Page 1 sur 1

La Bataille de Varna, 10 novembre 1444

MessagePublié: 06 Oct 2005, 19:38
par Che Khan
La Bataille de Varna, 10 novembre 1444

La bataille de Varna est une bataille qui voit s’affronter les Türks Ottomans à une 'Armée Chrétienne' commandée par le jeune Roi polonais Wladyslaw III, le 10 novembre 1444.
Elle a lieu à Varna, une forteresse bulgare au bord de la Mer Noire (actuellement : Varna en Bulgarie).

Contexte général :

Malgré la grave crise politique et à l’anarchie survenues après la défaite subie face aux Mongols de Tamerlan (Timur Lang) à Ankara en 1402, la période de troubles prend fin dans l’Empire Ottoman en 1413 avec l’avènement au pouvoir du sultan Mehmed Ier (1413-1421).

l’Europe se contente de regarder et d’observer l’évolution de son adversaire sans réagir militairement.
La Bulgarie dégringole sous la domination oppressante des Ottomans qui envahissent l'Europe sous la bannière de l'Islam et Byzance lutte désespérément contre le sultan Murâd II, surnommé le Conquérant (Fils et successeur de Mehmed Ier).

Mais en 1421, des défaites militaires subies par l’armée ottomane durant la longue campagne et la menace constante des Karamanides en Asie Mineure oblige l’Empire à concentrer ses meilleures troupes dans cette zone.

De plus, l’abdication du sultan Murâd au profit de son fils, Mehmed II ( qui n'a que 13 ans) crée une conjoncture favorable à une revanche chrétienne dont la mobilisation est à nouveau sans précédent autour de personnages remarquables comme Jean Hunyadi voïvode de Transylvanie , le pape Eugène IV, son légat en Hongrie Julien Cesarini ou l’empereur de Byzance Jean VIII Paléologue (1425-1448).

Le 4 août il dénonce le traité passé avec les Türks et Cesarini le relève de son serment. En train de rassembler ses forces armées, il reprend au début de septembre les opérations militaires contre les Turks en déclenchant l’expédition militaire qui voit son dénouement le 10 novembre 1444.

L'armée européenne commandée par le jeune Roi polonais Wladyslaw III et forte de 30.000 ‘croisés’ marche vers Varna (la forteresse bulgare au bord de la Mer Noire) . Ils vont rencontrer une force numériquement supérieure de 90.000 turcs ottomans et leurs vassaux.

Les hongrois sont mal équipés et l'appui promis de Wallachia, de l'Albanie et de Constantinople n'est pas arrivé.

L’armée chrétienne est constituée principalement de forces polonaises et hongroises, mais aussi avec les détachements de Bulgares, de Tchèques, de chevaliers papaux, de Bosniaques, de Croates, de Roumains et de Routeni (vieux russes).

Mehemed II écrit alors à son père la lettre suivante :

« Si vous êtes le sultan vous devez diriger votre pays dans cette situation difficile. Je vous en prie venez à la tête de votre armée. Si je suis le sultan, je vous rappelle que vous devez obéir à mes ordres et je vous ordonne ceci : - Prenez la tête de votre armée»

Murâd II décide de revenir à Edirne et prend le commandement de l'armée à condition que son fils Mehmed II reste sur le trône.

La Bataille :

Le soir du 9 novembre, l’armée Ottomane surprend l’armée croisée près du port de Varna.

Acculé à la Mer Noire, Jean Hunyadi préfère livrer bataille que de prendre une position défensive en attendant les navires européens.

Le 10 novembre, les armées sont prêtes à s’affronter. Les Türks, survoltés par le discours de leur Sultan, arrivent par les hauteurs et sont prêts à fondre sur leurs ennemis.
Les Croisés sont dos à la mer, fatigués par leur longue marche et surpris par l’irruption d’une armée qu’ils croyaient encore à Andrinople...

Pourtant, dès le début de la bataille, Jean Hunyadi mènent ses troupes avec brio en mettant en déroute les deux ailes adverses (les 3/4 de l’armée ottomane).

Malheureusement, au moment où il allait remporter ce qui aurait dû être l’une de ses plus belles victoires, ignorant le conseil de son allié , le jeune Wladyslaw à la tête de la chevalerie polonaise charge impulsivement les Türks.

La cavalerie polonaise guidée par le Roi courageux de la Pologne abat l'infanterie ottomane. Il semble presque qu'ils puissent gagner la bataille quand le jeune Roi polonais Wladyslaw III essaye de faire prisonnier Muräd II, le Commandant ottoman.

S’exposant trop sur le champ de bataille, un tueur fanatique islamique payé par le Sultan réussi à s’approcher du roi et l’assassine d’un coup de couteau dans le dos.

Ainsi la cavalerie polonaise est désorganisée et à son tour brisée par la lourde cavalerie ottomane. Janos Hunyadi ne peut alors qu’organiser la retraite des restes de l'armée Chrétienne harcelées par des ottomans et leurs vassaux.

Presque la moitié des soldats de l'armée unie va périr. Les prisonniers européens sont impitoyablement abattus par les ottomans ou sont vendus aux commerçants de l'Islam comme des esclaves.

Après la bataille de Varna le corps de Roi Wladyslaw ne sera jamais retrouvé. Les soldats de l'Islam ont coupé sa tête pour la montrer dans leur capitale. Le corps du Roi est probablement resté inconnu et il a été enterré ensemble avec les autres chevaliers tués.

Une légende dit qu'il a été enterré dans l'église grecque de Varna.


Image
carte realisée avec l'aide des graphistes d' aidoforum


Les Conséquences :

Cette défaite met fin à toute tentative sérieuse d'empêcher la conquête de l'Europe de l'Est par les Türks pendant plusieurs décennies. Le dernier espoir des Bulgares et des autres chrétiens est démoli pour presque 5 siècles.

A l'inverse, les Türks, confortés dans leur capacités militaires, vont se lancer, sans complexe, dans la conquête d'autres territoires.

En 1446, le Sultan Murâd II reprend le trône à son fils “Mehmed II” et le garde jusqu'à sa mort en 1451.

"Mehmed II" reprend le contrôle de l'Empire Ottoman en succédant à son père. C'est ce même 'Mehemed II qui met fin à Byzance en prenant Constantinople en 1453 et d'autres villes chrétiennes dans les Balkans et en Anatolie.

La prise de Constantinople et des campagnes couronnées de succès contre de petits royaumes dans le Balkans vont accordé une gloire immense et de prestige aux ottomans qui seront reconnu comme un Empire par toutes les monarchies européennes.

Pour les batailles concernant les Türks Ottomans, voir aussi :


La bataille de Bapheus, 27 juillet 1302
Bataille de la Maritsa , 26 septembre 1371
La Bataille de Kosovo Polié, 28 juin 1389
La Bataille de Nicopolis, 22 septembre 1396
La Bataille d’Angora, 28 juillet 1402