Message 03 Oct 2010, 17:35

La Légende du “Prêtre Jean”

La Légende du “Prêtre Jean”

Il y avait, depuis longtemps, parmi les Européens, des rumeurs décrivant un grand héros chrétien qui viendrait de l'Est.

Ces allégations circulaient depuis la première croisade et connaissaient un regain d'intérêt après les défaites des croisés, conduisant naturellement à un sentiment humain d'espérance et de salut dans l'arrivée de ce héros qui sauverait la situation.

Ceci résulta dans l'apparition de la légende dite du “Prêtre Jean”.

La première mention du “Prêtre Jean” apparaît au milieu du XIIème siècle dans la Chronique de l'évêque allemand Otton de Freising.

Il y est fait mention d'un évêque syrien nommé Hugues de Gabala, arrivé en Occident pour y annoncer la chute de la ville d'Édesse, tombée aux mains des Musulmans, le premier
revers sérieux des Croisés en Terre Sainte. Hugues raconte également que :

"un certain Prêtre Jean habitant en Extrême-Orient, au-delà de la Perse et de l'Arménie, roi et prêtre, chrétien mais nestorien, aurait fait la guerre aux rois perses et
mèdes appelés Sarmiades et les aurait chassés de leur capitale, Ecbatane."


Mais le mystérieux royaume chrétien du “Prêtre Jean” restait très difficile à situer.

Les données géopolitiques étaient confuses, on disait qu’il régnait sur l'ancienne Babylone ainsi que sur une des trois Indes (les trois Indes correspondant plus ou moins à la Chine, à
l'Inde actuelle ainsi qu'à l'Éthiopie).


Cette légende se nourrissait d'elle-même et certains événements se déroulant à l’Est furent accueillis comme preuve d'existence de cette figure mythique tant attendue.

Par exemple, vers 1210, des rumeurs circulaient en Europe que des guerriers de la tribu chrétienne des Naimans avaient lancé une offensive contre l'empire musulman du Kharezm gouverné par Ala ad-Din Muhammad.

Ces rumeurs avancèrent l'idée que le chef des Naimans n’était autre que le “Prêtre Jean”, combattant les musulmans.

En 1221, pendant la cinquième croisade, alors que les croisés menaient sans succès un siège de la ville de Damiette, la légende du “Prêtre Jean” réapparaît.

Elle est basée, cette fois,sur les actions de Gengis Khan.

En effet, es Mongols étaient en train d'envahir l'Est du monde islamique par la Transoxiane et la Perse en 1219-1221.

Les rumeurs consistaient à décrire un "Roi chrétien des Indes" qui était, soit le “Prêtre Jean” ou un de ses descendants.

Attaquant les musulmans sur le front de l'Est, il viendrait bientôt aider les Chrétiens dans leurs croisades. Dans une lettre datée du 20 juin 1221, le pape Honorius III lui-même
parlait de forces venant de l'Est lointain pour sauver la terre sainte.

Lorsque Gengis Khan meurt, en 1227, son empire est divisé en quatre parties ou khanats.

Le khanat du Sud-ouest, occupé par les Houlagides et qui deviendra le Il-Khanat (Il-Khan) s'avançait en direction de la Perse, de la Syrie et de la terre sainte.

Les premiers contacts officiels entre l'Europe et l'empire mongol eurent lieu entre le pape Innocent IV et les grands khans, par le biais de lettres et d'émissaires mettant parfois
plusieurs années pour parvenir à destination.

Il est certain que cette légende aura une influence sur la volonté des Chrétiens d'Occident d'en savoir plus sur les Mongols.
Il n'est pas étonnant de savoir que parmi les missions des diplomates (ou missionnaires) européens envoyés vers ces contrées lointaines, il y avait toujours celle de trouver ce fameux royaume du “Prêtre Jean”.

Certaines personnes comme Marco Polo ou Jean de Joinville furent convaincus que le royaume du “Prêtre Jean” avait vraiment existé, mais qu'il a été vaincu par les peuples tartares (mongols) ou autres.
Marco Posato, Marchand à Moncastro