Message 03 Oct 2005, 21:03

Innovations Militaires apportées par les Mongols

Innovations Militaires apportées par les Mongols


Les Mongols utilisèrent (et donc introduisirent) beaucoup d'idées militaires révolutionnaires contre les armées européennes.

Des idées qu’ils leur étaient propre et des idées qu’ils empruntèrent aux civilisations qu’ils rencontrent dans leurs combats.
En effet, ils vont avoir l’intelligence de copier et d’adapter à leurs besoins, des moyens techniques découverts chez les Chinois et chez les Musulmans.

Les Mongols utilisent la puissance de la mobilité. Ils ont presque complètement basé leurs forces sur la cavalerie légère. La cavalerie légère est constituée principalement par des archers. Mobile et nombreuse, la cavalerie légère peut déclencher le combat où elle le souhaite, ou se replier facilement lorsque la cavalerie lourde ennemie se rapproche trop.

La cavalerie lourde européenne manque d'archer (qui peuvent tuer à distance) et est conçue principalement pour provoquer un choc, en se servant de leur poids, de leur vitesse et de la crainte de leur mouvement de masse (personne ne souhaite être piétiné à mort) et pour casser les lignes d'infanterie ennemies. Ainsi, lorsque la cavalerie légère rencontre la cavalerie lourde, les cavaliers légers, plus nombreux, plus rapides, qui se servent d'arcs et mieux articulés défont habituellement les chevaliers montés, la crème du pouvoir militaire européen.

La conception de leurs armures est nettement différente. Contrairement aux chevaliers européens, qui utilisent l'armure plate ( assemblage d'anneaux et de morceaux de métal plats pour protéger le porteur, limitant la vision et le mouvement), les Mongols se servent d'armures en cuir laqué pour se protéger. Ces armures plus légères donnent aux guerriers mongols plus de possibilités de mouvements, une meilleure vision, une plus grande endurance et une meilleure résistance aux armes de jet.

Lors d'un conflit prolongé, les Mongols possédaient plus de vétérans entraînés sur le champs de bataille que leurs opposants. Cela produisait généralement une situation où une armée de vétérans mongols se bat contre une armée de conscrits paysans, avec de désastreux résultats pour les adversaires des Mongols.

L’armée mongole possède également des officiers de grande qualité, ayant gravis les échelons de la hiérarchie grâce à leurs compétence et leur expérience. Cela leur permettaient d’être autorisés à prendre des décisions importantes durant la bataille.

Pour communiquer entre les unités, Ils utilisaient un système de trompe et de drapeaux, abaissées et soulevés par le commandant. Cela les autorisaient à déplacer leurs troupes sur des positions prévues du champs de bataille ou de choisir le mode de déplacement(comme la charge, la retraite, le contournent).

Ils utilisaient également des unités de cavaliers spécifiques qui jouaient le rôle d’estafette (les fameux “Cavaliers Flèches”).

Ils ont apportés des améliorations technologiques dans l'art de la guerre.

Outre les techniques de combats novatrices pour l'époque, en Europe, les mongols ont aussi été les premiers à se servir de "bombes”. Une technique qu’ils ont apprise au contact des Chinois.
Il s'agissait en fait de boules en céramiques, creuses, remplies de poudre noire.
D'anciens textes y faisait référence et on en a retrouvé récemment sur une épave de bateau mongol coulé lors de la tentative d'invasion du Japon.

Lorsqu’ils sont confrontés à la prise de villes fortifiées, ils copient et adaptent des engins de siège utilisés par leur adversaires chinois ou musulmans.

Au niveau logistique, ils utilisent un concept opérationnel inédit en se servant de leur tradition nomade.

En effet, les Mongols transportent toutes leurs richesses et toutes leurs provisions avec eux. Se sont les civils (femmes et vieillards qui en ont la charge).
C'est à tout point de vue comme de déplacer une cité entière à cheval. Ils sont plus mobiles que beaucoup des armées adverses qui sont liées aux villes pour leur logistique.
Comme leur façon de combattre était supérieure (la cavalerie légère, des vétérans, plus mobiles), ils ne pouvaient être dominés en combat. La solution traditionnelle à ce problème est d'attaquer la logistique adverse (eau, nourriture, champs). Cependant, leurs opposants citadins restent liés à leur villes.
Ce concept opérationnel leur assure une victoire rapide sur tous les ennemis de leur histoire. L'analogie moderne la plus proche est le porte-avion, capable de transporter une cité entière de combattants près de l'adversaire par surprise, les frapper à distance et battre en retraite sans pouvoir être suivi.

Les Mongols possèdent également un important réseau d'espions qui établissent des rapports détaillés sur les forces ennemies et la géographie des pays envahis afin de préparer les campagnes.

Ils se servent de la terreur politique systématiquement comme arme psychologique.

Les Mongols offraient, en général, une opportunité de se rendre en des termes favorables. certes, la ville étaient pillée, mais les vies étaient sauve car la population était épargnée.

Par contre, en cas de refus, non seulement, ils pillaient la ville, mai en plus ils exécutaient la population entière (épargnant parfois quelques ouvriers qualifiés) puis la brûlaient avec les champs avoisinants.

Afin de frapper les consiences, ils construisaient souvent un édifice de crânes à l'extérieur des murs de l'ancienne ville en tant que souvenir de leur passage. Ils permettaient alors à quelques survivants de s'enfuir pour répandre la terreur dans la région.

En proposant d'abord des termes favorables (ou du moins acceptables) ou en supprimant définitivement toute résistance lors du refus on dit que les Mongols prévenaient une grande partie des combats avec les peuples envahis. Les Mongols acquirent rapidement une réputation d'envahisseurs imparables et "génocidaires".

Après les victoires initiales et la preuve des bonnes intentions des Mongols, il devint plus difficile pour les dirigeants de convaincre leur peuple de résister à l'invasion. Cette utilisation de la terreur est certainement à l'origine de la vitesse sans précédant à laquelle les envahisseurs mongols se sont étendus sur l'Asie.

Leur force contient malgré tout une faiblesse : dés que l'environnement géographique ne permet pas de déployer et de nourrir une abondante cavalerie, l'armée mongole pert une grande partie de son invincibilité. Nous le verrons lors de campagnes militaires dans des pays chauds tel que l'Inde ou le Vietnam.
Che Khan, votre humble serviteur
Image