Logo Yourte                              

La Russie


Modérateurs: Alokhan, Che Khan, Georgy Koudiyar, Yousouf Ben Fida

Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 17 Oct 2005, 10:55

La Russie

La Russie


Aux environs de 1200 av. J-C, les Cimmériens vivent dans une région au nord de la mer Noire dans ce qui est aujourd'hui l'Ukraine.

Ils sont défait par les Scythes vers 700 av. J-C.

Les Scythes, peuple iranien venant de l'Asie centrale contrôlèrent la région pour 500 ans, jusqu'a ce qu'ils perdent le territoire contre un autre peuple iranien, les Samartes.

Pendant que les iraniens vivent autour de la mer Noire, ils absorbent la culture et façon de vivre de leurs voisins, les Grecs et les Romains.

Les Goths, un tribu germanique d'origine occidentale, envahisent la région vers 200 av. J-C.. Ils y régnent jusqu'au 370 ap. J-C., lorsque les Huns, un peuple guerrier venant d'Asie, occupent leur territoire.

Mais, comme tous les peuples avant, l'empire des Huns perdent le contrôle de la région après la mort de leur brillant dirigeant, Attila, en 453. Les Avars, une nation apparentée aux Huns, succédent aus Huns vers le milieu du quatrième siècle.

Dans le neuvième siècle, des groupes Slaves fondent plusieurs villages dans l'est d'Europe et dans l'ouest de ce qui deviendra la Russie. Ces habitants Slaves, dont l'origine exacte est inconnue, développent un marché de troc actif.

La première histoire russe écrite est la 'Première Chronique'. elle est écrite à Kiev, vers 1111.

Elle raconte que les Slaves dans le village de Novgorod demandèrent à une tribu Varègue (mot slave pour Viking) de règner sur eux et sur leur territoire. Ces Varègues se nommèrent les Rus et plusieurs personnes croient que c'est de ces Varègues que la Russie a pris son nom. On raconte aussi dans la Première Chronique qu'une groupe de familles Varègues sont arrivés vers 862 et se sont installés dans Novgorod. La région sera surnommé "terre des Rus".

Plusieurs historiens ne croient pas que les Slaves invitèrent les Varègues à les diriger. Ils pensent plutôt que les Varègues ont envahi la région. Ils croient aussi que le mot Rus, d'où la Russie a pris son nom, est le nom d'un tribu Slave venant d'une région de la Mer Noire.

On est certain, par contre, que le premier état fondé par les Slaves Orientaux (appelé Rus kiévienne ou tout simplement Rus) fut établi dans la ville de Kiev dans les années 800.

Il y a trois aspects qui peuvent tenter d'expliquer les raisons pour lequelles la Russie à été colonisé si tard dans l'histoire mondiale :

- son climat :

Très rude, le climat russe est presque situé entre les mêmes parallèles que le Canada, la Russie a un long hiver brutal.

- ses ressources :

Il est aussi important de noter que les ressources naturelles (bois, animaux, eau potable, terre fertile, etc.) sont très espacés dans le pays et les peuples ont de la difficulté à trouver des endroits qui conviennent à tous leurs besoins de survie.

- sa position géographique

Isolé (au nord et au centre du continent) et immense ce territoire empêcha aux peuples qui se situaient aux côtes des mers et des océans de s'y rendre facilement.

Au début, il y avait seulement des villages dans le sud de la Russie autour de la mer Noire et dans l'est de l'Europe. Mais les peuples devinrent plus aventureux et entrèrent de plus en plus dans le continent.

l'Ukraine, car ce fut un centre important de commerce sur la rivière Dniepr. Kiev se situait sur la route commerciale majeure reliant la mer Baltique à la mer Noire et l'empire Byzantin (situé dans ce qui est aujourd'hui la Turquie).

Les richesses de la Grèce, de l'empire Romain et de l'Égypte furent importés aux villes et villages de la Rus kiévienne.
Des fourrures, plantes et esclaves furent exportés de l'état à Prague et les riches empires méditerranéens.

Dans les années 1100, un prince de Moscou construit une forteresse, le Kremlin.

La Rus kiévienne s'étend à son apogée de la mer Noire jusqu'à la mer Baltique (appelé mer des Varègues à cet époque).
Quand les tribus Slaves et les autres peuples colonisateurs arrivèrent en Russie il n'y avait pas de souverain qui réunissait plusieurs nations.
Chaque tribu eut sans doute leur propre chef, mais il n'eut pas de communication entre eux et chaque tribu fut auto-suffisant et indépendant l'un de l'autre.

