Logo Yourte                              

Les Mongols au Vietnam


Récits de batailles gagnées (ou perdues) par les Mongols

Modérateurs: Che Khan, Alokhan, Nagaï Mergen, Arkhaï Khasar, Taidju Ba'adur

Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 14 Sep 2006, 21:22

Les Mongols au Vietnam

Les Mongols au Vietnam :

Contexte général :

Vingt-cinq ans après l'échec de la première invasion, Koubilaï décide de se lancer à nouveau à la conquête du pays Viet.

Nous sommes à l’automne 1282. Le général mongol Sogetü met sur pied un important corps expéditionnaire destiné à établir au Champa le siège d’un grand gouvernement pour les pays d’outre-mer.

Il demande le passage en territoire vietnamien pour aller combattre le Champa.

Le roi vietnamien, 'Nhân Tông', réunit ses conseillers et adopte l’avis des généraux 'Quôc Tuân' et 'Trân Khanh Du', défendre à tout prix la frontière.

En effet, il se rends compte que si les Mongols occupent le Champa, son pays, le Dai Viêt, sera pris dans un étau et ne tardera pas à subir le sort de son voisin.

Sogetü embarque donc ses troupes à Canton. Il se rends maître de Vijaya et des principales citadelles du Champa (1283).

En 1284 Qoubilaï décide de confier à son fils Toghan une puissante armée capable de réduire définitivement le Champa et le Dai Viêt.

Mais dès le quatrième mois, la situation s’enlise. Les fièvres du au climat et les combats incessants affaiblissaient le camp mongol.

'Nhân Tông' pense que son ennemi mène la guerre loin de son sol depuis longtemps et que sa force est le déclin. Bientôt il sera possible de le détruire.

Le général vietnamien 'Trân Hung Dao' lance alors une foudroyante contre-offensive. Deux victoires navales, à Hàm tu et Chuong duon, couvrent la route de Thang long.

Toghan, le fils de Khubilaï doit abandonner la lutte pour faire retraite sur la rive nord du fleuve. Les troupes vietnamiennes l’y poursuivent. A Van kiêp, le massacre de l’ennemi est tel que le sông Thuong charrie pendant des jours des flots de cadavres.

Le prince mongol lui-même ne doit son salut qu’à la fuite. Un autre corps mongol s’enfuit vers le Yunnan, harcelé par des montagnards.

Ignorant la défaite de Toghan, Sogetü remonte le fleuve Rouge pour le rejoindre. A Tây kêt, il se fait battre et tuer.

Lorsqu’on vient offrir la tête du général au Roi vietnamien 'Nhân tông', celui-ci ému par sa bravoure, déclare : "C’est ainsi que doit se conduire tout sujet loyal !”
Il revêt le corps de sa propre tunique de brocart et le fait ensevelir avec tous les honneurs.

Mais les mongols ne se découragent pas. Après les deux défaites de 1282 et de 1283, ils lancent une troisième invasion au Vietnam.


cette nouvelle menace d’invasion crée l’unité nationale.

Le roi 'Trân Nhân' convoque (pour la première fois dans l’histoire du Vietnam) une sorte de gouvernement d’union nationale. Il est composé de deux chambre. La "chambre haute", comprenant tous les nobles se réuni à Binh Than et "la chambre basse" comprenant les doyens des villages du pays se réunit à Diên hông . En répondant à la question posée
par le roi : "Hoà” (paix) ou “chiên” (guerre), les deux assemblées votent "oui" à la guerre.

Khoubilaï, qui va abandonner son projet d’invasion du Japon concentre des troupes nombreuses pour la troisième invasion du Vietnam.

Les Mongols, outre l’infanterie et la cavalerie, mettent sur pied une flotte puissante et une intendance très fournie. Cette armée composée de nombreux auxiliaires chinois est répartie en trois corps :

Le premier corps représentant le gros de l’armée d’invasion est commandée par Toghan et suit la route terrestre de Lang son.

Le deuxième corps est commandé par Ai lo partant du Yunnan, il longe le cours du fleuve Rouge.

Le troisième corps, la flotte sous les ordres du général Omar et général du Phan Tiep avec plus de 600 jonques de combat, part de Canton et doit remonter le fleuve dang pour se regrouper à Van Kiêp (Chi linh, Hai Hung).

A cela, il faut ajouter un convoi des jonques commandé par 'Truong van Hô' transportant 700 000 quintaux de vivres".

On remarque que des quatre corps sino-mongols trois sont maritimes ou fluviales.
En effet, les Mongols ont hérité de la marine des Song. Or l’époque des Song est considérée comme l’âge d’or de la marine chinoises.
Non seulement les techniques maritimes, mais aussi ceux de la fabrication des armes à feu sont à leur apogée:"Sous les Song et les Mongols, la Chine est la première puissance mondiale dans le domaine des armes à feu".

Face à cette armée considérable, le Vietnam va utiliser la ruse et le stratagème plutôt que la force.

Les Vietnamiens décident de s’attaquer d’abord aux réserves alimentaires ennemies pour épuiser l’armée occupante.

Le général vietnamien 'Trân Khanh Du' reçoit la mission d’intercepter et d’anéantir les convois de ravitaillement pour faire échec au plan d’approvisionnement de l’ennemi.


Parallèlement à ces actions militaires, toute la population rurale laisse les terres en friche et s’engage directement ou indirectement dans l’armée.
La mobilisation des ressources humaines est un principe de l’art militaire vietnamien : affaiblir le fort, pour équilibrer la balance des forces entre les deux.

