Logo Yourte                              

Le Chien


Dans cette rubrique nous parlerons de l'élevage chez les 'Peuples Cavaliers' ainsi que de la faune en général.

Modérateurs: Che Khan, Alokhan, Khurec Temur

Avatar de l’utilisateur

Guerrier Keshig

Messages: 10

Inscrit le: 11 Mai 2007, 19:11

Localisation: A la chasse au renard

Message 31 Juil 2007, 18:54

Le Chien

Le Chien

Introduction

Le premier compagnon animal de l’homme a très certainement été le chien. La place qu'il occupe auprès de l'espèce humaine est même un cas particulier parmi toutes les espèces domestiques.

La relation entre humains et canidés est très ancienne. Des restes de loup ont été retrouvés en association avec ceux d'hominidés, ceux-ci datant 400 000 ans. Les indications à la fois archéologiques et génétiques situent la domestication au Paléolithique supérieur il y a entre 17 000 et 14 000 ans.

Un animal utile à tous points de vue, protégeant les humains, surveillant le campement ou les troupeaux, auxiliaire à la chasse ou à la guerre et même parfois réserve alimentaire.

Dans les temps préhistoriques, les peuples d’Asie centrale, qui n’étaient pas encore cavaliers mais peut être déjà nomades, ont certainement du être accompagné par de nombreux chiens.

On sait que le nomadisme est un choix de société délibéré et directement influencé par un mode de vie et un système économique spécifique. La quête de nourriture motive les déplacements des hommes. A l’origine, c’est une économie de cueillette et de chasse mais ensuite les plus grandes sociétés nomades pratiquent l'élevage pastoral, où la recherche de pâturages et le déplacement des animaux décident de la mobilité des hommes.
L'humanité a vécu à l'état nomade durant tout le paléolithique, elle est devenue peu à peu semi-nomade à partir du mésolithique pour commencer, en générale, à se sédentariser durant le néolithique.

Ainsi nous pouvons très bien imaginer des hommes vivant le nomadisme et étant accompagner de chiens.

Chez les Amérindiens, certains peuples (les sioux par exemple) était déjà nomade avant la ré-introduction du cheval. C’est le chien qui leur servait, entre autre,d’animal de bât.
Quand Les Amérindiens adopterons le cheval, ils lui donnerons d’ailleurs le nom de “7 chiens” ou “grand chien”par rapport au travail qu’il pouvait fournir.


Parmis toutes les fonctions du chien, la fonction de chasse, divertissement des élites, est la plus prestigieuse, Elle est également plus souvent évoquée dans l’activité artistique.
Nous trouvons, au Proche Orient antique, des sceaux-cylindres en bronze, utilisés pour les transactions commerciales sur lesquels on peut voir des représentations de scènes de chasse avec des rabatteurs et des valets tenant des chiens en laisse. Ceux-ci traquent le cheval sauvage, le sanglier, mais aussi le lion.
Au Proche Orient Ancien, le chien a assumé aussi un rôle symbolique et cultuel. Des figurines de chiens ont été retrouvées sur plusieurs sites mésopotamiens et anatoliens : les Hittites les modelaient pour tenir à distance les mauvais esprits pendant la nuit. Le chien est ainsi magnifié dans son office de gardien qui éloigne les prédateurs des activités humaines.

La fonction de chien de guerre est attestée par des témoignages iconographiques non plus asiatiques, mais égyptiens. Des peintures retrouvées dans la tombe de Toutankhamon (v.1350 avant J.C.), et représentant le pharaon en guerre, montrent déjà de grands chiens de couleur sable.

Le Chien chez les ‘Peuples Cavaliers”.

Lorsque les peuples d’Asie centrale sont devenu des nomades à cheval, le chien a, sans doute, perdu un peu de son statut mais pas son utilité.
En effet, pour des éleveurs/pasteurs, le chien, comme gardien de troupeaux était omniprésent.

Nous avons peu de renseignements sur les chiens de l’époque des Scythes, mais il était présent à côté des éleveurs sarmates et alains (ces peuples étaient connus pour garder de grandes chiens de protection).

l'Alano (ou dogue espagnol) serait un descendant de ces chiens arrivés en Espagne , avec les Alains, lors de leur migration au Vème siècle ap J-C.

Peu de renseignements également chez les Huns. Tout au plus que les guerriers d'Attila élevaient d‘énormes chiens élevés en meute autour des camps. Ils étaient utilisés aussi bien comme chiens de garde que comme chien de guerre. Ils avaient la particularité d’être souvent privés de nourriture plusieurs jours pour décupler leur férocité.