Le premier à reunir les peuples fut Rurik, qui amene une groupe de familles Varègues à Novgorod. Il déclare que Novgorod est la capitale des “terres des Rus”.
Dans les vingt années qui suivirent, d'autres principalités élurent chacun un homme qui serait leur souverain, leur prince. La ville de Kiev fut attaqué en 882 par Oleg, un Varègue, qui se nomma prince de la ville.

Dans les années 900, les autres principalités prirent reconnaissance de l'importance de la ville de Kiev. Le dirigeant de cette ville fut nommé le Grand Prince et il portait un importance supérieur aux autres princes de la Rus kiévienne.

Vers 988, le Grand Prince Vladimir I devient Chrétien. Avec son pouvoir, Vladimir impose sa religion sur ses sujets.

Plusieurs grands princes furent de bons dirigeants, mais le pouvoir de Kiev diminua des les années 1000. Les princes des autres principautés de la Rus kiévienne prirent beaucoup de pouvoir et ils commencèrent plusieurs guerres très destructives.

Affaibli par ces guerres civiles et sans un pouvoir central, la Rus kiévienne est conquise par les Mongols.

Ces Mongols (appelés Tatars ou Tartars) envahissent la Russie dans les années 1200.
En 1237, Batu Khan (petit-fils deb Gengis Khan) amène plus de 150 000 soldats en Russie.
Les Mongols détruisent village après village durant leur invasion du pays.
En 1240, ils détruisent la ville de Kiev et la Rus kiévienne devient un état vassal de l'empire Mongol.

Elle fit partie d'une région appelée la Horde d'Or. Les princes russes qui restent en vie après l'invasion sont forcés de faire allègence à la Horde d'Or et de payer de lourdes taxes.

Les Mongols choisisent le Grand Prince Russe et forcent les Russes à servir dans leurs armées. Mais les Mongols ne changent pas la vie de tous les jours des russes. Ils sont plutôt intéressés à maintenir leur pouvoir et à ramasser des taxes.

Durant le règne Mongol, qui se terminera vers la fin du quinzième siècle, la Russie est complètement isolée des nouvelles idées et réformes qui firent partie de la Renaissance culturelle de l'Europe.

Dans les années 1300, Moscou reçoit beaucoup plus de pouvoir. Ceci est principalement lié au mariage du Prince Iouri de Moscou à la soeur du khan (dirigeant mongol). Quelques années après son mariage, les Mongols nomment Iouri, "Grand Prince" et l'aidèrent à contrôler l'opposition des autres principautés qui désirèrent le pouvoir.

Les Mongols commencent à laisser le Grand Prince de Moscou ramasser les taxes pour eux.

Ceci commenca sous le Grand Prince Ivan I Kalita de Moscou (frère de Yuri) en 1330. Ivan Kalita garde même un peu d'argent sans le dire aux Mongols et achete beaucoup de terres en étendant son territoire. D'autres princes et boyars (propriétaires de terres
riches) commencent à joindre l'armée et le gouvernement de Moscou. Ivan I persuade même le Chef Évêque de l'Eglise Orthodoxe Russe de demeurer à Moscou.

Jusqu'à ce moment, Kiev était le centre spirituel de la Russie, mais Moscou devint de plus en plus riche et puissante pendant que la "Horde d'Or" devint de plus en plus faible suite à des dispute de succession..

En 1380, le Grand Prince Dimitri (petit fils d'Ivan Kalita) attaque les Mongols dans la Bataille de Koulikovo (8 septembre 1380) et Moscou est temporairement libéré du joug mongol.


Deux ans plus tard les Mongols recapturèrent Moscou, mais ils surent maintenant que la Russie était devenu un état puissant.

Vers la fin des années 1400, Moscou devint la plus puissante ville russe.
Ivan III (appelé Ivan le Grand) gagne les territoires des deux villes rivales de Moscou (Novgorod et Tver) et plusieurs boyars entrent à son service.

En 1480, Ivan III donne le coup final pour se séparer des Mongols. Il refuse de payer les taxes de la "Horde d'Or". Les Mongols essayent de châtier Moscou, mais ils doivent retourner à leur capitale car les Russes ne sont plus défaits.

La Russie fut donc finalement libre des Mongols.

Sous Ivan IV (Ivan le Terrible), la plupart des paysans devinrent des serfs. Plus tard, le servage sera la base économique de la puissance russe. Quand le servage commença à disparaitre dans les pays européennes, elle commença seulement à faire son apparition en Russie.
Dernière édition par Che Khan le 01 Juin 2007, 10:30, édité 4 fois au total.
Che Khan, votre humble serviteur
Image
Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 17 Oct 2005, 11:01

La Russie.

La Russie sous le joug mongol


Aux XII ème et XIII ème siècles, l'état de Kiev, déjà affaibli par un déclin économique et par les luttes entre les villes-principautés qui le composent, doit faire face à deux dangers extérieurs.

