Message 16 Mai 2008, 18:35

Diaspora Mongole

Diaspora Mongole

Dans ce post, je vous présenterais quelques populations mongolophone actuelle vivant en dehors de la Mongolie.


-Les Mongols Hazaras (Afghanistan)

L’Hazarajat est une région centrale de l’Afghanistan. elle est composée majoritairement des provinces de Bamiyan et Day Kundi.

Descendants des tribus mongoles ayant envahit l'Afghanistan pour les uns ou descendants d'une unité de mille (Migham) implantés dans ce pays par Gengis Khan pour les autres, les Hazaras, de type mongoloides, furent toujours méprisés par les autres ethnies de la région en raison de leur chiisme et de leurs traits physiques.


Le Hazarajat, encore appelé Hazarastan, semblait être plus vaste par le passé et s'étendait depuis Kaboul et Ghazni vers Harat. Il s'étendait aussi des passes de Khandahar jusqu'à celles de Bulkh.

La défaite Hazara de 1893 va impliquer l'érosion territoriale. Les lois afghanes favorisant l'occupation des terres fertiles par les Pachtouns sont la cause principale de cette perte estimée entre 100.000 et 130.000 km². A l'heure actuelle, le Hazarajat englobe les provinces de Ghazni, Urugan, Ghore, Wardag, Bamyan, Arwan, Baghian ...

La population Hazara, incluant la frange émigrée est estimée à 6-7 millions de personnes.

Le mot Hazara, semblerait provenir du mot Hazar signifiant "mille"et le Hazaragi, langue persophone proche du Dari est, souvenir du berceau originel, fortement teintée de mots mongols.

Musulmans, les Hazaras sont majoritairement d'obédience Chiite contrairement aux Pachtouns qui sont sunnites. La politique pakistanaise, lors de la guerre soviéto-afghane, refusera d'intégrer les Hazaras dans la résistance unifiée afghane pour cause de chiisme et de type morphologique mongoloide...

Ustad Abdul Ali Mazari(1946-1995)est le Père de la Nation Hazara. Capturé par traitrise lors d'un entretien avec les talibans à Ghazni, il sera exécuté avec ses 8 compagnons le 11 mars 1995.

Très durement persécutés par les Talibans en raison de leur origine ethnique les Hazaras sont une minorité en péril.

La destruction des fameux Bouddhas de Bamiyan (les plus grands de la planète) par les Talibans, si elle fût une grande perte pour le patrimoine de l'Humanité, fût aussi un grand désastre pour les Hazaras. En effet, ces bouddhas étaient le symbôle et l'âme de ce peuple...


- Les Mongols de la République de BOURIATIE (Russie)

La République de Bouriatie, capitale Ulaan Ude, est une des républiques constituant la Fédération de Russie. Avec une superficie de 351.000 km², la Bouriatie est aussi grande que l'Allemagne.

La Bouriatie est divisée en 4 grands espaces naturels: La plaine du Sélenge débouchant sur le Baïkal est la région d'altitude moyenne la moins élevée; le massif du Sayan à l'ouest; le plateau du Vitim, au nord, et les montagnes du Baïkal, le long du lac, constituent la majorité du territoire bouriate.

Comme en Mongolie, le climat est toujours aussi continental...

Drapeau de la République de Bouriatie
Image



- Les Mongols de La République de KALMOUKIE (Russie)

La république de Kalmoukie est une des républiques constituant la Fédération de Russie. Elle se situe au nord-est du Caucase.

Les Mongols Kalmouks sont principalement constituée, sur le plan ethnique, des descendants de Mongols Oirats, originaires du Turkestan chinois, en Asie centrale, et qui furent refoulés vers l'ouest par l'Empereur chinois au XVIIème siècle. Ils s'établirent alors dans la région du delta de la Volga aux alentours d'Astrakhan.

Mais à partir de 1771, 170 000 Kalmouks, redoutant les incursions de leurs voisins et une sédentarisation forcée, décident de retourner vers leur patrie d’origine, en Djoungarie (du mongol züün gar : main gauche, est la partie nord du Xinjiang).

Assaillis par les Russes et par des tribus turcophones, un tiers d'entre eux seulement arrivent rejoindre le bassin fertile du fleuve Ili.

Les Kalmouks restés sur la rive droite de la Volga se désignèrent alors sous le nom de Kalmyks (littéralement ceux qui sont restés).

Ils seront sont sédentarisés et en grande partie russifiés (à la fin du XIXème siècle, on en recense encore 190 000).

On en parle encore ici.

