Message 09 Juil 2015, 20:31

Siège et Prise de Bamiyan, Automne 1221

Siège et Prise de Bamiyan, Automne 1221

Le siège et la prise de la ville de Bamiyan ( située actuellement en Afghanistan) s’inscrivent dans les événements liés à la “Campagne du Kharezm” que démarre Gengis Khan en 1219.
La ville médiévale de Bamiyan portait le nom de Shahr-i Golgola.

Image

Contexte général :

Mohammed, le shah du Kharezm est en fuite et meurt en décembre 1220.
Son fils, Djalal ad Din, espère encore redresser la situation. Il s'est retranché à Ghazni, un véritable 'nid d'aigle' situé à cent cinquante kilomètres au sud-est de la ville de Bamiyan,

A début de l'année 1221, il reforme une armée, composée de mercenaires türks et de 30.000 guerrier afghans.
Bien que mal équipés et mal gérée (les Afghans ayant une organisation tribale), ses forces sont de 60.000 hommes.
C'est un petit détachement mongol qui assiégeait une citadelle toute proche qui fait les frais de cette nouvelle armée et qui est taillé en pièce.
Gengis Khan, en apprenant l’existence de cette nouvelle menace, décide d'intervenir et se dirige, avec son armée, vers Ghazni. Pour ce faire, il doit emprunter la vallée de la Bamiyan.

L'entrée de la vallée est gardée par la 'ville citadelle' de Shahr-e Zohak qui date du VIème siècle. Elle est perchée sur les falaises au confluent des rivières de Bamiyan et Kalu et se situe à environ 9km de Bamiyan
Les tours de la citadelle faites de briques et de boue sur des fondations en pierre s'enroulent autour du côté de la falaise, avec des motifs géométriques intégrées dans leurs créneaux pour leur décoration. Les tours n'avaient pas de portes, mais étaient accessibles par des échelles que les défenseurs tiraient derrière eux.
Gengis Khan sait que pour contrôler la vallée il lui faut prendre à la fois Shah-e Zohak et Bamiyan.

C'est au cours d'un des assauts que Mutugen, petit-fils de Gengis Khan et fils de Djaghataï est tué par une flèche, tirée des remparts.
Pour venger la mort de son 'petit fils', Gengis Khan fait tomber sa fureur sur toute la vallée et fait massacrer les populations des villages environnants.

Il prend lui même la tête d'un nouvel assaut. La citadelle est prise et en représailles, tous les défenseurs et tous les civils sont exécutés.
Le même sort est réservé à la ville de Bamiyan ( Shahr-i Golgola) dans laquelle même les chats et les chiens sont tués et le site est déclaré “maudit” (tabou).
Il ne restera presque plus rien de ses deux villes qui ne seront pas reconstruites.

Après la Bataille :

Après la prise de contrôle de la vallée de la Bamiyan,, Gengis Khan continue de poursuivre DJalal ad-Din et se dirige vers Ghazni.
Il décide d'envoyer une avant garde de reconnaissance commandée par Chiqi Qutuqu, un de ses frères adoptifs (voir les premiers compagnons de Gengis Khan).
Sur la route, Chiqi Qutuqu est attaqué et battu par les troupes de Djalal ad-Din à la Bataille de Perwan.


Remarques :

- Le site de Bamiyan devrait vous dire quelque chose. C'est en effet dans cette vallée que se trouve les statues monumentale des Bouddha sculptées dans la falaise que Gengis Khan a pu admirer et qui furent détruites par les Talibans en 2001

- On ne sait pas avec certitude si Mutugen est tué pendant un assaut sur la citadelle de Shahr-e Zohak ou pendant un assaut sur la ville de Bamiyan.

- Une croyance commune, que beaucoup d'Hazaras eux mêmes revendiquent, dit que Gengis Khan a repeuplé la région avec une partie de ses troupes mongoles et de leurs femmes esclaves, afin de se prémunir de la région tandis qu'il continuait sa campagne . Ces 'colons' seraient les ancêtres des Hazaras actuelle (le mot "Hazara" serait dérivé du persan, 'yek Hezar' (mille) et qui serait lié à l'unité de l'armée mongole de 1000 hommes.

- Il est dit que lorsque Mutugen trouve la mort, son père Djaghataï n'est pas présent. Gengis Khan ordonne que tous taisent la mort de Mutugen afin qu'il puisse l' annoncer lui-même à Djaghataï.
Lorsque Djaghataï arrive au campement, Gengis Khan ses fils sous sa tente et feint la colère en leur reprochant leur désobéissance. Il fixe des yeux Djaghataï qui se met à genoux en clamant qu'il préférerais mourir plutôt que désobéir.

Gengis Khan lui demande : 'Tiendras-tu ta parole ?'
Djaghataï répond : 'oui père, si j'y manque, il faut me faire périr'

Alors Gengis Khan annonce enfin la mauvaise nouvelle : 'Ton fils, Mutugen a été tué en combattant, je t'ordonne de ne pas pleurer'.

Et Djaghataï retiendra ses larmes !!!!


Articles annexes :

Autres Batailles de la "Campagne du Kharesm" :

- Siège et Prise de Samarkande, mars 1220 (Campagne du Kharesm).
- Siège et Prise de Gurgendj, 1221(Campagne du Kharezm).
- La Bataille de Perwan, 1221 (Campagne du Kharezm).
- La Bataille de l’Indus, 24 novembre 1221(Campagne du Kharesm).
Che Khan, votre humble serviteur
Image