Page 1 sur 1

Contes et Légendes Bulgares

MessagePublié: 03 Déc 2006, 16:32
par Tsagan Qütu
La Légende de la Martenitsa


Il y a bien longtemps déjà, les cinq fils du khan bulgare, Koubrat : Bayan, Kotrag, Asparoukh, Koubère et Altsek partent chasser accompagnés de leur sœur Khouba.

Arrivés au bord du fleuve Douna (le Danube) les 5 chasseurs voient un cerf d’argent.
Emerveillés ils n'osent lancer leurs flèches sur l'animal. Le cerf prend peur et se sauve sur la rive opposée leur indiquant ainsi qu'il y a un gué. Les fils de Koubrat se souviennent alors des campagnes menées par leurs aïeux contre Constantinople : Irnik, Bouzan et Zavergan.

A ce moment, un oiseau vole vers eux porteur d'un message funeste. Leur père, le Khan, est sur son lit de mort. A ses derniers instants, Koubrat veut convaincre ses fils de ne pas rompre les faibles liens qui unissent les différentes tribus bulgares. Respectant les dernières volontés de leur père, Ils prêtent serment de défendre l'unité du peuple.

Quelques temps après la mort de leur père, ils sont attaqués par un ennemi cruel et perfide, les Khazars.

Achina, le khagan des Khazars, réussit à s'emparer de la capitale Ababa et à prendre captive, la fille de Koubrat.

Achina propose aux frères de la jeune fille de ne pas toucher à leurs terres à condition qu'ils le reconnaissent comme leur seul et incontestable maître et qu’ils deviennent leur vassal.

Pour que ses frères puissent choisir librement et sans contrainte, Khouba tente de se donner la mort, mais ses gardiens font échouer sa tentative.
Les quatre frères accomplissent, alors, leur serment, mais chacun à sa manière.

Bayan reste auprès de sa sœur et se soumet aux Khazars.

Kotrag se dirige vers le Nord, vers le fleuve Boulga.

Asparoukh, Altsek et Koubère prennent le chemin du Sud en quête de nouvelles terres libres de toute oppression.

En secret avec Krouba ils décident de lui faire parvenir un fil d'or attaché à la patte d'un oiseau lorsqu'ils trouveront des terres libres pour s'y installer avec leurs tribus.
Un jour, Khouba voit se poser à sa fenêtre un faucon envoyé par Asparoukh. Dans le plus grand secret Bayan et Khouba quittent le palais d'Achina. Lorsque les fugitifs atteignent les bords du fleuve Douna leurs poursuivants les rattrapent. afin de trouver le gué, Khouba lâche le faucon d'Asparoukh en attachant sa patte avec un fil blanc qu'elle donne à tenir à son frère. L'oiseau s'envole mais à cet instant une flèche ennemie transperce Bayan. Le fil devient tout rouge de son sang.

Asparoukh accueille les fuyards et rend les derniers hommages à son frère mourant. Il prend le fil blanc et rouge tâché du sang de son frère aîné, en déchire un brin et décore ses soldats.


C'est pourquoi de nos jours les Bulgares portent et échangent entre amis et proches le premier jour du mois de mars qui annonce le printemps, des fils blancs et rouges entrelacés.
Ils les mettent à leur revers, leur main ou leur cou. Pour que les liens qui les unissent ne se rompent jamais! Pour être toujours en bonne santé, gais et heureux! Pour bien montrer qu'ils sont des Bulgares! Vers la fin du mois dès qu’ils aperçoivent la première cigogne ceux des régions sud du pays mettent la martenitsa sous une pierre en faisant un voeu, ceux des régions nord l’attachent sur les branches d’un arbre fruitier dans l’espoir de voir leur voeu s’accomplir…


PS : la Martenitsa se compose de deux glands de laine rouge et blanc. Les glands de laine, de coton ou de soie sont des ornementations très courantes chez les Peuples Cavaliers. On en retrouve déjà l'usage chez les Scythes en décoration des tapis de selle.