Drapeau de la République de Kalmoukie
Image

- Les Mongols de la république de TOUVA (Russie)

La république de Touva est une des républiques constituant la Fédération de Russie. Elle se situe au nord-ouest de la Mongolie.
Les Mongols Touva, un peu plus de 200 000 personnes, sont de la même ethnie que les populations mongoles Touva qui vivent au nord de la région autonome du Xinjiang en Chine.

Drapeau de la République de Touva
Image


-Les Mongols de Mongolie Intérieur (Chine)

la Mongolie intérieure est la troisième province de la République populaire de Chine avec 1.1 millions de km². Elle est bordée au nord par la République de Mongolie et par la Russie.

C’est une région autonome connue en chinois mandarin sous le nom de Nei Mongol. A l'appelation sino-centriste de Mongolie Intérieure, beaucoup de Mongols préfèrent l'appelation de Mongolie du Sud Gobi

Bien que nous soyons en Mongolie intérieure, les Mongols sont actuellement minoritaires et représentent seulement 4 millions sur une population totale de 23.7 millions d’habitants.

On trouve 49 groupes ethniques vivant en Mongolie intérieure dont une majorité de Hans (chinois).

Parmi les autres peuples, signalons des Mandchous, Huis (une des plus nombreuse minorité de Chine), Dawrs, Evenkis, Orogens (une des plus petite minorité de Chine), Coréens.

La vie pastorale n'occupe plus que 10% d'une population urbanisée à plus de 50%.

Si officiellement, cette région utilise encore l'alphabet ouïgour, en pratique, les idéogrammes et le chinois sont devenus les langues et écritures véhiculaires.


- Les "Tu" (Chine)

Les “Tu” sont un groupe ethnique apparenté aux Mongols ( ils constituent l'un des 56 groupes ethniques de la République populaire de Chine).

La plupart d'entre eux vivent dans le district autonome de Huzhu dans l’est de la province de Qinghai, certains dans la province de Gansu. Leur population représente environ 240 000 personnes.

Situé sur les hauts plateaux du Tibet, le QingHai est une région autonome de la République Populaire de Chine. Avec 720.000 km², cette région n' est peuplée que de 5 millions d' habitants. Les "Tu" représente une toute petite minorité (2%).


La langue des “Tu” fait partie de la famille des langues mongoles et très proche du parlé des minorités Dongxiang et Bonan. Ce n'est pas une langue écrite.

Les Tu s’identifient comme « Mongour » (Mongol, également écrit « Monguor » ou « Mongor »), ou comme « Tsagaan mongghol » (ou « Chahan Mongguer »), qui signifie littéralement Mongols blancs.

Cependant, la République populaire de Chine les catégorisent en tant que minorité séparée de celle des Mongole et ce, en raison du fait qu'ils sont issus à la fois de populations Tibétaines et des Turques

La religion des "Tu" est un mélange harmonieux de bouddhisme tibétain, de taoïsme, et de shamanisme .

Les légendes populaires des “Tu” racontent que leurs ancêtres étaient des soldats mongols sous les ordres d’un général de Gengis Khan du nom de Gerilite (ou Geretaï). Casernés dans la région, ils se marièrent avec les Houers, une population indigène de bergers nomades qui vivaient dans le nord du Tibet.

Les archives chinoises indiquent également que des troupes mongoles firent leur apparition dans la région sous la dynastie Yuan (Mongols de Chine).




- Les Mongols Tuva (ou Tuwa, Touva) (Chine)

Les Tuva sont un peuple d'origine mongole qui vit principalement aux alentours du lac Kanas, au nord de la région autonome du Xinjiang en Chine.

La population actuelle, d'environ 2 à 3 000 personnes, est principalement installée dans les villages de Tuva, Hemu et Baihaba. Ils sont souvent désignés localement sous les noms de “Tribu dans les nuages” ou “Habitants de la forêt”.

Il est généralement admis qu'ils sont de la même ethnie que les populations vivant actuellement dans la République de Touva en Russie (plus de 200 000 personnes), et que d'autres populations vivant dans l'ouest de la Mongolie (environ 27 000 personnes). Selon la tradition locale, leur installation dans la région date d'environ cinq siècles, mais il est probable qu'elle est plus récente.

Leur mode de vie est proche de celui des Mongols et des Kazakhs. Ils pratiquent traditionnellement l'élevage nomade et la chasse, passant l'hiver dans leurs maisons de bois regroupées dans quelques villages, qu'ils quittent au printemps avec leur bétail pour une vie nomade durant laquelle la yourte qu'ils transportent avec eux leur sert d'habitation.
Leur nourriture est principalement constituée de viande de bœuf et de mouton, de laitages, de pommes de terre et de légumes divers selon la saison.

