Page 1 sur 1

La Bataille d'Eisenach, 3 aout 908.

MessagePublié: 05 Nov 2015, 10:18
par Che Khan
La Bataille d'Eisenach, 3 aout 908.

Avant-propos :

La Bataille d'Eisenach est une bataille qui voit s'affronter les Magyars aux armées de Louis IV de Germanie, dit l'Enfant, roi de Francie Orientale (Germanie) commandées par le margrave Burchard Duc de Thuringe et l'évêque Rudolf I de Wurzbourg.

Cette bataille fait partie du long conflit qui va opposer les Magyars, installés en Pannonie et la 'Francie Orientale' (Germanie) entre 900 et 955 ap J-C.

La "Francie Orientale" est la partie orientale de l'empire carolingien partagé lors du traité de Verdun en 843. En 899, elle échoit à Louis IV de Germanie. Ce royaume comprenait la part orientale de l'ancienne Austrasie, la Saxe, la Thuringe et la Bavière.

(voir chronologie des raids magyars en occident)

Contexte général :

Après la Bataille de Pozsony, le 4 juillet 907, une défaite catastrophique pour le royaume de 'Francie Orientale' (Germanie), les Magyars continuent leur 'guerre nomade'.

Ils forcent le Prince de Bavière leur rendre hommage et à laisser leurs armées pour traverser les terres du duché afin d'attaquer d'autres territoires.

Grâce à cet avantage, ils mettent sur pieds des campagnes de longue portée contre les autres duchés germanique. Ils attaquent le Duché de Thuringe et le duché de Saxe.

Ils s’appuient même sur le territoire des Dalamanci, une tribu slave qui vit près de Meissen et qui a demandé leur aide.

Burchard, le Duc de Thuringe décide de réagir. Il réuni une armée qu'il commandera personnellement secondé par un évêque, Rudolf I, l’Évêque de Würzburg et par Egino, comte de Thuringe.

Burchard est confiant. Trop confiant sans doute. Il considère les Magyars comme de simple pillards, capable de réaliser de petits raids et des coup de mains mais incapable de battre une armée importante et disciplinée.

Les leçons de la défaite de Pozsony n'ont pas encore été digérées. En effet, les Magyars sont loin d'être de simples pillards. La plupart des guerriers sont des 'soldats' confirmés, les officiers sont compétents, l'armée est organisée et disciplinée.

D'un côté comme de l'autre, le nombre de forces en présence sont inconnues.

Le commandant des forces magyares n'est pas renseigné. Il est possible que ce soit le même commandant qui a conduit les Magyars lors de la Bataille de Pozsony.

Il est peu probable que ce soit Arpad lui-même mais plutôt un de ses généraux.


La Bataille :

Nous ne savons pas beaucoup de détails au sujet de cette bataille, mais nous savons que ce fut une défaite écrasante pour les Allemands.

On peut néanmoins supposer que les deux armées qui vont s'affronter sont diamétralement opposées.
Du côté germanique, les forces sont composées d'une majorité de piétons avec une partie de piétons lourds. Une petite force de cavalerie accompagne et quelques hommes de traits, des archers, sans doute.

Du côté magyar, les forces sont composées d'une majorité d'archers à cheval, troupe légère et peut être d'une réserve de cavalerie lourde armée de lance.

Dans l'affrontement, Burchard, duc de Thuringe, Egino, comte de Thuringe et Rudolf I, évêque de Würzburg, perdront la vie ainsi qu'une grande partie des hommes qui les accompagnait


Après la Bataille :

Les Magyars pillent le Duché de Thuringe et le Duché de Saxe et retourne chez eux avec un énorme butin.

Après la mort de Burchard, il n'y a plus de Duc de Thuringe et le territoire est incorporé dans le Duché de Saxe.

Après cette victoire, les Magyars continuent leur attaquent contre les duchés allemands. Les Magyars sont, à nouveau, victorieux au cours des batailles de Augsburg et de Rednitz.

Louis IV de Germanie est obligé de conclure la paix avec les Magyars
acceptant de rendre hommage à ces derniers et de reconnaître les gains territoriaux gagnés pendant la guerre.