Message 08 Mars 2013, 15:16

Le commerce avec Florence

Pratica della Mercatura (1335 - 1343).

Le marchand florentin Francesco Balducci Pegolotti a écrit son “Libro di divisamenti di paesi e di di Misuri mercatanzie e daltre cose di sapere bisognevoli un mercatanti” entre 1339 à 1340.

Le ouvrage est connu sous le nom “Mercatura della Pratica” , nom qui lui est donné quand il a été imprimé en 1766.

Pour écrire cet ouvrage, Francesco Balducci Pegolotti se base sur sa propre expérience en tant que banquier et marchand, et sur divers documents locaux.

En effet, il a travaillé pour une “guilde” de marchands florentins (La Société des Bardi). Dans le cadre de son négoce, il se rend à Anvers en 1315, à Londres en 1317, à Chypre de 1324 à 1327 et de nouveau dans les années 1330.

Dans son ouvrage, il y décrit

- les principales routes commerciales et les villes fréquentées par les marchands italiens
- les importations et les exportations de diverses régions importantes commerciaux.
- les usages commerciaux qui prévalent dans chacune de ces régions.
- la valeur comparative des principaux fonds, des poids et mesures.

Il y décrit le voyage qui va de La Tana à Khanbalik (Pékin) :

Du comptoir de La Tana (à l'embouchure du Don) à Gintarchan (Astrakhan, à l'embouchure de la Volga), il signale qu’il faut peut-être 25 jours avec un chariot tiré par des boeufs, et dix à douze jours avec un chariot tiré par des chevaux.
Il indique également que sur la route, vous trouverez beaucoup de Moccols (Mongols).

En continuant le voyage de Gittarchan à Saraï (la capitale mongole sur la Volga) il faut peut être 1 jour par la rivière.

Ensuite, le trajet de Saraï à Saracanco (Sarachik, sur le cours inférieur de l'Oural) se fait également par voie fluviale en 8 jours.

De Saracanco à Organci (Urgench, en bas de l’Amou-Daria) peuvent être fait en 20 jours de voyage en chariot tiré par des chameaux
Il précise qu’il est intéressant pour ceux qui voyagent avec des marchandises, d'aller à Organci car dans cette ville il y a une vente facile pour les marchandises.

Le voyage d’ Organci à Oltrarre (Otrar, au Kazakhstan d'aujourd'hui) est de 35 à 40 jours.

De Oltrarre à Armalec ( Kulja, sur l'Ili) le voyage est de 45 jours avec des ânes de bât.
Francesco Balducci Pegolotti indique qu’à partir de cet endroit, vous rencontrerez,chaque jour, des Moccols (Mongols).

D’Armalec à Camexu (Ganchau, dans la province du Gansu, en Chine) on peut compter 70 avec des ânes.

Ensuite de Camexu jusqu'à ce que vous arriviez à une rivière appelée Cassai [Qinsai) il faut encore 45 jours à cheval.

De Cassai à Garnalec (Khanbalik, actuel Pékin) le voyage est de trente jours.

Ce qui indique qu’il faut, environ, 260 jours pour faire le voyage de La Tana à Khanbalik.

L’ouvrage comprend également des rubriques sur les ‘places boursières’ suivantes :

La Tana, Caffa, Torisi di Persia, Trabisonda (Trézibonde), Gostantinopoli e Pera, Altoluogo di Turchia (Ayasoluk), Setalia di Turchia, Erminia , Acri di Soria, Allessandria (Alexandrie), Damiette, Cipri (Chypre) et principalement Famagosta (Pegolotti note qu'il a négocié une réduction des droits de douane pour la “Compagnia dei Bardi” et pour ceux identifiés comme florentins marchands par le représentant de Bardi à Famagouste), Rodi Candia di Creti, Sicile (y compris Messine et Palerme), Chiarenza, Stiva (Ištip), Nigroponte, Sardigna, Maiolica, Tunisi di Barberia (Tunis), Tripoli di Barberia (Tripoli), Gierbi di Barberia, Vinegia, Frioli, Ancône, Pouilles, Salerno, Principato di Napoli, Firenze (Florence), Pise, Gienova (Gênes), Nimissi e Monpolieri, Vignone, Aguamorta, Evizia, Borgogna, Les foires de Campagna (Foire de Champagne), Parigi (Paris), Fiandra (Flandre), Bruggia di Fiandra (Bruges), Brabante (Duche de Brabant), Anguersa (Anvers).

Pegolotti note qu'il a négocié l'égalité des marchands florentins à Anvers avec ceux de l'Allemagne, de l'Angleterre et de Gênes.

Londra d'Inghilterra (Londres), Roccella di Guascogna, Sobilia di Spagna, Reame di Maroc di Spagna , y compris Niffe , Salle et Arzilla.


On y trouve aussi une liste d’indications diverses et des tableaux de prix :

Longueurs de tissu
Finesse de l'or et pièces d'argent
Épices et leurs emballages
Tables d'intérêts composés
Valorisation des perles et des pierres précieuses
L'achat et la vente de céréales
Transport maritime
Calendrier des tableaux
Finesse de l'or et de l'argent
Types et qualités d'épices et d'autres marchandises


Et également une liste de produits que l’on trouve au comptoir de La Tana :

De la cire, du ladanum, du fer, de l'étain, du cuivre.
Du poivre, du gingembre, des épices grossier, du safran
Du coton, de la garance, du suif, du fromage, du lin et de l'huile, du miel.
De la soie,, de l'ambre forgé en chapelets et autres, et toutes les épices petites vendre à la livre peu.

De la peaux de Vaire, de l’hermine, du renards, de la zibelines, Fitches et martres, des peaux de daim.

Des chevaux et poney .

De l’or et des perles sont vendus par le saggio [1/6 d'une once].
Du blé.

Du Vin grec et latin (vendus par tonneau).

Du caviar, vendu par le fusco (le fusco est la queue de la moitié de la peau du poisson rempli d'oeufs).
Marco Posato, Marchand à Moncastro