Bien que convertis au Bouddhisme par des moines tibétains au début du XVIIIème siècle, le chamanisme demeure encore présent chez les Tuva, notamment dans leur vénération des forces de la nature. En particulier, lors de la fête de l'Aobao, qui se tient chaque année le 29 ème jour du cinquième mois lunaire, ils honorent le feu, l'eau, les montagnes et l'Aobao, sorte de cairn constitué de pierres, de terre et d'herbe, en offrant des sacrifices.

Ils pratiquent une langue de la famille des langues turques (le touvain, qu'ils appellent Diba ou Kok Mungak), qu'ils n'écrivent pas, contrairement aux Tuva de Russie qui utilisent l'alphabet cyrillique. Une grande partie de la population pratique également d'autres langues, notamment le kazakh (90%), le kalmouk (oïrat) (30%) et le mandarin.

En Chine, ils ne sont pas reconnus officiellement comme minorité ethnique car ils ne sont pas distingués de l'ethnie mongole ordinaire.


- Les Dongxiang (Chine)

Les Dongxiang sont un groupe ethnique étroitement lié aux Mongols ( ils constituent l'un des 56 groupes ethniques de la République populaire de Chine).

Leur région, le district autonome Dongxiang, fait partie de la préfecture autonome hui de Linxia dans la province du Gansu.

Ce district regroupe, sur environ 1.500 km2, plus de la moitié des Dongxiang.
Les autres étant principalement répartis dans le reste du Gansu ou dans la région autonome du Xinjiang.

La langue des Dongxiang fait partie de la famille des langues mongoles.

Actuellement, les Dongxiang sont de confession musulmane.

L’origine des Dongxiang est incertaines. Selon certains historiens, les Dongxiang seraient des descendants de troupes mongoles stationnées par Gengis Khan dans la région de Hezhou durant sa campagne militaire vers l'Ouest.
En effet, dès le XIIIème siècle, des unités de garnison mongoles furent stationnées dans la
région de Dongxiang. En temps de paix, ils cultivaient et élevaient des animaux et en temps de guerre, ces gens étaient mobilisés comme soldats.

Ces hommes ont pris femme parmi les femmes locales et, au début, leurs descendants furent appelés ménages militaires qui devinrent par la suite des ménages civils.

Lorsque les Mongols Yuan furent rejetés de Chine et que les Ming (1368-1644) prirent le pouvoir, les dirigeants Ming offrirent l'amnistie aux Dongxiang qui s'établirent en permanence dans la région.

Le Dongxiang étant l’une des terres les plus reculées et les plus pauvres de Chine, les Dongxiang vécurent en autarcie dans leurs montagnes enclavées jusqu’il y a cinquante ans.


- Les "Daur" (Chine)

Les “Daur” sont un groupe ethnique apparenté aux Proto-Mongoles ( Ils constituant un des 56 groupes ethniques de République populaire de Chine) .

Ils vivent, pour la plupart, dans la région autonome de Morin Dawa en Mongolie-Intérieure (Chine).

Leur population totale est d’environ 133.000 personnes.

192 000 personnes habitent dans la partie nord-ouest de la Chine, soit à l'est du lac Qinghai, au sud des monts Qilian et le long des berges des rivières Huangshui et Datong.

La langue des “Daur” fait partie de la famille des langues mongoles. On distingue trois dialects daur: le Bataxan, l’ Hailar et le Qiqihar.
La langue daur ne s'écrit pas.

Ce qui est intéressant à observer, c’est que cette langue conservé quelques caractéristiques de l'ancien khitan, incluant un nombre de mots qui ne se trouvent pas dans les autres langues mongoles.

Les “Daurs” sont chamanistes. Cependant un certain nombre d'entre eux se sont converti au lamaïsme.


D'après des analyses génétiques, les “Daurs” descendraient des Khitans. Il est possible, qu’à la suite de l'expansion russe dans la région de l'Amur entre 1656 et 1656, les “Daurs” furent forcés de migrer vers le sud et de s'installer sur les rives de la rivière Nen.



Pendant l'hiver, les femmes daur portent de longues robes de couleur bleue et portent des bottes en peau. Les hommes se couvrent la tête de toques en peau de renard.

Comme chez les Mongols, chez les “Daurs”, la lutte, la course de chevaux et le tir à l'arc sont des sports très populaires.
Arkhaï Khasar, Commandant de l'Aile Gauche de l'Ordoo du Corbeau Rouge
Image