Logo Yourte                              

L’Art chez les Mongols Yuan


Le mondes des Arts chez les 'Peuples Cavaliers'.

Modérateurs: Che Khan, Alokhan, Dame Annick, Tsagan Qütu

Avatar de l’utilisateur

Aide de Khan

Messages: 40

Inscrit le: 24 Sep 2005, 22:55

Localisation: Brabant Wallon

Message 18 Déc 2008, 17:36

L’Art chez les Mongols Yuan

L’Art chez les Mongols Yuan

Introduction :

Après le raffinement splendide des Song, l'accession au pouvoir de la dynastie mongole des Yuan (1260-1368), avec Gengis Khan et son petit-fils Khubilaï Khan, ne pouvait que marquer une coupure dans l'histoire de l'art chinois.

Si, dans l'ensemble, l'artisanat des Yuan représente un moment de décadence entre les dynasties Song et Ming, dire que les Yuan n’apportèrent rien à l’art en Chine pendant leur période est un raccourci à ne pas faire.

En effet, la réouverture de la “Route de la Soie”, pratiquement inexploitée depuis les Tang, annonçait une ère de prospérité économique. Une prospérité économique qui développerait une activité artisanale très importante.

Les premiers bénéficiaires de cette prospérité en furent les grandes villes, dont le développement s'était amorcé sous les Song.

Khubilaï construira une nouvelle capitale, Dadu (ou Khanbalik, actuellement Pékin) que Marco Polo pourra admirer. La ville d’Hangzhou, située à l’extrémité sud du “Grand Canal” deviendra une métropole fréquentée par tous les peuples de l'Asie (Marco Polo la
visite en 1280)

La dynastie des Yuan sera une période d'essor culturel important pour la Chine. Cet essor fut en grande partie permis par l’arrivée en Chine du Nord de musulmans, de chrétiens, de juifs,des peuples de l'Asie centrale, de Tibétains ou de Türks.
Dernière édition par Dame Annick le 18 Déc 2008, 17:46, édité 1 fois au total.
Dame Annick, Aide de Camp de l'Ordoo du 'Corbeau Rouge'
Image
Avatar de l’utilisateur

Aide de Khan

Messages: 40

Inscrit le: 24 Sep 2005, 22:55

Localisation: Brabant Wallon

Message 18 Déc 2008, 17:45

- L’Art Picturale :

Les lettrés et artistes, opposés à la domination étrangère, s'installèrent à l'écart de la cour, dans la région de Jiang Si Anhui. La production picturale prend un caractère privé et parfois contestataire.

Néanmoins, la période des Yuan est riche en grands peintres.

Si, presque tous, méprisant les conquérants mongols, s'éloignèrent de la cour pour peindre dans l'intimité, Tchao Mong-fou (1254-1322) fait exception à la règle.
Il aura accès à de hautes charges (ce sont d'ailleurs des lettrés tels que lui qui, en civilisant les Mongols, contribuèrent le mieux à leur chute). Cet excellent calligraphe est un spécialiste de la peinture de chevaux, mais aussi un grand paysagiste, original et sensible (il ne peignait pas pour la cour, mais pour son plaisir).

Dans le sud de la Chine vivaient les « Quatre grands Maîtres » des Yuan.

Le premier est Ni Ts'an (1301-1374) est l'un des plus grands noms de la peinture chinoise. Sa concision dans l'expression est remarquable : « il utilisait son encre comme si c'était de l'or ». Quelques arbres dénudés et quelques silhouettes de montagnes lui suffisent à suggérer un monde.

Hao K'o-kong (né vers 1248), est le continuateur des paysages brumeux de Mi-Fou.

Houang Kong-wang (1269-1354), est le peintre des œuvres épurées, détachées de tout souci décoratif.

Le dernier cité est Wang Meng (vers 1300-1385). Très différent, ses paysages sont tourmentés et encombrés. Ses traits sont précis et serrés et la force de ses compositions est impressionnante.
Il mourra en prison en 1385, sous les Ming, pour avoir occupé un poste sous les Mongols.


- L’Architecture :

La rupture la plus sensible avec les Song se manifeste dans l'architecture. Après la hardiesse gracieuse des édifices song aux savants enchevêtrements de consoles, les bâtiments yuan adoptent des lignes plus régulières, plus massives (le style n'en changera pas beaucoup jusqu'au XIXème siècle.

Les Yuan feront de gros travaux.

Outre la construction de sa nouvelle capitale, 'Dadu’(ou Khanbalik, actuellement Pékin) , Khubilaï Khan entreprend la réfection, l’élargissement et la prolongation jusqu'à Dadu du ‘Grand Canal”.

Des routes et des ponts furent également construits en grand nombre afin de permettre une amélioration du commerce.

Des greniers furent construits pour y emmagasiner des réserves en prévision des disettes

Dans le domaine scientifique, ce fut la connaissance des sources musulmanes qui permit au grand astronome Kouo Cheou-king de créer des observatoires (dont un à Dadu).

