Logo Yourte                              

Tatouage, Percing et Compagnies


Tout est dans le titre.

Modérateurs: Che Khan, Alokhan, Khatchi Qan

Avatar de l’utilisateur

Orleuk Keshig

Messages: 10

Inscrit le: 10 Juin 2007, 12:57

Localisation: A la Tête de son Djagun

Message 22 Nov 2008, 21:48

Tatouage, Percing et Compagnies

Introduction

Les déformations physiques appliquées volontairement sur le corps existent, très certainement, dans les sociétés humaines, depuis la préhistoire.
Que se soit les tatouages, scarifications , circoncisions, excisions, déformations crâniennes, entailles des dents, constrictions des muscles ou encore perforations de la peau, cette pratique est répandue sur l’ensemble de la planète.

Les raisons peuvent être multiples : esthétique, rituels, magico-religieuse, preuve d'appartenance à un peuple , à un groupe ou à une classe sociale.

Le sujet étant très vaste, il m’est impossible d’en faire le tour dans le cadre de ce site. Il est aussi assez méconnu lorsque l'on aborde le sujet sur les "Peuples Cavaliers".

J’aborderais le propos par quelques exemples des plus connus.

L'article sera étoffé au fur et à mesure de nos recherches.
Dernière édition par Féofar Khan le 22 Nov 2008, 22:03, édité 1 fois au total.
Féofar Khan, Orleuk Keshig de l'Ordoo du Corbeau Rouge
Image
Avatar de l’utilisateur

Orleuk Keshig

Messages: 10

Inscrit le: 10 Juin 2007, 12:57

Localisation: A la Tête de son Djagun

Message 22 Nov 2008, 21:51

Tatouage, Percing et Compagnies

Le Tatouage :

Pour ceux qui ne le savait pas encore, le tatouage est un dessin à l'encre (ou quelque autre pigment) appliqué sous la peau.

Le mot vient du tahitien tatau qui a donné Tatoo en anglais. Francisé en Tatouage , le mot fit officiellement son apparition dans le dictionnaire de Littré, en 1858.

Comme expliqué dans l’introduction, les raisons du tatouage sont multiples : esthétique, rituels, magico-religieuse, preuve d'appartenance à un peuple , à un groupe ou à une classe sociale.

Le tatouage est une pratique attestée en Asie et en Europe depuis le néolithique. Ainsi “Ötzi”, l'homme des glaces découvert gelé dans les Alpes italo-autrichiennes et mort vers 3 500 av J-C. arbore des petit tatouages ( des petits traits parallèles le long des lombaires et sur les jambes).

Le tatouage est devenu péjoratif dans la culture occidentale à cause de sa condamnations judéo-chrétiennes :

Levitique 19:28 (Ancien Testament) “Vous ne vous ferez pas d'incisions sur le corps à cause d'un mort et vous ne ferez pas dessiner des tatouages sur le corps. Je suis l'Eternel”

Le Tatouage chez les Peuples Cavaliers :

La source la plus connue concernant l’existence de pratique de tatouage en Asie centrale repose sur la découverte des “kourganes de Pazyryk” lié à la culture scythique (IIIème - IIème siècle av J-C).

Le corps momifié d’un guerrier, vraisemblablement un chef, comportait des tatouages très complexes sur tout le corps représentant des animaux fabuleux et exécuté dans un style curviligne tout à fait particulier.
à voir ici sur le site "Asiecentrale.net".

Mais aussi, ce qui est plus rare, sur la momie d'une femme ayant vécu au V ème siècle avant J-C, baptisée "princesse de Ukok" et découverte en 1993 dans un "kourgane de Pazyryk"

Le Byzantin ‘Psellos’ décrit des tatouages chez certains peuples Türk (XIème siècle ap J-C).
Féofar Khan, Orleuk Keshig de l'Ordoo du Corbeau Rouge
Image
Avatar de l’utilisateur

Orleuk Keshig

Messages: 10

Inscrit le: 10 Juin 2007, 12:57

Localisation: A la Tête de son Djagun

Message 22 Nov 2008, 21:53

Tatouage, Percing et Compagnies

Le Percing :

L’emploi de ce mot à connotation très moderne est peut être mal choisi. Certes, il existe des cultures ancestrales chez lesquelles nous trouvons des pratiques de “percing” : bois ou os à travers la cloison nasale par exemple. Nous n’avons aucune source de “percing” de ce type chez les ‘Peuples Cavaliers’ .

