Message 03 Mars 2013, 14:36

La "Route de la Volga" (avant l'arrivée des Mongols).

La "Route de la Volga" (avant l'arrivée des Mongols)

Dans cet article d'Elisabeth Bennigsen, sur le site de "Persée" vous trouverez des informations concernant le commerce des fourrures sur la "Route de la Volga" et qui concerne le commerce entre les "Ruthènes" ("Rus"), les "Bulgares de la Volga" et les Khazars dont voici un petit extrait :

En tant qu' 'emporium commercial, Bulghar était l'ancêtre de Kazan' et elle tirait sa richesse et sa puissance essentiellement du grand commerce de produits de luxe que tous les voyageurs musulmans décrivent avec une exceptionnelle précision.

Les fourrures tenaient une place de choix ; les plus précieuses, zibeline, castor, martre, hermine et renard noir, venaient des territoires du Grand Nord, les plus communes, écureuil, renard brun, du pays des Bourtasses (l'actuelle Mordovie).
Parmi les autres denrées exportées par les Bulghars, les observateurs musulmans notent : les défenses « d'éléphants fossiles » (défenses de mammouths) provenant de la Sibérie, la colle de poisson produite sur place ou importée de la Basse- Volga, les tissus de lin tissés à Suzdal' -Vladimir, les cuirs travaillés et les bottes faites à Bulghar même (juft, bolgharî ou « cuir de Russie »), les flèches en bois de bouleau confectionnées sur place et particulièrement appréciées pour leur légèreté et leur solidité, le miel, la cire originaire surtout du pays des Bourtasses, les faucons de chasse dressés en Russie, les épées et les cottes de mailles expédiées probablement d'Allemagne ou de Scandinavie et enfin les esclaves slaves ou finnois du nord, vendus à Bulghar par des marchands russes.
Cependant, ibn Rusta qui fut l'un des premiers à donner une description de Bulghar, écrivait déjà que la principale richesse de celle-ci était constituée par les fourrures de martre qu'apportaient les Rus.

Plus encore qu'Itil ou Saksin, Bulghar était le principal lieu de rendez- vous des marchands musulmans venus des pays situés au sud ou à l'est de la Caspienne et des marchands chrétiens venus du nord, russes et peut-être Scandinaves, voire allemands transitant par Novgorod. Pour les Arabes et les Iraniens, Bulghar et son hinterland septentrional étaient l'unique source des fourrures précieuses, car à cette époque lointaine les États musulmans d'Asie Centrale n'avaient pas encore établi de rapports avec la Sibérie occidentale.


Cliquez ici
Marco Posato, Marchand à Moncastro