Après avoir anéanti les jonques de ravitaillement ennemies et fait échouer la stratégie chinoise de guerre-éclair, la flotte vietnamienne lance la bataille décisive à Bach dang. Le combat fluvial reste le mode de combat préféré des Vietnamiens et surtout le point faible des troupes mongoles.

La flotte du général vietnamien 'Trân Hung Dao' va utiliser des jonques de combat, légères, maniables, très mobiles. Un ambassadeur Yuan l’avait déjà décrite en ces termes : "Des jonques légères, longues, aux flancs minces, la poupe effilée en aile de canard marin, aux bords rehaussés, manœuvrées chacune par une trentaine ou parfois par une centaine de rameurs et filant rapidement comme si elles volaient".
Dernière édition par Che Khan le 01 Avr 2009, 21:43, édité 2 fois au total.
Che Khan, votre humble serviteur
Image
Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 14 Sep 2006, 21:31

Campagne du Vietnam

La Bataille du Sông Bach dang, 9 avril 1288


Le Sông Bach dang est la voie navigable où pénètrent, en général, les envahisseurs chinois dans le territoire vietnamien. Il a une grande valeur stratégique. Ce n’est pas pour rien que le port fluvial qui se situe dans le fond de la baie d’Along et du fleuve Bach dang s’appelle 'Hai Phong' : la défense des eaux

L’aube se lève sur la journée du 9 avril 1288. La flotte sino-mongole du général Omar descend le Da Bac pour pénétrer dans le Bach dang tandis que l’avant-garde de reconnaissance est commandée par le général Phan Tiep .

C’est marée haute mais, à midi, le niveau de l’eau ne sera plus qu’à 0,90 mètre.

Partout aux alentours, sur les bras des fleuves, les combattants vietnamiens se tiennent prêts à l’affrontement.

La marée descend assez vite et le combat commence. Une petite escadre va provoquer l’ennemi, puis feint de battre en retraite.

Les Mongols se lancent à sa poursuite, l’unité d’avant-garde de Phan Tiêp en tête.

La marée descend de plus en plus. Des bras du fleuve, les jonques légères de combat vietnamiennes s’élancent pour attaquer de flanc les formations adversaires qui, prises au dépourvu, ne peuvent plus avancer.

Les Mongols débarquent leur troupes tant bien que mal mais tombent dans l’embuscade. Au son des tambours et des fanions claquant au vent, les troupes vietnamiennes embusquées à Tràng Kênh surgissent de leurs cachettes et foncent sur les envahisseurs qui tentent en vain d’occuper les cimes. Du haut des sommets, elles les bousculent et vague après vague les rejettent dans les flots.

A ce moment, la grande armée fluviale commandée par Omar pénètre dans le Bach dang. Ces grandes jonques cantonnaises, faites de bon bois et lourdement chargées, se dirigent lentement en direction de Gênh Côc. Celles de tête essayent d’éviter les récifs pour passer dans des passes plus profondes .

Mais, attaquées de toute part et harcelée par des rafales de flèches, les jonques d’Omar, acculées vers la rive gauche, s’enfuient vers les embouchures des fleuves Chanh, Kênh et Rut.

Nous sommes presque à midi et la marée a atteint son niveau le plus bas. Brusquement, des pieux émergent des flôts. Entraînées par le courant de la marée et attaquées par derrière, les jonques mongoles vinrent se briser sur les pieux. Nombre d’elles sombrent ou s’échouent.

Les archers vietnamiens déciment les troupes Sino-Mongoles, tandis que les équipages des navires vietnamiens passent à l’abordage.

Juste à ce moment, des radeaux et des barques chargés de bûches en feu sont largués par les forces populaires. Entraînés par le courant, les brûlots improvisés se précipitent sur les jonques ennemies qui sont immobilisées devant les rangées de pieux.

Plusieurs jonques prennent feu, brûlant leurs occupants et disparaissant dans les flots.


Du côté du mont Tràng Kênh, la bataille fait également rage . Les soldats vietnamiens usent d’abord de flèches, puis se jettent sur les soldats de Phan Tiêp dans l’eau, faisant de nombreux morts et blessés. Le Général Phan Tiêp lui-même est touché par une flèche, il saute dans l’eau mais les Vietnamiens le rattrape et le prenne vivant

Pendant ce temps, l’armée royale, comme prévu, arrive pour attaquer l’arrière-garde ennemie. Cette attaque de revers cause de lourdes pertes à la flotte sino-mongole.

Attaquée sur ses flancs, de front et de revers et sur une grande étendue elle se trouve complètement en déroute.

Les deux généraux Omar et Phan Tiêp, le prince mongol Tich Co et sa suite sont faits prisonniers, 400 jonques détruites et les troupes qui se repliaient par la voie fluviale sont complètement anéanties.

Le corp d’armée arrivant par la terre et commandé par Toghan est lui aussi battu (et pour la deuxième fois).

La victoire vietnamienne est totale, elle va sauver l’Asie du Sud-est de l’invasion mongole.
Che Khan, votre humble serviteur
Image

Retour vers Les Mongols en Campagne

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 visiteur de passage

cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by ST Software for PTF.
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
- Les Modifications du Style ont été réalisées par Alokhan, Commandant du Petit Iour Tchi.
- Le fond musical du site a été réalisé par Franck Mouzon sous licences Creative Commons.


Ravélo : Un site de balades à vélo
Anik : Le site d'une artiste peintre



                              Retour � l'accueil