Mais nous pouvons, dans cet article, aborder un seul type de “percing” bien spécifique et très certainement l’un des plus vieux “percing” au monde : la boucle d’oreille.

La boucle d’Oreille chez les Peuples Cavaliers :

Nous trouvons, dans les sépultures, de nombreuses boucles d’oreilles de toutes formes et chez la grande majorité des “Peuples Cavaliers”.

C’est un bijou qui semble être presque exclusivement féminin.

Néanmoins, il existe des sources qui montrent que les hommes pouvaient aussi en porter :

- Chez les Kithans :

- Les Masques funéraires de la dynastie 'Liao' (Kithan) possèdent des trous aux oreilles et certains d'entre eux ont encore l'anneau accroché. J'ai pu les admirer au Musée Guimet à Paris.

- Chez les Mongols :

Une description de Berke, khan de la “Horde d’Or’ faite par un ambassadeur d’Egypte qui laisse penser que parfois les hommes en portaient aussi :

“Il avait une longue figure. Sa barbe était rare, ses cheveux ramenés derrière ses oreilles. A l’une d’elle, pendait un anneau d’or orné d’une pierre précieuse.”



Archer mongol vers 1330 (Bahman Gour tuant un loup) :
Image
Source : enluminure tirée du "Shâh Nâmeh" / Harvard University / Art Museum Cambridge.

Le "Shâh Nâmeh" ou "Livre des rois de Demotte" (du nom du marchand qui en a vendu les pages après l'avoir dépecé) est un exemplaire qui a provoqué des discussions entre experts à propos de sa datation. La majorité considère qu'il a été composé à la fin du règne d'Abou Saïd dans les années 1330.

Détail, on observe un anneau auquel est suspendu une perle :
Image

Lors du conflit entre la "Chine du Nord" (Dynastie Kin) et les Mongols, le "Roi d'Or" des Kin offre régulièrement des cadeaux afin d'obtenir des trêves. Un de ces cadeaux comportait des perles que Gengis Khan fit distribuer à ses officiers qui portaient des "pendants-d'oreille". Il est dit que de nombre d'entre eux se firent percer le lobe afin d'en obtenir.

Chez les Khans mongols de la Dynastie yuan (Mongols de Chine), les 'pendants d'oreille" étaient courants.

Temur Khan, deuxième Empereur de Chine, Dynastie Yuan, porte également une boucle d'oreille à chaque oreille (également un anneau muni d'une perle) :
Image
Temur Khan

- Chez les Türks :

Nous trouvons également deux sources de soldats türks (XVème) portant une boucle d'oreille (Fatih Album, Topkapi Lib).
Féofar Khan, Orleuk Keshig de l'Ordoo du Corbeau Rouge
Image
Avatar de l’utilisateur

Orleuk Keshig

Messages: 10

Inscrit le: 10 Juin 2007, 12:57

Localisation: A la Tête de son Djagun

Message 22 Nov 2008, 21:56

Tatouage, Percing et Compagnies

La Scarification :

La scarification est le résultat de cicatrices réalisées sur le corp soit par une coupe avec un objet tranchant soit par une brulure avec un objet chauffé à blanc. La scarification est présente dans de nombreuses cultures à travers le monde.

Très présente en Afrique noire,
on retrouve aussi cette pratique chez les Aborigènes d’Australie, les Maoris de Nouvelle-Zélande ou encore chez certains peuples d’Amazonie.

La Scarification chez les Peuples Cavaliers :

Nous avons peu de témoignage de scarification chez les Peuples cavaliers. Il semblemerait néanmoins que les Huns pratiquaient cet usage. Ammien Marcellin, un historien latin du IVème siècle ap J-C nous en parle dans l’un de ses ouvrages.

“Les Huns dépassent en férocité et en barbarie tout ce qu’on peut imaginer. Ils labourent de cicatrices les joues de leurs jeunes garçons pour empêcher la barbe de pousser”.
Féofar Khan, Orleuk Keshig de l'Ordoo du Corbeau Rouge
Image
Avatar de l’utilisateur

Orleuk Keshig

Messages: 10

Inscrit le: 10 Juin 2007, 12:57

Localisation: A la Tête de son Djagun

Message 22 Nov 2008, 22:01

Tatouage, Percing et Compagnies

Les Déformations Craniennes :

Les déformations crâniennes artificielles sont bien connues. Il existe divers procédés permettant de déformer un crâne: planchettes, liens ou encore, utilisation du berceau.

