Message 11 Fév 2007, 13:51

Ammien Marcellin, Historien Romain (330 - 400, ap J-C)

Ammien Marcellin (330 - 400, ap J-C)


Homme politique, militaire de haut rang et historien romain.

Ammien Marcellin était d’origine grecque, né probablement à Antioche. Nous ne conaissons rien de ses parents sauf qu’ils devaient être des personnes de rang élevés (Ammien Marcellin se donne la qualité d'ingenuus et dans son livre, les nobles sont appelés ingenui).

Il sert très jeune, sous le règne de Constance, dans une cohorte de cavalerie que commandait en Orient un certain Ursicinus, homme de guerre distingué, qu'il vante en plusieurs endroits de son livre.

Il entre ensuite, dans les ‘Protectores Domestici’, gardes du corps de Constance (Les ‘Protectores Domestici’était une milice recherchée).

Ursicinus est envoyé en Gaule pour y faire rentrer sous l'obéissance de Rome la colonie des Ubiens, dont s'est emparé un maître de cavalerie d'origine franque du nom de Silvanus.

Il emmene avec lui Ammien, qui prent part à la courte campagne dans laquelle Silvanus est battu et tué.

Un nouvel ordre de l'empereur envoit Ursicinus en Orient. Ammien décide de le suivre et se dinstingue comme soldat et comme négociateur.. Pendant l’expédition, Ammien faillit y être pris par les Perses puis séparé quelque temps de son chef en étant dans la ville d'Amida, qui fut prise malgré une vigoureuse défense. Ammien parvient à s'échapper et, après diverses aventures, finit par rejoindre Ursicinus à Antioche.

Au ‘Palais’, Ursicinus tombe en disgrace et est condamné à l'oisiveté de la vie privée.
Ammien Marcellin garde son poste de protecteur domestique (on ne sait si ce fut en cette qualité ou avec un grade supérieur qu'il fait la guerre en Perse avec l'empereur Julien).

Sous le règne de Valentinien et de Valens, Ammien renonçe au métier des armes et se retire à Antioche. Mais, mal accueilli par la haute société d’Antiocheil, il revient à Rome, Valens étant encore vivant.

Il se fait beaucoup d'amis parmi les personnages de marque et désormais se consacre tout entier aux métiers ‘des lettres’.
Les yeux fixés sur les écrits de Caton le Censeur, de César, de Salluste et de Cicéron, il entreprent d'écrire l'histoire de Rome depuis le règne de Nerva jusqu'à la mort de Valens.

On ignore la date exacte de sa mort.

Son ouvrage

'Res Gestæ' est le titre de l'histoire de Rome écrite par Ammien. Il compose son oeuvre entre 380 et 395.
Malheureusement, il ne nous est parvenu que mutilé. Des 31 livres dont il se composait, 13 ont péri.

Cette œuvre est conçue comme une suite de celle de Tacite . Elle couvre une période allant de 96, c'est-à-dire du début du règne de Nerva, à la mort de Valens, en 378. Ce qui nous est resté ne contient que les événements de vingt-cinq années, de 353 à 378.
Le 14ème livre commence à la dix-septième année du règne de Constance, le 31ème finit à la mort de Valens, dans sa guerre contre les Goths.

L'intérêt d'Ammien se porte surtout vers la lutte entre Romains et ‘Barbares’, la politique intérieure et le comportement des empereurs. Il dresse aux travers de ses récits un tableau général de Rome et de l'Orient.

Dans ses récits, il fait souvent références aux Sarmates, Alains et Huns. Il nous reste, à ce jour, des descriptions forts intérésentes de ses peuples (je cite, de temps en temps, des passages de ses écrits dans différents articles sur ce ‘site’)

Les faits sont représentés de manière lucide, car souvent Ammien les a vécus. Malgré une vision ‘côté romain’, il évite généralement les ragots et tente de respecter une certaine objectivité politique.

On sent parfois que le latin n'est pas sa langue maternelle. Son discours prend souvent des couleurs tragiques, épiques, voire romanesques. Son héros est l'empereur païen Julien.

Ce ne sera qu'au début du XVème siècle (en 1417) que les 'Res gestae' d'Ammien Marcellin sont redécouvertes. Poggio Bracciolini (1380-1459) secrétaire apostolique s'intéresse aux textes anciens. Au cours d'une visite d'exploration au monastère de Saint-Gall, il découvre un manuscrit des 'Res gestae' datant du IXème siècle et provenant de Fulda. Ce précieux butin est ramené à Rome. L'œuvre d'Ammien fait alors l'objet en 1474, d'une première édition. D'autres éditions vont suivre rapidement.
Hysa Yesui, Guerrière Keshig de l'Ordoo du 'Corbeau Rouge'
Image