Page 1 sur 1

Tch’ang-Tch’ouen, Philosophe chinois ( 1148 - 1227)

MessagePublié: 27 Sep 2009, 11:06
par Wuzuoer Baduhan
Tch’ang-Tch’ouen ( 1148 - 1227)


Philosophe chinois, Tch’ang-Tch’ouen, dont le nom laïque est Qiu Chuji, devient taoïste en 1166 (il était également connu sous le nom de Changchun Zhenren (Sage de l'éternel printemps)).

Il est le disciple de Wang Chongyang, fondateur du courant ‘Quanzhen Dao’ .

En 1167, il rencontre maître Wang Zhi, dont il devient le septième et le dernier disciple.

En 1177, il se retire dans les montagnes de Longmen au Shanxi et fonde la branche du taoïsme ‘Longmen’ (l’Ecole de la Porte du dragon).


En 1188, il est appelé à la cour des Kin (1115-1234).

En 1219, Gengis Khan, qui espère que le philosophe lui apprenne les secrets de la ‘vie éternelle envoie une délégation spéciale pour inviter Maître Tch’ang-Tch’ouen à venir le rejoindre.

Il faut savoir que le taoïsme enseigne des techniques de jeûne et de privation de sommeil visant à purifier le corps pour lui procurer l’immortalité.


En 1222, Tch’ang-Tch’ouen atteint le campement du grand khan (qui se trouve à cette période en campagne en Afghanistan).

Ce dernier le reçoit par ces mots :

- “Quelle drogue d'immortalité m'apportez-vous ?”

Tch’ang-Tch’ouen lui répond :

- “Je connais des moyens pour protéger la vie, mais pas d'élixir qui puisse la prolonger au-delà des limites fixées par le Destin”

Malgré son désappointement, Gengis khan va beaucoup apprécier les leçons de Tch’ang-Tch’ouen (cosmologie chinoise et rudiments d’hygiène sexuelle).

Gengis Khan lui accorde un édit de tolérance et le nomme, chef des religieux de toute la Chine. Les taoïstes en profiteront pour mener une vigoureuse propagande antibouddhique.


Le voyage de Maître Tch’ang-Tch’ouen jusqu'aux confins de l'Inde et la fin de sa vie en Chine sont décrits dans un ouvrage dû à son disciple Li Zhichang, intitulé : “La Pérégrination en Occident de saint Changchun” et publié en 1228.