Message 01 Août 2009, 14:39

Les Mongols et le Nestorianisme

Les Mongols et le Nestorianisme.


Introduction :

Le Nestorianisme est une ‘hérésie chrétienne’, apparue au Vème siècle et qui concerne l’idée de la nature du Christ.
Le Nestorianisme, contrairement à l’église chrétienne de Rome, soutenait que Jésus avait deux natures différentes. L'une en tant que Fils de Dieu et l'autre une nature humaine ordinaire. Cette vue , revenait également à remettre en cause l'énoncé que Marie était "mère de Dieu".
Cette idée étaient défendues par Nestorius, archevêque deContantinople. Il fut condamné par le concile d'Ephèse en 431.
Cette condamnation entraîna un schisme important. Les partisans de Nestorius, qui faisaient essentiellement partie du monde parlant le syriaque, devinrent une Eglise indépendante, leur évêché étant situé à Ctésiphon (aujourd'hui en Irak). Eux-mêmes s'appelaient "Chaldéens" alors que leurs ennemis de l'Ouest les appelaient "Nestoriens"

Les Missionaires nestoriens, zélés, entreprirent d'exporter leur foi vers l’Est. Ils parvinrent en Inde, en Asie Centrale et en Extrême-Orient au cours des VIIème et VIIIème siècles. La Chine et la Mongolie furent atteinte vers 635.

Le Nestorianisme fut bien reçu en Chine par la Dynastie Tang. Le catholicisme, tel que présenté par les Nestoriens, était appelé "Religion lumineuse" par les Chinois et les communautés et monastères nestoriens se développèrent rapidement.

Le travail des Missionnaires nestoriens continua dans la région, y compris en Chine, ainsi que dans des tribus du Nord (Ouïghours, Türks et Mongols). A la même époque qu'ils s'étaient installés en Chine, les Nestoriens étaient également devenus puissants au Tibet (VIIIème siècle).

Au VIIIème siècle, le prince ouïgour de Kashgar, au nord-ouest de la Chine, était un chrétien nestorien.

Le Nestorianisme chez les Mongols :

La société mongole va offrir une place de faveur aux "Nestoriens".
Déjà, sur ses lieux d'origine, aux confins nord-ouest de la Chine, au delà de la Grande Muraille, il semble qu'il y avait déjà des populations "nestoriennes" (peut-être des réfugiées de Chine après leur persécution de 845)

La confession nestorienne continuera à connaitre de beaux jours sous l'Empire mongol de Gengis Khan

Elle était pratiquée par plusieurs princesses de sa famille de Gengis Khan, comme sa belle-fille Sorgaqtani, épouse de Toluy ( Fils de Gengis Khan) et la belle-fille de ceux-ci.

Le grand khan Môngke, empereur des Mongols (1251-1259), il avait été élevé par une mère nestorienne.

Khubilaï, grand Khan de Chine, aura des hauts dignitaires "nestoriens" à Khambalik (Pékin), dans son entourage et on trouve même la trace de "nestoriens" ayant occupé des fonctions importantes dans certaines provinces plus au sud.

Un autre petit-fils de Gengis Khan, Hülegü, Khan de Perse jusqu'en 1265 entretenait des relations suivies avec l’église nestorienne. Son épouse principale, Doqouz Khatoun, est une chrétienne nestorienne.
Lors de la prise de Bagdad par Hülegü en 1258, elle intervient pour épargner la vie de ses coreligionnaires chrétiens.

C’est un moine nestorien, mongol d'origine, mais de langue chinoise, qui deviendra patriarche de Bagdad vers 1280 sous le nom de Yahballaha III.

Et Rabban Cauma, le diplomate envoyé en Europe entre 1287 et 1288 par Arghun (Ilkhan d’Iran) en était, lui aussi un Nestorien.


Malheureusement pour elle, si la religion nestorienne touche quelques élites et est suivie par une petite partie de la communauté mongole, elle n’arrive pas à s’imposer comme religion principale.

De plus, l’arrivée chez les Mongols de missionnaires Dominicains et Franciscains entrant en compétition avec les Nestoriens vont donner l’image d’une église chrétienne divisée et parfois intolérante. Une intolérance dont les Mongols vont se méfier.

Les Mongols finiront par devenir bouddhistes ou musulmans.
Qüyildar, Chaman de l'Ordoo du 'Corbeau Rouge'
Image