Page 1 sur 1

Le Commerce avec Venise

MessagePublié: 29 Sep 2005, 20:54
par Dame Annick
Le Commerce avec Venise


Venise ne tirait pas sa richesse de ses propres produits. Sa richesse consistait à aller chercher et à transporter. D'Allemagne ou de Bohème, arrivaient les métaux. De Constantinople et de Grèce, de la cire, du miel, de l’huile, du blé et des vins doux grec. De l’Asie mineure et le Levant arrivaient le coton, le sucre, l’indigo ainsi que du sel.

Mais le commerce de Venise et sa prospérité dépendait surtout de produit de luxe venant d’Orient, les épices, les soieries et les parfums. Ce trafique empruntait plusieurs routes.
Au XIII ème et au XIVème l'empire mongol apporta la paix à l’Asie centrale, les marchandises arrivaient de Chine. Elles étaient acheminées soit par voie de mer, à travers l’océan indien, la Mer Rouge puis le Nil et enfin la Méditerranée, soit par voie de terre à travers l'Asie centrale, puis la Mer Noire (au port de la ville de 'La Tana' ou de Trébizonde), ensuite le Bosphore la mer Egée et la Méditerranée.

Les épices d’Orient (le poivre, la noix de muscade, la cannelle, le gingembre, le clou de girofle) étaient fort appréciées dans le monde occidental. En échange, les Vénitiens vendaient des produits de chez nous (la laine d’Angleterre ou de Flandre, l’argent et le cuivre d'Allemagne).

Mais un autre trafic, très rentable, passait également par la Mer Noire. Le trafic des esclaves. En effet, dès le IXème siècle, on vendait des eunuques slaves et autres captif aux cours orientales (qui en faisaient des serviteurs mais aussi et surtout des soldats).

Ainsi au Xème siècle des centaines de personnes furent importées de Russie et d’Asie Mineure. Au XIVème siècle, la réduction en esclavage des peuples chrétiens du Caucase était devenu une véritable industrie. Ces Orthodoxes, considérés par les occidentaux comme des hérétiques étaient capturés par les cavaliers "tatares" qui effectuaient chaque année des raids dans les campagnes géorgiennes, ukrainiennes et russes. Ces captifs étaient vendu aux Vénitiens à l’embouchure du Don (comptoir de Tana, sur la Mer Noire).

Ceux-ci finissaient dans les plantations vénitiennes de canne à sucre à Chypre et en Crète où devenaient ‘domestiques’ en Italie. La plupart étaient vendus au prix fort en Egypte et au Moyen Orient.

Il est à noter que les raids des nomades ne se faisait pas uniquement au détriment des populations chrétiennes mais également au détriment d’autres populations nomades. Ainsi, de nombreux adolescents aux origines turks furent vendus comme esclave aux ‘Sarrasins’.
Ceux-ci s’en servirent dans leurs armées où ils prirent le nom de Mamelouk

PS : Dès le début des croisades, Venise s'est approprié le quasi monopole du commerce avec les Musulmans au Moyen Orient. En Mer Noire, ils se sont implantés principalement à La Tana. En effet, les autres comptoirs (Caffa, Soldaïa ou Moncastro) étaient principalement aux mains des Génois.

Le Commerce avec Venise

MessagePublié: 11 Sep 2010, 20:18
par Che Khan
Les Vénitiens à La Tana (Azov) au XVème siècle

Un article de Bernard Doumerc à lire sur le site de "Persée" en cliquant ici

Le Commerce avec Venise

MessagePublié: 03 Mars 2013, 13:19
par Che Khan
Venise et la Horde d'Or, fin XIIIème-début XIVème siècle.

Un autre article sur le site de "Persée" écrit par Mihnea Berindei en ciquant ici

Cet article aborde le conflit entre les commerçants génois et vénitiens.