A l'ouest, l'ordre Teutonique (chevaliers allemands de Livonie) menace les villes russes des pays baltes; leur avance est cependant stoppée sur les glaces du lac Peïpous par le prince Alexandre Nevski en 1242.

Venant de l'est, les Mongols de la Horde d'Or ravagent l'ensemble du pays entre 1236 et 1240, et installent pour deux siècles leur domination sur le nord et le nord-est du territoire russe.

Cependant, les terres de l'Ukraine et de la Biélorussie actuelles (la plus grande part de ce qui avait été la Russie primitive) échappent au joug ‘tatar’. Elles seront d'abord rattachées à la Lituanie (XIII ème -XIV èmesiècle), puis, avec cette dernière, à la Pologne, dont elles partageront la destinée jusqu'au XVII ème siècle.

La conquête mongole arrête brutalement l'essor démographique et économique de la Russie: les villes ont été détruites (à l'exception de Novgorod, qui reste intacte), les populations décimées, les routes commerciales traditionnelles interrompues.

L'ensemble du territoire, soumis à l'autorité d'un gouverneur mongol, doit payer un lourd tribut à l'administration occupante, qui organise très efficacement la collecte de l'impôt et les postes.

Les différents princes russes - au XII ème siècle, le centre de gravité politique de l'Etat s'était déjà déplacé vers le nord-est, Vladimir-Souzdal étant devenue la plus puissante des principautés après le pillage de Kiev en 1169 - sont réduits à aller quémander à Saraï, la capitale mongole sur la Volga inférieure, le iarlyk (la «charte») qui leur garantit leurs possessions héréditaires et le titre de grand-prince.

Au long des XIII ème et XIV ème siècles, les luttes pour obtenir le iarlyk opposent les principautés de Souzdal, de Tver et de Moscou.

Seule, à cette époque, l'Eglise (le clergé est exempté de toute charge, et les Mongols laisse la liberté de culte) reste un ferment d'unité, maintenant le sentiment d'un patrimoine culturel commun.
Au XIV ème siècle, Moscou (dont la première mention écrite date de 1147) finit par supplanter Souzdal (en un siècle, entre 1300 et 1462, le territoire moscovite passa de 20'000 km 2 à 430'000 km 2 ).

Forte de sa stabilité dynastique, de son essor politique et économique et du soutien de l'Eglise, elle se sent prête à combattre les Mongols.
En septembre 1380, le prince Dimitri Donskoï remporte la bataille de Koulikovo, sur les bords de la Volga.
Si elle reste sans lendemain, cette victoire brise cependant le mythe de l'invincibilité des Mongols et confère aux princes de Moscou un immense prestige, qu'ils sauront mettre politiquement à profit.

C'est le grand-prince Ivan III (1462-1505) qui libère la terre russe du joug mongol. En 1480, après avoir officiellement annoncé son refus d'allégeance à la Horde d'Or, il écrase les armées mongoles. Parallèlement, il soumet les différentes villes et principautés russes:
Novgorod (ville libre) en 1478, Tver en 1485, la plus grande partie de la principauté de Riazan en 1503.

Il faudra néanmoins attendre 1552 et Ivan IV le Terrible pour que la Russie puisse enfin vivre complètement libérée de la menace des peuples cavaliers.
Che Khan, votre humble serviteur
Image
Avatar de l’utilisateur

Commandant des 'Cavaliers Flèches'

Messages: 19

Inscrit le: 26 Mai 2007, 17:47

Localisation: En mission

Message 02 Juin 2007, 17:22

La Russie

Villes de Russie

- La Ville de Novgorod

Plus ancienne cité russe, elle est mentionnée dans les chroniques à partir de l'an 859. Sa dénomination en Varangue Holmgard (également Holmgarðr, Hólmgarður, Holmgaard, Holmegård) est ainsi attestée dans des sagas nordiques à une époque très reculée.

Il est pourtant difficile de départager la réalité et la légende. Vraisemblablement, Holmgard fait référence uniquement à la partie sud est de la forteresse actuelle, dont l'appelation contemporaine est Riurikovo Gorodishche (c'est là que Riourik, considéré comme le premier monarque de Russie, fonde sa principauté).

Les données archéologiques suggèrent que la Gorodische, la résidence du Knia (Grand prince), date de la moitié du IXème siècle, alors que la ville elle-même s'édifie progressivement à partir de la fin du IXème siècle, prenant conséquemment le nom de Novgorod (la nouvelle cité). Au milieu du Xème siècle, Novgorod est devenue une cité médiévale prospère, située sur la route commerciale entre la Baltique et l'empire Byzantin.