Il existe deux grands types de déformations crânienne :

- l’allongement de la boite crânienne, soit vers l’arrière, soit vers le haut.
Pour cela, on utilise deux techniques : l'aplatissement frontale (planchette appuyant sur le front) ou la pression circulaire (bandeau enserrant le crâne au niveau des oreilles).

- l'aplatissement de la boite crânienne (provoquant un agrandissement du crâne en largeur).
Ce deuxième type est moins répandu.

L’opération s’effectue dès la naissance et cette coutume est appliquée tant aux hommes qu’aux femmes.

Les Egyptiens semblaient influencés par cette mode et les Pharaons sont souvent représentés avec des crânes volontairement déformés.

En Amérique du Nord, on l’a trouve chez les “Têtes Plates”(Confédération des tribus Salish et Kootenai) .

En Amérique centrale, cette pratique est attestée chez les Mayas et en Amérique du Sud, on trouve quelques spécimens de crânes allongés provenant du Pérou.

Les déformations étaient le plus souvent provoquées par des berceaux transformés en appareil déformant ou par des planchettes.


Sur le continent eurasiatique, on utilisait surtout des liens et des bandages. Ils étaient noués autour de la tête de l’enfant dès son plus jeune âge.

En 1867, en Hongrie, lors de l’éboulement de la rive de la rivière “Tiszaé”, un pêcheur découvrit une série de crânes déformés. Ils provenaient de sépultures dont le contenu rappelait des objets funéraires caractéristiques des Guépides, ce peuple dont le royaume se trouvait à la frontière nord de l’empire romain, aux Vème et VIème siècles et qui eurent des contact avec les Huns.

L'historienne du Moyen-Âge, Madeleine Châtelet, a indiqué que cette pratique "était originaire des populations nomades d'Asie centrale qui a ensuite été reprise par les Huns. Puis d'autres peuples l'ont repris comme les Burgondes.

Même en France, on trouve cette pratique, nommée : les ‘déformations toulousaines’ Les premières traces iconographiques de ses ‘déformations toulousaines’ remontent au XIVème siècle. Au début marginale, cette pratique se généralise peu à peu pour toucher au XIXème siècle toutes les catégories sociales.
Malheureusement, on n’a pas retrouvé les raisons de cette pratique.


Les Déformations Crâniennes chez les “Peuples Cavaliers” :

Hérodote et Strabon faisaient déjà état de cette pratique dans les régions situées le long du Danube.

Cette pratique est attestée chez les Sarmates. On a retrouvé, à Klin-Iar (Russie) la tombe d’une femme sarmate dont le crâne avait été artificiellement déformé (Vème-VIème siècle ap J-C).

On pense que cette pratique est venue d’Asie centrale et du Moyen Orient ou elle était présente précédemment.

Du IIème siècles au IVème, 80 % des crânes retrouvés dans les tombes sarmates sont déformés.

A cette époque, cette coutume ‘alano-sarmate’ influence également les Germains qui l’appliquent à leur tour (les Ostrogoths, par exemple).

Des sources historiques mentionnent des crânes déformés artificiellement chez les Huns.

Cette déformation était obtenue au moyen de planches et de bandages appliqués déjà aux nouveaux nés. Ce traitement pouvait durer jusqu’à l’age de vingt ans.

Chez les Hephtalites, le portrait d’un homme au crane déformé sur une pièce de monnaie en prouverait également l’usage.

Les Alains du Caucase garderons cette pratique jusqu’au Moyen Age.

Image
Profil de crane déformé
Féofar Khan, Orleuk Keshig de l'Ordoo du Corbeau Rouge
Image

Retour vers Curiosités

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 visiteur(s)de passage

cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by ST Software for PTF.
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
- Les Modifications du Style ont été réalisées par Alokhan, Commandant du Petit Iour Tchi.
- Le fond musical du site a été réalisé par Franck Mouzon sous licences Creative Commons.



Le site d'une artiste peintre : Anik



                              Retour � l'accueil