Par contre, les Magyar aurait amené avec eux un chien de berger, le ‘Komondor’ et les Türks Seldjoukides auraient été accompagné de chiens de berger massifs et puissants (capable de tuer un lion) dont ils se servaient également à la guerre et qui serait l’ancêtre du ‘Berger d’Anatolie’ .

Chez les Mongols, le chien est, avec le cheval, l'autre compagnon fidèle de l'éleveur .
Mais le chien des nomades n'est pas un animal de compagnie comme nous l'entendons à notre époque, c’est essentiellement un compagnon de travail.
Si les utilisations du cheval sont limitées à quelques activités, celles du chien sont multiples : chien de garde (outre la garde des troupeaux au pâturage, les chiens protégeaient aussi le bétail convoyé durant les transhumances), chien de chasse ou chien de guerre.

Marco Polo mentionne le dogue du Tibet rugissant comme un lion et qui chassent des bêtes féroces et le sont eux mêmes. Son premier usage était la garde des troupeaux, première richesse des nomades, mais aussi la protection des campements. La nuit, ils étaient détachés et défendaient un territoire précis jusqu’au petit matin.

On peut s’étonner du peu de renseignement que l’on trouve sur le chien chez les ‘Peuples Cavaliers’. Il est quasi absent dans les textes et dans l’art animalier (on lui préfère les animaux sauvage comme les félins ou les rapaces). Il très peu présent dans l’iconographie (peintures ou miniatures).

Il est possible que cela soit du à son statut, très utilitaire et peu valorisant.
Moins cité, le chien est beaucoup plus discret et beaucoup moins connu que d’autres animaux.

On peut voir sur la peinture ci-dessous, deux chiens se disputant de la nourriture
Image
Peinture de Muhamad Siyah Qalem / campement nomade XIVème siècle
Mohamed Siyah Qalem est un enlumineur turc qui a vécu au XIVe siècle sous la dynastie des Timourides.
Il était surnommé « Mohammed du pinceau noir » et a illustré quatre albums de scènes de la vie quotidienne des peuples nomades turcs vivant dans les steppes de l'Asie centrale.
La plupart de ses œuvres sont exposée au Musée Topkapi à Istanbul.

Deux autres documents ou l'on observe un chien :

Image
"Khubilaï Khan à la chasse" Source : Détail d'une peinture sur soie du peintre chinois Liu Kuan-tao (1280) / Taipei National Museum.

Image
"Hulegu khan à la chasse".

Remarque :

- Nogaï, qui pourrait signifier "chien" est le nom d'un général et condottiere illustre de la “Horde d'Or”.
- Le chien mais aussi le chiot, fut un animal totémique important chez les Kirghizes et chez les Magyars.
Dernière édition par Khurec Temur le 31 Juil 2007, 19:03, édité 1 fois au total.
Khurec Temur, Guerrier Keshig de l'Ordoo du Corbeau Rouge.
Image
Avatar de l’utilisateur

Guerrier Keshig

Messages: 10

Inscrit le: 11 Mai 2007, 19:11

Localisation: A la chasse au renard

Message 31 Juil 2007, 19:01

Le Chien

Quelques Portraits de Chiens

Le Dogue du Tibet :

Le Dogue du Tibet est une ancienne race de chien de travail des bergers nomades de l'Himalaya.
Do-khyi, son nom tibétain, signifie littéralement « chien de porte », il fut en effet le chien de garde traditionnel des monastères tibétains.
Bien que la race ait évolué depuis, on trouve des traces possibles de son existence remontant à plus de trois mille ans.
Une description a été faite environ 350 ans av JC par Aristote, On sait aussi de lui qu'il en a été donné à Alexandre le Grand qui les a fait combattre des fauves dans l'arène.

Il est également donné comme ancêtre probable des chiens utilisés par les légions romaines et dont les caractéristiques se sont diffusées à travers l'Europe.
Certains spécialistes affirment qu'il serait à l'origine de tous les molosses et les chiens de montagne.

C'est très certainement ce chien, utilisé par les Mongols, que décrit Marco Polo dans son livre, "Le devisement du Monde" :

" Ils ont des chiens grands comme des ânes avec des énormes têtes, les joues à peau rude barrées de rides profondes, des lèvres épaisses et des yeux injectés de sang leur donnant une expression terrible(…) qui sont très bons pour prendre les bêtes sauvages, dont il y a beaucoup".
Morphologie :

Il se distingue par son ossature bien construite.
Il peut mesurer jusqu'à 80 cm pour un poids avoisinant les 100 kg (61 cm minimum pour une femelle et 66 cm minimum pour un mâle).
La longueur du corps du Dogue du Tibet est légèrement supérieure à la hauteur du garrot.
La tête est large, lourde et forte.
La queue touffue est portée haute et s'enroule sur le dos.
Les couleurs de sa robe vont du noir au bleu, marquée ou non de feu, et du fauve intense au rouge soutenu.
La truffe doit être en accord avec la robe et le plus foncé possible.