En 882, l'héritier de Riourik, Oleg le Sage, transporte sa capitale à Kiev, capitale de la Rus kiévienne. Novgorod est alors la seconde cité de l'état par son importance. Selon une coutume, le fils le plus âgé et héritier du monarque régnant à Kiev est envoyé à Novgorod pour gouverner et ce même s'il est mineur. Si il n'y a aucun descendant mâle, Novgorod est alors gouverné par les posadniks.

Certains deviendront célèbres comme Gostomysl, Dobrynya, Konstantin, et Ostromir. Quatre rois Vikings (Olav I de Norvège, Olav II de Norvège, Magnus I de Norvège, et Harald Haardraade) trouvèrent un refuge contre leurs ennemis à Novgorod.

De tous les princes, les Novgorodiens chérissent surtout la mémoire de Iaroslav le Sage. Ce dernier a promulgué les premières règles juridiques(incorporées plus tard dans le droit russe) et favorisé la construction de la cathédrale St Sophia. En signe de reconnaissance pour l'aide qui lui a été apportée par Novgorod pour défaire son frère aîné et obtenir le trône de Kiev, Yaroslav a attribué de nombreux privilèges à la ville. D'un autre côté, les Novgorodiens ont appelé leur place centrale Yaroslav.

Elle regagne son autonomie après le sac de celle-ci au XIIème siècle. Elle devient en effet en 1136 une république autonome gouvernée par l'assemblée des citadins, la vietche, qui élisait son kniaz (prince) ainsi qu'aux autres fonctions, y compris ecclésiastiques. Au XIIIème siècle, la ville est membre de la "ligue de la Hanse".

Novgorod est à cette période menacée par l'avancée des Chevaliers Teutoniques. En 1242, le prince Alexandre Nevski gagne contre eux la bataille de la Neva. Le commerce au cours du siècle suivant contribue à la forte prospérité de la cité hanséatique.

En 1478, elle est annexée au gouvernement de la moscovie par Ivan III, prince de Moscou. Elle sombre ensuite dans un déclin croissant du fait non seulement de sa dépendance à l'égard de la région de Vladimir-Souzdal pour son approvisionnement en grains, mais aussi des massacres de milliers de citoyens perprétrés par les troupes d'Ivan le terrible en 1570.



- La Ville de Kiev

Le nom de Kiev vient du nom de Kyi, l'un des quatre fondateurs légendaires de la ville (les frères Kyi, Chtchek et Khoryv et leur sœur Lybid). Durant son histoire, Kiev, l'une des plus vieilles villes d'Europe de l'Est, passa par plusieurs étapes, de la grandeur jusqu'à une relative obscurité. La ville fut probablement fondée au Vème siècle et fonctionna comme pôle commercial entre Constantinople et la Scandinavie.

Entre les VIème et VIIème siècles se forme le centre pré-urbain sur la colline Zamkova. Le site couvre alors 4 hectares et devait être protégé par une palissade de terre et de bois, semblable à celle que les archéologues ont retrouvée sur la colline voisine Starokievska, protégeant un autre site pré-urbain de même époque, d'environ deux hectares. Là se trouvait le centre du pouvoir politique et religieux, comme le prouve la découverte du sanctuaire dédié à Svjatovit-Rod.

C'est entre les VIIIème et IXeèmesiècles que Kiev, centre pré-urbain des Polianes, se transforme en une ville importante d'environ 11 hectares. A cette époque, les Polianes étaient un peuple slave, sous domination du Khanat des Khazars.

Les princes commencent alors le rassemblement des tribus slaves auxquelles ils imposent la tournée fiscale appelée poljudie.
Le nom de Kiev paraît pour la première fois dans la Chronique des Temps Passés (Povjest vremennykh let s. a. 862). Trois frères, Kij, Scek et Khoriv sont présentés comme les fondateurs de Kiev qui, en réalité, est déjà un centre politique affirmé.

En 882, Kiev est prise par Oleg (en ukrainien Oleh), un Varègue, le successeur de Riourik, prince (kniaz) de Novgorod et elle devient la capitale du premier État ruthène (la Rus' de Kiev, également à l'origine plus tard de la Russie). Le christianisme grec y est introduit peu de temps après par Olga, régente de Kiev (945 - 964), puis est imposé par Vladimir Ier (980 - 1015), considéré comme le véritable fondateur de l'empire de Kiev.

