Page 1 sur 1

Les Scythes - introduction.

MessagePublié: 19 Oct 2005, 13:38
par Che Khan
Les Scythes - Introduction


Peuple indo-européen, probablement apparenté aux branches iranienne et slave, les Scythes se sont fixés tardivement (Xème siècle av. J-C) par rapport aux autres Indo-Européens.

Image
Zone d'implantation des Scythes Occidentaux.

Leur domaine géographique correspond à celui de la steppe herbeuse et boisée du nord de la mer Noire, s'étendant à l'est jusqu'à la Volga, et au sud jusqu'au Caucase et au Danube.

L'histoire des Scythes, qui prend fin avec le début des grandes invasions hunniques et germaniques, s'étend sur plus de treize siècles, au cours desquels ce peuple a su développer une civilisation originale, au contact des influences de la steppe, de l'hellénisme et de l'Orient.

Comme tous les peuples de la steppe qui leur succéderont, c'est vraisemblablement la pression démographique qui conduisit les Scythes à quitter leur site d'implantation originelle. Au IXème siècle av J-C , les Xiongnu sont repoussés par les Chinois et se retournent vers leurs voisins de l'ouest qui eux-mêmes repoussent leurs voisins occidentaux selon un mouvement de vagues successives.



L'originalité des Scythes n'est pas d'avoir fondé un empire comme les Parthes, mais d'avoir établi un royaume stable, bien qu'hétérogène, qui leur permit de préserver leur identité et d'absorber les apports des grandes civilisations.

Hérodote nous dit que les Scythes se fixèrent d’abord dans la steppe cimmérienne entre le Don, la Volga et le Caucase. Chassés vers l'ouest par les Massagètes, les Scythes, à leur tour, poussèrent devant eux les Cimmériens.
Après avoir écrasé ces derniers en Asie Mineure (635 av. J-C), les Scythes ravagèrent tout l'Orient, s'allièrent aux Assyriens, puis les trahirent et participèrent, avec Cyaxare de Médie et Nabopolassar de Babylone, à la chute de Ninive (612 av. J-C).
L'année suivante, le pharaon Psammétique les détourna de l'Égypte par un tribut. Les Scythes furent repoussés au-delà du Caucase par les Mèdes (ils garderont une empreinte profonde de leur passage en Orient, notamment en ce qui concerne leur art). Puis ils se divisèrent en se sédentarisant à mesure de leur avancée vers l'ouest.

Au contact des colonies grecques de Crimée , Panticapée et Olbia, qui avaient formé le royaume grec du Bosphore, la branche dite des Scythes royaux développa une aristocratie militaire et imposa sa domination aux Scythes laboureurs de l'Ouest et aux Scythes nomades de l'Est.

Cette aristocratie militaire s'enrichit grâce au commerce avec les Grecs, auxquels les Scythes fournissaient de l'or mais surtout du blé pour Athènes et en échange achetaient du vin et divers produits fabriqués.

Or, en 514, l'empereur perse Darios Ier, qui contrôlait le Bosphore, voulut détourner ce commerce à son profit. À travers la Thrace et le Danube, l'immense armée de Darios (250.000 h ?) s'avança loin en Scythie, devant des cavaliers insaisissables qui pratiquaient la "terre brûlée". Elle dut finalement battre en retraite après avoir atteint la Volga, l’armée est décimé par la famine.

Les Scythes avaient acquis dans la steppe une réputation d'excellents archers à cheval, ce qui leur avait valu d'être des mercenaires de police à Athènes et les alliés de Cléomène de Sparte contre la Perse (-495). En -496, les Scythes envahissent la Thrace tenue à l’époque par la perse. De façon continue au cours du 5e siècles ils multiplient leurs incursions dans
l’ensemble du moyen orient : Syrie, perse, Anatolie (Turquie centrale).
L’apogée des Scythes se situe aux IVème et IIIème siècles. A la fin du IIème avant notre ère, les villes grecques de Crimée , au bord de la mer noire, ne cessent d’être pillées. Elles se tournent vers Mithridate IV Eupator, Roi du Pont, qui, après trois dures expédions, défait les Scythes.

Mais ceux-ci ne tardent pas à peser de nouveau sur la vie économique des cités marchandes grecques. Ce n’est qu’en 63 que le général romain Platius Silvanus parvient enfin à desserrer l’étau scythes autour de Chersonèse . Refoulés vers l’ouest par les Sarmates au IIème Siècle, c’est seulement au milieu du IIIème Siècle de notre ère que les scythes sont chassés d’Ukraine par les Goths.

Chassés de la steppe cimmérienne, puis des rives du Don (346), les Scythes se heurtèrent, au sud, à Philippe II de Macédoine. Peu à peu confinés à la Crimée, les Scythes royaux y édifièrent une superbe capitale, Neapolis, étonnante par ses remparts de pierre, ses palais, ses fresques et ses sculptures.
Cette stabilisation des Scythes en Crimée s'explique par la facilité de défense de la presqu’île et par les richesses tirées du commerce pontique. Très liés aux Grecs pour cette raison, les Scythes refuseront toujours farouchement de s'helléniser.

La principale divinité était Tabiti, déesse du feu. Il n’y avait ni autels, ni temples mais les sacrifices humains n’étaient pas rares. Les autres peuples considéraient les scythes comme des barbares cruels en raison de leur rite sanglants envers leurs ennemis : ils les dépeçaient pour faire des selles et des parures. Les tatouages avaient une signification hiérarchique.

-> Lire ce qu'en dit Hérodote dans l'article : La pratique du scalp.



Les Scythes sont issus d'un «anticyclone de peuples» (appartenant peut-être à une même souche) qui s'est formé aux IIème et IIIème millénaires, autour de la mer d'Aral.

Ces peuples, comme les Cimmériens, les Sarmates, les Massagètes, les Saces, les Parnes, les Yue-Tche, les Tokhariens, constituent la deuxième vague indo-européenne, Cette deuxième vague se heurta à des empires déjà solidement établis, qui maintiendront longtemps tous ces peuples à leur périphérie, les assimilant et les combattant à la fois.

Nous nommerons l'ensemble de ses peuples les "Peuples Scythiques".

Quelques uns d'entre eux seront également présentés dans cette rubrique.