le “berger d’Asie centrale”

C’est sans doute une des plus anciennes races du continent asiatique.
Le terme “Berger d’Asie Centrale” (Sredneaziatskaya Ovtcharka en russe) est une invention russe et récente qui n’était pas utilisé à l’origine.
En effet, les utilisateurs des chiens sont en règle générale des bergers nomades. Ils donnent des noms à leurs chiens qui correspondent à leurs utilisations, qualités ou apparences et dans la langue de leur pays.
Ainsi en Afghanistan on parle de “Sage Kooch” (chien de nomade) ou “Sage Rama” (chien de troupeau de moutons). Les types lourds (chiens de montagne) sont désignés comme “Djence Sheri” (race lion) et les types plus légers (chiens des steppes) portent le nom de “Djence Palangi” (race-tigre).
Dans les régions turcophones on trouve les appellations de “Coban Kopek” qui désigne un chien de berger (ou de troupeau) et de “Kurt Kopek” traduit par ‘chien vainqueur du loup’.

Ce chien fut l'auxiliaire dévoué de tous les peuples nomadisants d'Asie centrale, protégeant et rassemblant les troupeaux, convoyant les caravanes chargées de marchandises précieuses, veillant sur les humains au campement, les accompagnant pendant les longs déplacements.
le berger d'Asie Centrale est infatigable. Il est également frugal, se contentant des restes des repas.

On le décrit comme un chien tranquille et posé, il se montre très tolérant car il est très hiérarchisé. Toutefois c'est un chien de type dominant et à ce titre une éducation ferme et structurée est recommandée.
Il reste très méfiant à l'égard des étrangers, réservant sa loyauté et son affection à sa famille.
C'est, très certainement ce chien que Marco Polo décrit dans ses carnets de voyages.

Morphologie :

- Sa taille est supérieure à la moyenne et présente une ossature massive et une musculature puissante.
- Sa peau est épaisse, suffisamment élastique et forme souvent des plis dans la région du cou.
-Sa tête est massive, large dans la région du crâne avec des zygomatiques fortement développés, le front est plat, le stop à peine marqué.
-Ses yeux sont sombres, largement écartés, arrondis, disposés droit.
-Son poil est grossier, droit avec un sous poil développé, sur la tête et la face antérieure des membres le poil est court bien couché contre la peau.
- Sa couleur de robe : blanc, noir, gris, paille, roux, gris brun, tigré, pie et tacheté.
-Sa queue et ses oreilles sont souvent écourtées.


Le Komondor :

Utilisé depuis des siècles pour la garde et la défense des troupeaux de moutons et de chevaux en Hongrie, le Komondor est l'un des plus grands chiens de berger.
Issu probablement de races asiatiques , il aurait été amené voila plus de mille ans, par les tribus Magyares, dans les plaines de Hongrie .

Morphologie :

Un poids de 45 à 60 K pour une taille 70 à 85 Cm
Une ête large et bien proportionnée par rapport au reste du corps, corps musclé, membres droits.
Une robe Ivoire et un poil long, floconneux et feutré.


L’Agar :

L’ Agar est un chien de chasse ancestral. Son origine peut être retracée jusqu’à l’époque de la conquête du pays par les Magyars. Des crânes découverts lors de fouilles en témoignent. Mais pour augmenter ses performances de vitesse, au cours du 19e siècle, la race a été croisée avec différents lévriers. Le chien actuel ne ressemble donc plus à celui du Moyen age.

Le Korea Jindo :

Le Korea Jindo descend des chiens de guerre mongols qui ont été laissés sur l'île de Korea's Jindo par l'armée mongole, qui avait projeté d'envahir le Japon. Ces chiens ont évolué vers un état semi-sauvage parce qu'on leur a permis d'errer librement dans île. Par conséquent, les chiens de Jindo tendent à chasser de petites créatures comme des souris, des lapins, des oiseaux, et du gibier beaucoup plus grand comme le sanglier et les cerfs communs.
Les chiens de Jindo ont besoin d'espace raisonnable pour vivre. Avec eux, établir une hiérarchie (les humains au-dessus des chiens) avec beaucoup de soin et d'affection est essentiel.
Khurec Temur, Guerrier Keshig de l'Ordoo du Corbeau Rouge.
Image

Retour vers Le Monde Pastoral

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 visiteur de passage

Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by ST Software for PTF.
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
- Les Modifications du Style ont été réalisées par Alokhan, Commandant du Petit Iour Tchi.
- Le fond musical du site a été réalisé par Franck Mouzon sous licences Creative Commons.



Le site d'une artiste peintre : Anik



                              Retour � l'accueil