En 1169, la ville est pillée par André Ier Bogolioubski
En 1203 elle est saccagée par les Kiptchaq.
En 1240, Kiev est prise puis détruite par les Mongols de Batu Khan (voir Siège et Bataille de Kiev).
En 1361, elle est conquise par Olgierd, un prince lituanien, et rattachée à la Lituanie qui, de par l'union de Lublin en 1569, fut elle-même rattachée à la Pologne.
En 1648, avec l'aide des 'Tatars', les Cosaques se soulevèrent contre la Pologne et formèrent un État ukrainien dont Kiev fit partie mais en 1654, après le retrait de l'aide tatare, les Cosaques cherchèrent une alliance avec la Moscovie et lui prêtèrent allégeance.
Le rattachement de Kiev à la Moscovie se fit en 1667 par le traité d'Andrusovo.


- La Ville de Souzdal

Elle se situe à 26 kilomètres de la ville de Vladimir, sur la rivière Kamenka.

La ville apparaît pour la première fois dans l'histoire en 1024. Elle est pendant plusieurs centaines d'années la capitale de plusieurs principautés russes. cette ville est le berceau de l'État russe car ses princes, devenus princes de Vladimir puis de Moscou allaient être les rassembleurs « de toutes les Russies » avant de prendre le titre de tsar. Elle fait partie de
l'anneau d'or de Moscou.


- La Ville de Riazan

Riazan aurait été créée par des colons russes vers 1095. Elle va servir comme poste avancé d'un territoire peuplé jusque là par des finnois. La ville est construite initialement en bois, elle sera progressivement reconstruite en pierre (la partie la plus ancienne de la ville remonte aujourd'hui au XVe siècle).

Toutefois la ville n'est citée pour la première fois qu'en 1301 sous l'appellation Pereslavl'-Ryazansky. À l'époque elle fait partie de la principauté de Riazan qui sera indépendante jusqu'au milieu du XIIème siècle. Le premier dirigeant de Riazan a sans doute été Iaroslav Sviatoslavich, prince de Tchernigov (et plus tard prince Murom-Riazan).

La région est située à la limite de la steppe et de la forêt. En première ligne, elle a souffert de nombreuses invasions venues du sud : Khazars, Pechenegs, Kiptchaq.
La capitale de la principauté Riazan fut la première ville russe à tomber sous le joug des Mongols. La ville fut conquise et détruite en 1237. Elle fut reconstruite 50 km plus loin sous
l'appellation de Pereslavl-Ryazansky (l'ancien site est aujourd'hui désigné sous l'appellation Staraya Riazan ou vieux Riazan).

A la fin du XIIIème siècle, le prince de Riazan déplace la capitale de la principauté à Pereslavl-Ryazansky qui sera rebaptisée Riazan en 1778. En 1521 la principauté est rattachée à l'empire russe.



- La Ville de Vladimir

Fondée en 1108 par Vladimir II Monomaque, elle devient le centre de la principauté de Vladimir-Souzdal quand le fils de Monomaque, Youri Dolgorouki, futur fondateur de Moscou, transfère le siège du pouvoir des Grands Princes de Russie de Kiev à Vladimir.
La ville demeure la capitale d'une principauté qui sera le centre politique du pays de 1169 à 1327. Ce fut alors l'âge d'or de la ville, jusqu'à l'invasion mongole.

À cette époque, Vladimir est une des plus grandes et des plus importantes cités du monde, et jouit d'un prestige et d'une prospérité sans égale. Le fils de Youri, Andreï Bogolioubski, et surtout son petit fils Vsevolod III Vladimirski, renforcent le statut politique de la ville en faisant de Vladimir le centre de la religion orthodoxe et en fondant la Cathédrale de l'Assomption.


- La Ville de Tver

Tver est située sur la Volga, à l'embouchure de la Tverza (à 176 km au nord-ouest de Moscou)

La ville est fondée par Vsévolod, prince de Vladimir en 1182. Simple fort de défense, Tver devient vers 1250 le chef-lieu d'une principauté particulière qui ne cessa d'exister qu'en 1490, sous le tsar Ivan III.

Au XIVème siècle, Tver est l'une des principautés les plus importantes de la Russie. La ville engage une lutte sans merci contre Moscou, les deux principautés projetant d'unifier les terres russes. Cependant, les princes de Moscou, et parmi eux le Prince Ivan Kalita,avaient le soutien non négligeable de la “Horde d'Or” dont ils étaient les vassaux fidèle, alors que Tver se révolta plusieurs fois contre l’oppression mongole et chercha à s'allier à la Lituanie.
À la fin du XIVème siècle Moscou remporta cette compétition, en repoussant plusieurs invasions lituaniennes et en lançant une campagne militaire contre Tver, à laquelle ont participé les forces militaires de tout le Nord-Est russe. En 1380, les troupes de Tver, soumise, ont participé à la Bataille de Koulikovo sous le commandement de Dimitri IV Donskoï , prince de Moscou.



- La Ville de Moscou


Moscou est fondée en 1147 par le Grand-prince Iouri Dolgorouki, qui y fait construire un fort (kremlin) entre les rivières Moskva et Neglinnaya. Depuis lors, la ville a connu une histoire mouvementée.

