Message 22 Déc 2009, 20:42

Crâne et Coupe à Boire, une pratique guerrière ?

Crâne et Coupe à Boire.

Hérodote décrit deux coutumes pratiquées par les guerriers scythes.

la première est la pratique du scalp.

La seconde est celle de la ‘Coupe à Boire’ réalisée avec le crâne, recouvert d’or, des ennemis vaincus.
Cette coupe se portait à la ceinture et était destinée aux cérémonies de prestation de serment de fraternité au combat.

La pratique du scalp, en Asie centrale, semble s’être restreinte aux Scythes.

Par contre, la ‘tradition’, des ‘Coupes à Boire’ réalisées dans les crânes s’est perpétrée à travers les siècles et dans de nombreuses cultures guerrière des steppes.


Voici ce qu’en dit Hérodote chez les Scythes :

Quant aux têtes, non pas de tous leurs ennemis, mais des pires, voici comment ils les traitent. Ils détachent à la scie le crâne jusqu’au-dessous des sourcils, et le nettoient. Chez les pauvres, on se contente de l’envelopper extérieurement d’un cuir de bœuf non tanné, et on l’emploie tel quel. Chez les riches, non seulement on l’enveloppe de cuir, mais à l’intérieur on le dore et c’est ainsi traité qu’on l’emploie comme un verre à boire.

Ils en font autant des crânes même de leurs proches, s’il y a entre eux des différends et que l’un a triomphé de son adversaire devant le roi. Quand il vient chez lui des hôtes dont il fait cas, il leur présente ces têtes et explique que c’était de ses proches qui lui avaient cherché noise, et qu’il les a vaincus et ils parlent de cela comme d’un exploit.




- Chez les Xiongnu :

Lao-tchang, un khan xiongnu après sa victoire contre les Yuetchi tue leur roi et fait de son crâne une ‘Coupe à Boire’.

- Chez les Avars :

Cherchant à étendre son royaume situé sur le Danube, Cunimond, un roi gépide du VIème siècle, entre en conflit avec l'Empire byzantin. Les Byzantins font appel aux Avars du khan Bayan et aux Lombards du roi Alboïn. Lors d’une bataille, Cunimond est vaincu et tué au combat . Son corps est décapité et son crâne transformé en ‘Coupe à Boire’.

- Chez les Petchenegues :

Kurya, un khan petchenegue de la seconde moitié du Xème siècle contrôlait une région située entre les rives septentrionales de la mer Noire et le sud des grandes plaines ukrainiennes.
Allié aux Russo-Varègues de Sviatoslav, souverain de la ‘Rus de Kiev’ (964 - 972) il accompagne ce dernier dans ses campagnes dans les Balkans. Plus tard, après la défaite de Sviatoslav face à l'Empire byzantin, Kurya le capture dans une embuscade, le tue et fait de son crâne une ‘Coupe à Boire’.

- Chez les Bulgares de la Volga :

Nicéphore Ier le Logothète, empereur byzantin de 802 à 811 est tué par les Bulgares. Leur khan, Krum, fait de son crâne une ‘Coupe à Boire’.


- Chez les Mongols :

Une légende russe prête à Gengis Khan, lui-même, que celui-ci fit une ‘Coupe à Boire’ dans le crâne de Targutaï, le khan des Tayidji'ut qui l’avait retenu prisonnier dans sa jeunesse.


En 1510, près de Merv, Mohammed Chaïbani (mongol Chaïbanide) est vaincu et tué par Chah Ismaïl (fondateur de la dynastie des Séfévides). le crâne de Mohammed Chaïbani est transformé en ‘Coupe à Boire’ par Chah Ismaïl.

Nous avons, malheureusement, peu de renseignement sur la façon dont ses ‘Coupes à Boire’ étaient réalisées.

Soit la coupe était fabriquée à partir de la calotte crânienne, à la manière des kapala boudhiste. Dans cette forme, la coupe ressemblait plus à un bol.

Soit, elle était fabriquée avec la partie inférieure du crâne.

Supplément d'info :

Dans le monde celtique, la coupe emplie de vin, de bière ou d’hydromel, qu’une jeune fille tend au candidat-roi est un symbole de souveraineté.
On peut également observer que la pratique de la ‘Coupe à boire’ à partir d’un crâne humain a été employée chez les Celtes

Silius Italicus nous dit :

"Quant aux Celtes, ils se plaisent à vider les crânes, à les border - horreur ! - d'un cercle d'or, et ils gardent ces coupes pour leurs banquets."

Ammien Marcellin nous dit:

"Le territoire des Scordisques notamment en faisait partie, et il se rattache de nos jours à une province qui en est fort éloignée. Nos annales nous apprennent quelle était la brutale férocité de cette race, qui sacrifiait ses prisonniers à Mars et à Bellone, et buvait avec délices du sang dans des crânes humains."
Hysa Yesui, Guerrière Keshig de l'Ordoo du 'Corbeau Rouge'
Image