Le “Grand Canal” qui relie le nord (de Pékin) au sud (à Hangzhou) a une longueur totale de 1.794 km.Le canal actuel a toujours les dimensions acquissent pendant les Yuan et constitue toujours une importante voie de communication entre Pékin et Hangzhou.


- L’Art de la Céramique :

La céramique chinoise est principalement connue pour la porcelaine, qu'elle a inventée.

Le Type Céladon :

Sous la dynastie Yuan, les artisans vont produisent un grand nombre de pièces de céladon (le céladon est un type de céramique propre à la Chine utilisant une glaçure verte ou bleu-gris translucide).

les céladons “yaozhou” étaient produits à l’origine dans les fours de la province chinoise du Shaanxi, mais le style s’est répandu dans l’ensemble de la Chine du Nord (on les appelle également "céladons du Nord". Sous la Dynastie Yuan, ils présentent de nouveaux motifs souvent empruntés à la nature, comme les cerfs, les poissons, les rhinocéros; Les gravures se simplifient, et les céladons yaozhou deviennent un article populaire.

Les céladons “longquan”, venant de Chine du Sud et d'une couleur souvent plus claire, continuent à être produits comme du temps des Song.
Ces céladons “longquan” atteignent sous la dynastie Yuan de grandes dimensions, certains plats atteignent 70 centimètres de diamètre et se caractérise par la nouvelle technique d'utilisation de motifs moulés, que l'on applique sur la pièce : dragons, fruits, poissons font partie des motifs les plus fréquents.


C'est également sous la dynastie des Yuan que les céladons vont faire la conquête de nombreux autres pays. En effet, grâce au commerce qui se développe dans l’empire mongol, les produits chinois s'exportent vers l'Inde, et surtout, vers l'Empire Ottoman (Istambul abrite aujourd'hui, au palais de Topkapi, une grande collection de céladons d'époque Yuan)

Outre les céladons, les Yuan continuent également de produire des céramiques jun et qingbai.

Le Type “Bleu-Blanc” :

Mais surtout, on voit apparaître un nouveau type de céramique, le fameux type “bleu-blanc”. La fantaisie de leurs décors contraste avec le style épuré des céramiques Song.

Même si ce type de porcelaine existait déjà avant, c’est à l’époque Yuan que les "bleu blanc" furent développés et gagnèrent une renommée jusqu'à aujourd'hui.

En fait, Les Yuan développèrent des relations importantes avec des marchands arabes en Chine qui voyaient dans la porcelaine "bleu-blanc" un nouveau produit à développer pour
l'export.
De nombreux marchands arabes étaient installés à Guangzhou (Canton) depuis les Tang, mais sous les Yuan, ils gagnèrent de l'importance dans le commerce extérieur.
Ils encouragèrent les Chinois à produire pour le marché du Moyen-Orient ainsi que de développer la production de la porcelaine "bleu et blanc". Grâce aux fours, au savoir-faire
et aux techniques existants, les Chinois étaient capables de développer les "bleu-blanc" très rapidement et d'en produire une grande quantité.

Au Moyen-Orient cette porcelaine faisait partie des objets de luxe accessibles seulement aux hommes de cour, à la noblesse, aux officiers de haut rang ou à toute personne qui
avait les moyens d'acquérir des pièces de tel prix. Ces objets à décor si simple mais étonnamment puissant et à la beauté extraordinaire, furent utilisés pour magnifier les
banquets et pour, enfin, devenir un symbole de richesse. C'est ainsi que les pièces splendides du XIVème siècle importées par les marchands du Moyen-Orient enchantèrent, dès leur apparition, les sultans ottomans à Istanbul ou des shahs perses à Ardebil en Iran.


Les décors qui apparaissent sur ces vases s'inspirent de la nature, avec des fleurs en tous genres et des animaux réels ou mythiques (tels que dragons et phénix).
En s'éloignant du style classique des Song, ce nouveau style s’inspire de l'art des steppes et de l’art arabe

Bien souvent, ces vases “bleu-blanc” prendront des formes octogonales, soit au niveau du corps du vase lui-même, soit au niveau de son couvercle ou de sa base. Une forme que
l'on ne retrouve pas dans la production des dynasties précédentes ou postérieures.

Ce style de vases “bleu et blanc” continuera à se se développer pleinement sous les Ming, puis encore au début de la dynastie des Qing, lors du règne de l'empereur Kangxi.

Ci-dessous, trois plats de style "bleu-blanc"

Image

Image

Image
Dame Annick, Aide de Camp de l'Ordoo du 'Corbeau Rouge'
Image

Retour vers Le Monde des Arts

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 visiteur de passage

cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by ST Software for PTF.
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
- Les Modifications du Style ont été réalisées par Alokhan, Commandant du Petit Iour Tchi.
- Le fond musical du site a été réalisé par Franck Mouzon sous licences Creative Commons.



Le site d'une artiste peintre : Anik



                              Retour � l'accueil