Au XIVème siècle Iouri III de Moscou et Michel III, prince de Tver se dispute le trône de la principauté de Vladimir.

Ivan Ier (ou Ivan Kalita) l'emporte et devient le seul collecteur de taxes pour les Khans Mongols de la “Horde d'Or”. Ce service permettra d'obtenir des privilèges, notamment celui de transmettre le contrôle de la principauté à l'aîné, Siméon, et non de la diviser entre tous les enfants.

Lorsque la croissance de l'empire lituanien commence à menacer toute la Russie, le Khan renforce Moscou, notamment en en faisant le siège de l'église orthodoxe, lui permettant de devenir la ville la plus importante de Russie. Il est généralement admis qu'Ivan III libéra finalement la ville du contrôle mongol en 1480. Il élèvera la ville au rang de capitale d'un empire qui finira par englober toute la Russie, y compris la Sibérie et bien d'autres territoires.

Moscou cessa momentanément d'être la capitale de la Russie quand en 1703 Pierre le grand fit construire Saint-Pétersbourg sur la côte de la Baltique.

En français, nous prononçons Moskow : Moscou. Mais ce mot devrait ce prononcer Moskof, parce que le w final de la langue esclavonne, qui est d'usage en Russie et en Pologne est un v consonne et se prononce comme un f.



- La Ville d’ Astrakhan

La ville d’Astrakhan est située à l’embouchure d’ un des multiples bras de la Volga, sur la Mer Caspienne. Batir entre la steppe et la mer Caspienne, la ville jouxte à l'est le Kazakhstan et effleure à l'ouest les plaines du piémont caucasien. Elle se trouve à 1534 kilomètres de Moscou,

Astrakhan fut, de 1466 à 1556, la capitale d'un khanat mongol issu de l'éclatement du territoire de la “Horde d'Or”. En 1554, les Russes conquièrent le Khanat et y installent un khan fantoche. en 1556, une révolte éclate et est réprimée durement. Le khanat est purement et simplement annexé par la Russie. En 1559, la province résiste à un assaut du khanat voisin de Crimée.

Elle a donné son nom à l'astrakan (sans "h"), une fourrure de jeune agneau karakul, et à une variété de pommes, l'astrakan rouge.


- La Ville de Kazan

Kazan est sans doute une des plus anciennes villes de Russie. Elle a été fondée vers l’an 1000.
Même si les historiens ne s'accordent pas sur l'identité des fondateurs de la ville, il est fort possible que la ville soit l'œuvre des Bulgares de la Volga.

Fondée au croisement favorable de la Grande route de Volga, voie commerciale du Nord pour la fourrure, elle lie les pays de l'Europe et de l'Asie entre le IXe et Xe siècle. La fondation de Kazan est, de toute façon, liée à l'histoire ancienne des peuples qui nomadisent dans ce vaste territoire.

Au XIIIème siècle Kazan devient le centre administratif et religieux de la ‘Horde d'Or’.
Entre le XVème et le XVIème siècles Kazan est la capitale du Khanat de Kazan.

En 1552, sous le règne d'Ivan le Terrible, la ville est annexée à la Russie après un long siège à l'issue duquel une bonne partie de sa population est massacrée tandis que les survivants sont déportés. La conquête de la 'Tatarie' fut la première annexion par l'Empire russe d'une région peuplée de non-russes

Pour la Russie, Kasan devient alors sa porte orientale, ainsi que le carrefour des contacts entre le monde musulman et le monde chrétien.

Le Kremlin ( ou citadelle) de Kazan forme, encore aujourd'hui, un groupe exceptionnel de bâtiments historiques datant du XVIème au XIXème siècle et intégrant les vestiges de structures plus anciennes allant du Xème au XVIème siècle. C’est aussi le vestige d’une des seules citadelles de la ‘Horde d’Or’ subsistant en Russie.
Dernière édition par Georgy Koudiyar le 03 Juin 2007, 13:03, édité 1 fois au total.
Georgy Koudiyar, Commandant des 'Cavaliers Flèches' de l'Ordoo du 'Corbeau Rouge'.
Image
Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 30 Juin 2013, 10:29

La Russie

Rivalité entre les “Principautés Russes”

Introduction :

A l’époque de la “Horde d’Or”, les “Principautés Russes” étaient en rivalité constante.

Les Mongols ont continuellement joué de cette rivalité et c’est certainement celle-ci qui leur a permis de vassaliser cette région pendant près de 250 ans. En effet, la “Horde d’Or” fut le khanat qui eu la plus grande longévité.

Il serait, sans doute, fastidieux de faire l’historique complet de toutes les “Principautés”.

