Logo Yourte                              

[Roman] Les fils de Gengis Khan


Vos découvertes dans différents médias : livres, film, musique, etc ....(lecture : Tous / écriture : Membres)

Modérateurs: Che Khan, Alokhan, Les "Dix Braves"

Message 09 Mars 2009, 13:55

[Roman] Les fils de Gengis Khan

Bonjour,
j'ignore si certains d'entre vous ont eu l'occasion de lire cette trilogie, très modestement intitulée "La Domination du monde". Je suis dans le premier volume, c'est plutôt bien fait. Un portrait assez saisissant du monde du XIII° siècle, de Frédéric Hohenstaufen à Batou en passant par Saint-Louis, Novgorod et les assassins, on voyage beaucoup ! :)

Image

Message 03 Avr 2009, 13:19

Bonjour ! :)
Je poste ici ma critique du livre, qui est à ta disposition, Che Khan, si toutefois tu souhaites l'ajouter, d'une manière ou d'une autre, à la biblio. :wink:

Les fils de Gengis Khan
À la croisée des mondes


C’est, dit-il, à la vue du spectacle du Mur de Berlin s’écroulant que Patrice Amarger, banquier de son état, se lança dans la colossale entreprise que constitue « La Domination du Monde ». Comme la modestie de son titre le laissait présager, cette trilogie monumentale poursuit de hautes ambitions : rien moins que de dépeindre les affinités et contradictions parcourant les grandes civilisations, contraintes de s’unir - pour un instant de concorde universelle - face à la redoutable menace mongole. Mais ne vous y trompez pas, l’auteur a fait mouche ! À la croisée des mondes, sa fresque épique transporte ainsi le lecteur des palais damascènes aux citadelles de Russie, s’offrant des détours dans l’entrelacs des pensées du Souverain Pontife, des farouches héritiers de Gengis Khan ou s’éclairant aux lumières du visionnaire Frédéric II Hohenstaufen.

An 1237 de notre ère. L’Europe est profondément divisée par le conflit politique qui oppose la papauté au Saint empire Germanique pour l’autorité temporelle sur les royaumes chrétiens. Là-bas, au plus profond des steppes, un autre pouvoir a émergé, avant de soumettre à sa volonté la Chine du Nord et l’Asie centrale turque : Les féroces Mongols. Voici que les intrépides cavaliers, désormais aux ordres d’Ögödäi – fils et successeur du légendaire Gengis Khan – frappent aux portes de la Russie orthodoxe. Batou, le petit-fils du Conquérant, hanté par le soupçon de bâtardise qui plane sur la naissance de son père, lance ses armées invincibles à l’assaut du Vieux Monde tout entier, dans le fol espoir d’aller planter l’étendard aux neuf queues de cheval sur les rivages de l’Océan Atlantique. Un terrifiant péril pèse sur toutes les nations, des comitats de Hongrie à la France prospère, en passant par les principautés musulmanes, elles aussi déchirées par des luttes fratricides. Les « peuples du Livre » sauront-ils sceller une union sacrée face à l’impitoyable envahisseur païen qui laissent d’innombrables sabots réduire en poussière ou en esclavage des siècles de culture et de tradition ?

Si Patrick Amarger n’est pas à proprement parler un écrivain, statut que par ailleurs il ne revendique pas, ses dons de conteur sont incontestables. Ceux-ci évoquent l’inclination de l’incomparable démiurge d’Oxford : J.R.R Tolkien. Le lecteur ne perd jamais le fil. Bien au contraire, il se laisse caresser par le vent de l’épopée, plongeant avec délice dans les méandres de cette moderne chanson de geste. Le style, conservateur comme il sied au genre, s’enrichit d’une connaissance méticuleuse du vocabulaire médiéval comme des nombreux jargons qu’une telle superposition culturelle force à cohabiter. Si l’auteur flirte parfois dangereusement avec la pédanterie, il ne bascule jamais, restant maître de son récit. Amarger paye d’audace, et ne craint pas de s’aventurer hors des sentiers battus, s’autorisant des détours vers la matière poétique nomade ou les tortueuses arguties théologiques. Il pénètre avec brio la pensée des princes du XIII° siècle, arabes, chrétiens ou Mongols, campant avec un égal talent les vicissitudes papales, la fougueuse piété du futur Saint-Louis et les intrigues byzantines des potentats vénitiens. Le menu peuple n’est pas en reste, puisque dans un autre registre, l’auteur explore le quotidien des communautés ashkénazes, de la paysannerie hongroise ou du paganisme balte. C’est dire l’étendue des recherches qui ont été nécessaires à l’écriture d’une telle somme ! Les cinq années passées à écumer les bibliothèques fournissent ainsi l’indispensable terreau qui nourrit La Domination du Monde. Laissez-vous soulever par l’ampleur romanesque et la valeur descriptive de ses trois volumes : Les Fils de Gengis Khan, La Fureur des Tartares et La Volonté du Ciel, tous trois publiés chez Robert Laffont. Ce voyage aux confins de l’histoire, aux frontières de l’utopie, ne saurait laisser inchangé…

Ujisato
Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 03 Avr 2009, 16:20

Yo

Merci de ta critique, elle me donne envie d'acquérir ce livre. De plus, c'est une période sur lequel je ne possède peu d'ouvrage.

Je laisse le post ici (quitte à également renseigner le bouquin dans ma biblio).

Bien à toi.
Che Khan, votre humble serviteur
Image
Avatar de l’utilisateur

Maître des lieux

Messages: 1018

Inscrit le: 24 Sep 2005, 10:43

Localisation: Brabant Wallon

Message 15 Mai 2009, 13:55

Yo à tous


Voilà, j'ai acquis le premier tome de ce roman et je l'ai lu.

Comme expliqué par Ujisato, l'auteur aborde ce sujet en suivant les préocupations et les pérégrinations de nombreux personnages. Les uns fort connu comme l'Empereur Frédéric II, le Pape Grégoire IX, le Roi Béla IV de Hongrie, Alexandre Nevski, le Roi Louis de France mais aussi de humbles artisans ou aventuriers comme cet orfèvre parisien, Guillaume Boucher, ou encore un diplomate syrien, un ex chevalier du Temple anglais, deux moines et un noble marchand vénitien.

Le roman est découpé par de petits paragraphes, sautant d'un personnage et d'une région à l'autre. Nous entrainant de l'Angleterre au Moyen Orient, de la Russie kievienne à Paris ou Venise. L'histoire se situe entre 1235 et 1242.

Et les Mongols dans tout ça ??

Et bien les Mongols : Ils arrivent !!! toujours présent, en filigramme, tout au long de ce premier tome, ils ont commencé la campagne d'Europe et vont bousculer l'existance de tous ces personnages.

Mon avis : ce roman peut être une très bonne manière de se plonger dans les évènements de cette époque. Néanmoins, le nombre important de personnages demande une lecture concentrée.
Dernière édition par Che Khan le 28 Mai 2009, 19:19, édité 1 fois au total.
Che Khan, votre humble serviteur
Image

Message 28 Mai 2009, 13:43

Aaaah, je vois que ça t'a plu ! :)
J'attend avec impatience tes impressions sur les deux autres tomes.
Les mongols à proprement parler sont plus présents dans le dernier.

Retour vers A voir, A Lire, A Ecouter

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 visiteur de passage

cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by ST Software for PTF.
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
- Les Modifications du Style ont été réalisées par Alokhan, Commandant du Petit Iour Tchi.
- Le fond musical du site a été réalisé par Franck Mouzon sous licences Creative Commons.



Le site d'une artiste peintre : Anik



                              Retour � l'accueil