennies plus tard, la complète destruction des Hephtalites (vers 565 Ap J-C).

Par contre, ceux qui s'étaient installés au Pendjab purent cependant y maintenir leurs positions pendant une centaine d'années puis seront assimilés à la population indigène.
Che Khan, votre humble serviteur
Image