Néanmoins, je trouve intéressant d’entre prendre une comme exemple. J’ai choisi d’évoquer la rivalité entre la “Principauté de Vladimir-Souzal” et la futur Moscou, ville qui deviendra la capitale de la Russie réunifiée.

Rivalité entre la “Principauté de Vladimir-Souzal” et la futur Moscou :

Suite à la conquête mongole, la grande principauté de Vladimir-Souzdal se désintègre rapidement en onze petits États: Moscou, Tver, Pereslavl-Zalesski, Rostov, Yaroslavl, Ouglitch, Belozersk, Kostroma, Nijni Novgorod, Starodub, et Iouriev-Polski.

C’est le Grand Prince de Vladimir-Souzdal, vassal des Mongols de la “Horde d’Or” , qui est sensé avoir l’autorité sur les onze petits états mais cette autorité va progressivement s’affaiblir et une terrible concurrence va s’établir entre ces petits états.

De plus, les Mongols vont profiter de ses dissidences pour garder la main mise sur l’ensemble de la région.


En 1327, un "Bitikci" (fonctionnaire) du nom de Shevkal (peut être le cousin d’Özbeg Khan), arrive à Tver, avec une suite nombreuse.

Il installe son domicile au palais d’Alexandre II de Vladimir et, selon les rapports rus, commence à terroriser la ville, pillant et tuant au hasard.

Bientôt des rumeurs se répandent que Shevkal veut tuer le prince, occuper le trône pour lui-même et introduire l'Islam dans la ville.

Le 15 Août 1327, un incident éclate. Des Mongols essayent de voler le cheval d'un diacre nommé Dyudko.
Dyudko crie à l'aide et une foule de gens furieux se précipitent sur les Mongols et les tuent tous.

Ensuite, la foule se dirige au domicile de Shevkal.
Une altercation a lieu est Shevkal fuit le palais. Il est rattrapé dans une maison où ils avaient tenté de se cacher. Lui et ses gardes sont brûlés vifs

Le massacre conduit inévitablement à des représailles.

De plus, vu la gravité des faits et suite à des événements antérieurs, il y a de grande chance que les Mongols vont se servir du meurtre de Shevkal comme prétexte pour exécuter Alexandre II et les princes de Tver.

De plus, à cette époque, il existe un terrible contentieux entre les Prince de Vladimir-Souzdal et les Princes de Moscou.

En effet, en 1322, Dimitri II de Vladimir, dit “Aux yeux terribles”, ( frère d’Alexandre II) avait obtenu d’Özbeg Khan , l'autorisation de monter sur le trône de la principauté de Vladimir-Souzdal.

Se rendant à la cour de la “Horde d'Or” pour rendre hommage au Khan, il y rencontre Iouri III de Moscou, responsable de la mort de son père quelques temps auparavant.
Dimitri II de Vladimir décide de se venger et tue Iouri III.

Pour ce meurtre, Dimitri II est condamné par Özbeg Khan et exécuté à Saraï le 15 septembre 1325.

Une haine féroce s’installe entre les Princes de Moscou et les Princes de Vladimir

Suite au meurtre de Shevkal, Ivan Kalita de Moscou , le frère de Iouri III de Moscou, se rend immédiatement auprès d’Özbeg Khan pour discréditer Alexandre II de Vladimir et pour le persuader d'accorder à Moscou des privilèges avantageux.

Alexandre II n’a pas le temps de se justifier auprès d’Özbeg Khan et celui-ci envoie Ivan Kalita, à la tête d'une armée de 50.000 soldats, pour punir Tver et arrêter Alexandre II.

Alexandre II n’attend pas et fui avec sa famille à Novgorod , mais, par crainte des Mongols, les autorités de Novgorod refuse de l’aider.
Il décide de se tourner vers Pskov .

Pskov, non seulement accueille Alexandre II, mais fait de lui leur prince.
Désireux de sauver la terre russe de la dévastation, Ivan Kalita laisse Alexandre II à Pskov, mais les Mongols ne l’entendent pas comme ça et décident d’envoyer une autre expédition punitive pour attaquer cette ville.

Pour sauver la vile, Alexandre II pense fuir à nouveau, mais les habitants de Pskov refusent son départ.

En 1329, répondant à l'ordre du khan, Ivan Kalita et beaucoup d'autres princes déclare la guerre à Pskov.
Alexandre II se voit contraint de fuir en Lituanie puis en Suède.
Un an et demi plus tard, sous le patronage de Gediminas, grand-duc de Lituanie, Alexandre II retourne à Pskov, .


En 1335, Alexandre II envoie son fils, Fédor, à la cour de la “Horde d’Or” afin d'obtenir le pardon du Khan.

Deux ans plus tard, il y va lui-même.

Özbeg Khan pardonne à son vieil ennemi et le renvoie à Tver. Mais cela conduit à la reprise des hostilités entre Alexandre II et les Princes de Moscou.

Finalement, le 29 Octobre 1339, Alexandre II et Fiodor sont arrêtés et écartelés (coupé en quatre morceaux) à Saraï , la capitale de la “Horde d’Or”, sur les ordres d'Özbeg Khan.
Che Khan, votre humble serviteur
Image
Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 08 Oct 2015, 09:03

La Russie

Précision sur le terme "Rus" :

"Rus" est un mot des langues russe, ukrainienne et biélorusse désignant l'État qui était celui des Slaves orientaux du Xème au XIIIème siècle.
Les territoires de cette ancienne "Russie" sont aujourd'hui répartis entre la Fédération de Russie, la Biélorussie et l'Ukraine.

Selon la théorie "normandiste", la plus largement acceptée par l'Occident, le mot "Rus" aurait été adopté par les Slaves à partir de la racine norroise roðr, roþs- (roths-), ou directement à partir du finnois Ruotsi.
Cette racine, qui est la même que celle de l'anglais to row (ramer), aurait été employée pour désigner les Varègues d'origine scandinave qui ramaient le plus souvent pour remonter les cours d'eau.

Des chroniqueurs polonais du Moyen Âge font dériver "Rus"du latin rus, ruris (campagne).

Ahmad Ibn Fadlan, membre de l'ambassade envoyée en 921 de Bagdad au Khan des Bulgares de la Volga, utilise le mot "Rousiyyah" pour désigner des Varègues vivant dans la région d'Astrakhan.

Ibn Rustah, voyageur perse du Xème siècle, venu à Novgorod, utilise le terme "Rus".

Comme les Rus, ils vivent sur une île… et l'on prend trois jours pour en faire le tour ; elle est couverte de forêts et de végétation épaisse; elle est très malsaine… Ils harcèlent les Slaves, et utilisent des bateaux pour les atteindre; ils les réduisent en esclavage et les vendent. Ils ne cultivent pas les champs, et vivent sur ce qu'ils peuvent prendre aux Slaves… Lorsqu'un fils leur nait, le père se dirige vers le nouveau-né avec son épée en main; il la jette par terre en disant « Je ne donnerai rien d'autre que cette épée qui te servira pour te procurer ce dont tu as besoin
(Ibn Rustah, selon National Geographic, mars 1985)

Dans l'ancienne littérature slave orientale, les Slaves du Sud se désignent eux-mêmes comme "mouji rousskie" (les hommes Rus) ou plus rarement roussikhi.

Chez les Byzantins, on trouve le terme de "Rhos". Des "Rhos" sont mentionnés en 860 par le patriarche de Constantinople Photius. Lorsque les Varègues arrivent à Constantinople, les Byzantins les décrivent comme un peuple différent des Slaves.

En Europe, au IXème siècle et au Xème siècle, les termes en usage sont : Ruzi, Ruzzi, Ruzia ou Ruzari mais le plus courant était Rugi, le nom d'une ancienne tribu germanique parente des Goths. Olga de Kiev, par exemple, dans les annales franciques, est appelée regina Rugorum, c'est-à-dire "reine des Rugi".

Au XIème siècle, le mot dominant dans la tradition latine est Ruscia. Il est utilisé par Thietmar de Mersebourg, Adam de Brême, Côme de Prague et par le pape Grégoire VII dans sa lettre à Iziaslav Ier. On trouve aussi les mots Rucia, Ruzzia, Ruzsia, qui lui sont équivalents.

Au XIIème siècle, Ruscia se transforme en deux mots, Russia et Ruthenia.
Russia (ou Rossia et Russie) est la forme romane dominante, employée d'abord par Liutprand de Crémone en 960 puis par saint Pierre Damien en 1030. Elle devient la norme dans les documents en anglais et en français du XIIe siècle.
Ruthenia, que l'on rencontre en premier lieu dans les annales d'Augsbourg du XIIe siècle, est à partir de là la forme latine préférée de la papauté.

Sur ce forum, j'utilise, le plus souvent, le terme "Ruthène" pour désigner les "anciens russes".
Che Khan, votre humble serviteur
Image

Retour vers Pays d'Europe de l'Est

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 visiteur de passage

cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by ST Software for PTF.
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
- Les Modifications du Style ont été réalisées par Alokhan, Commandant du Petit Iour Tchi.
- Le fond musical du site a été réalisé par Franck Mouzon sous licences Creative Commons.


Ravélo : Un site de balades à vélo
Anik : Le site d'une artiste peintre



                              Retour � l'accueil